Paul Goze - Perpignan Toulouse - 15 septembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Goze: "Perpignan va être digne, recueilli, triste..."

Goze: "Perpignan va être digne, recueilli, triste..."

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 16/09/2012 à 12:20 -
Par Rugbyrama - Le 16/09/2012 à 12:20
Goze attristé, Milhas frustré par l'indiscipline du BO, les déceptions de Clerc et Lanta...Retrouvez les phrases marquantes du week-end.
 

Trinh-Duc (ouvreur de Montpellier): "C'est dommage, il y a beaucoup de déception et de frustration. On a essayé d'imposer notre collectif face aux grosses individualités de Toulon. Peut-être qu'on les a trop regardés. On les a subis. Cela a été très compliqué pour nous, mais on a fait ce qu'on a pu. Ca va peut-être nous permettre de rebondir."

Goze (président de Perpignan): "On a vu un grand match de l'Usap aujourd'hui. Une victoire qui dans d'autres circonstances aurait été fêtée à sa juste valeur (décès du chauffeur de car de l'Usap avant le match, ndlr), mais c'est la tristesse qui prend le dessus. Le rugby c'est le match, mais ce n'est que du sport, là on parle de la vie d'un homme. On va donc être extrêmement digne, retenu, concentré, recueilli, triste. Pour parler rugby, l'Usap fait le match parfait ce qui nous amène à gagner le bonus, ce qui n'était pas envisagé même dans nos rêves les plus fous".

Clerc (ailier du Stade toulousain): "On a eu une très mauvaise entame. L'envie et la virulence étaient du côté des Catalans qui nous ont mis à mal dans le combat. On a eu du mal à se replacer rapidement et on a été débordés. On a pris la marée pendant toute une mi-temps. On est revenus avec de bonnes intentions mais on prend un essai stupide en début de seconde mi-temps et on est un peu revenus derrière sans pouvoir prendre le bonus défensif pour autant"

Milhas (entraîneur de Biarritz): "On les a bien aidés avec toutes nos fautes, en première mi-temps, à rester dans le match. On leur donne 12 points alors qu'ils ne sont pas au mieux. Je suis déçu, très déçu de ce résultat, surtout en voyant qu'il y avait autre chose à faire. Mais on a joué cinq minutes seulement et puis on a été surpénalisés: 20 pénalités, deux cartons, c'est impossible de gagner à l'extérieur sur ces bases-là".

Landreau (manager de Grenoble): "Je suis satisfait de notre point de bonus défensif décroché juste à la sirène, même si on venait à Agen pour gagner. Cette équipe a une âme, elle l'a encore prouvé, ce soir, à Armandie. On a réussi à faire douter le SUA qui jouait gros sur ce match. Notre point de bonus est largement mérité."

Jacquet (Deuxième ligne de Clermont): "Je pense que tout le monde voyait se profiler au loin la défaite d'il y a quatre ans (12-11 en novembre 2008, ndlr). On était crispés. On ne voulait pas jouer. On a essayé de beaucoup occuper le terrain mais c'était autant de munitions qu'on leur rendait. Après, on fait pas mal de fautes de mains qui ont fait qu'on les a laissé espérer longtemps, longtemps, longtemps... et on se met le stress. Heureusement, la fin est libératrice pour nous dans le sens où on a marqué cet essai qui nous fait vraiment le plus grand bien. Si ce fut dur et laborieux, aujourd'hui on prend quatre points et on reste dans le bon wagon. Il faut maintenant se préparer à la réception de Grenoble qui sera un autre gros morceau".

Lanta (entraîneur de Bayonne): "On est très déçus car c'est un match sur lequel on comptait énormément. On avait pourtant réalisé une très belle semaine d'entraînement. Mais aujourd'hui encore, on est dans l'incapacité de marquer, d'enfoncer le clou quand on est proche des lignes. Et cette inefficacité offensive se retourne contre nous. C'est une désillusion. Le Racing a une équipe puissante, qui tient la balle. On a souffert sur les impacts en deuxième mi-temps, ce qui nous a amenés à aller à la faute".

Ibanez (manager de Bordeaux-Bègles): "Gagner un match à Chaban face au Stade Français, ça n'arrive pas tous les jours et il faut savoir le célébrer et le prendre à sa juste valeur. Ce match était un premier tournant, les joueurs ont répondu présent. Ce groupe s'est donné un peu plus de confiance dans son approche du match, il y a eu de la précision, de la maîtrise, de la lucidité et tout le mérite revient à la charnière. J'ai été très dur en début de Top 14 avec Camille Lopez, je dois vous avouer qu'aujourd'hui, il peut être fier de sa performance, il a fait preuve de beaucoup de constance, d'application, il a été impeccable et quand on a des joueurs qui ont autant d'influence sur le jeu et leurs coéquipiers, cela a une plus-value sur tout le groupe.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×