Top 14

Le tour de Midi Olympique

Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts du week-end. Là, ils reviennent sur le KO de Fofana, la première titularisation de Gorgodze, la classe de Sowerby ou Biarritz tube de l'été.

 
Le tour de Midi Olympique - Rugby - Top 14AFP
 

Clermont/Perpignan: 53-31. Jérémy FADAT

Dans un match absolument fou, assurément le plus spectaculaire depuis le début de saison, il fut une scène qui est passée inaperçue mais qui n'a pourtant pas manqué d'en interpeller certains. A la 63e, Wesley Fofana, sonné après une charge dévastatrice du deuxième ligne de l'Usap, Sébastien Vahaamahina, cédait sa place à Ludovic Radosavljevic. Jusque-là, rien d'incroyable. Sauf que sept minutes plus tard, le centre international de Clermont est revenu sur la pelouse en lieu et place de Morgan Parra. A cet instant, les interrogations ont fusé : mais il ne saignait pas ? Pourquoi a-t-il pu revenir ? Nous avons donc demandé les explications exactes à M. Berdos, l'arbitre du match, après la rencontre. En fait, c'est dû aux mesures de sécurité mises en place cette saison concernant les K-O et commotions. M. Berdos a constaté que Fofana était sonné et lui a donc demandé de sortir, ce qui a entraîné son remplacement temporaire. Un protocole de cinq minutes a débuté: les médecins du club avaient une batterie de questions à poser au joueur pour juger de son état. Puis M. Berdos est venu aux nouvelles et les médecins ayant considéré qu'il était en état de reprendre sa place, il a pu revenir sur le terrain. Bon, évidemment, quand on a assisté à onze essais, à l'instauration de la règle de carence dès la 15e et à l'hécatombe de blessures catalanes, on a tendance à oublier ce genre de fait de jeu...

Castres/Bayonne: 31-10 - Vincent BISSONNET

On ne peut évidemment déjà savoir si le Castres olympique atteindra son Graal et poursuivra sa progression vers les sommets au terme de cette saison. Mais après trois journées, on peut d'ores et déjà saluer la belle envie et la grande détermination du CO : son projet de jeu approfondi et enrichi, travaillé chaque semaine, sa belle homogénéité collective, renforcée à l'intersaison, et la débauche d'énergie de chacun de ses joueurs amènent un vent de fraîcheur sur Pierre-Antoine. Face à Bayonne, samedi, les Andreu, Tekori, Martial, Taumoepeau, Kirkpatrick ou encore Caballero se sont une nouvelle fois démultipliés aux quatre coins du terrain pour appliquer le projet de jeu, axé autour de la mobilité et du rythme, souhaité par Laurent Travers et Laurent Labit. En seront-ils récompensés sur la durée ? A l'heure actuelle, on ne peut en tout cas que les encourager à poursuivre dans cette voie...

Montpellier/Agen: 32-15. Nicolas AUGOT

Première titularisation pour Mamuka Gorgodze. Les Agenais ont senti passer le retour du monumental géorgien placé en deuxième ligne. Omniprésent dans les rucks et tonitruant ballon en main, le guerrier d'Yves-du-Manoir a écoeuré les joueurs du SUALG. Ils n'ont pas été nombreux d'ailleurs à se mettre sur sa route. Jean Monribot a bien essayé de montrer l'exemple. Courageux, il a plongé dans les chevilles pour tenter de stopper le géant géorgien. Le capitaine lot-et-garonnais ne s'est pas revelé. Etendu sur la pelouse pendant de longues secondes, il a bien tenté de reprendre sa place. K.O. Debout, il a finalement dû laisser sa place quelques minutes plus tard. Gorgodze a encore frappé grâce à sa puissance physique exceptionnelle combinée à une technique brillante notamment sur l'essai de Julien Tomas après une belle combinaison en touche (75e).

Biarritz/Toulouse: 22-12 Grégory LETORT

Biarritz, tube de l'été. Contre Toulouse, le BO a signé sa troisième victoire de rang consolidant sa position de leader du Top 14. Des allures de renouveau. Mais aussi d'une suite logique à la deuxième partie de saison exceptionnelle des hommes de Serge Blanco. Biarritz confirme sans pouvoir aligner quatre joueurs majeurs - Harinordoquy, Gray, Haylett-Petty et Guyot et sa promesse néo-zélandaise à l'ouverture Matt Berquist. Une tenue que le BO doit à son expérience emmagasinée dans les heures difficiles de la saison 2011/2012, à sa jeunesse proche de l'éclosion définitive mais aussi à un recrutement plus judicieux qu'il pouvait n'en avoir l'air: Aled Brew, l'ailier international gallois - décisif contre Toulouse - va compter avec les meilleurs ; Jean-Philippe Genevois a prouvé à son entrée en jeu contre le champion qu'il n'avait rien perdu de son talent et Thibault Dubarry est parti pour encore élever la concurrence en troisième ligne.... Entre dividendes du travail effectué les saisons précédentes et recrutement précis: Biarritz a clairement du potentiel

Racing/Bordeaux-Bègles: 18-7. Léo HUISMAN

Au détour d’une discussion informelle, après une entraînement avec Antoine Battut, le flanker du Racing Metro, Battut: "S’il m’était donné de choisir un joueur, n’importe lequel, pour former une équipe, le premier que je coucherais sur ma liste serait Matthew Clarkin". Clarkin et Battut ont ferraillé ensemble à Montauban, ont permis, au moins sur le terrain, au feu MTG XV de se maintenir avec panache, en Top 14, quand chaque pronostic de début de saison envoyait les Tarn-et-Garonnais en Pro D2. Battut soulignait le rôle prépondérant que Clarkin jouait alors. Un rôle qu’il a de nouveau endossé depuis son retour à Bordeaux-Bègles. Clarkin n’est pas à proprement parler une star, mais tous ceux qui ont joué avec lui sont unanimement dithyrambiques à son endroit. Il doit donc mériter un hommage particulier, surtout quand, effondré après la défaite de l’UBB samedi à Colombes, il se présente, lucide et intelligent devant la presse, jamais un mot plus haut que l’autre, mais un discours percutant, enjoignant ses coéquipiers à se faire confiance, à s’unir pour s’en sortir. Avec Clarkin pour leader, l’union dispose d’un atout inestimable.

Mont-de-Marsan/Toulon: 15-29. Pierre-Laurent GOU

Vincent Martin est un futur grand ! Aux côtés des Wilkinson, Giteau, Michalak, Mermoz et Delon Armitage, samedi soir, il y avait le tout jeune Vincent Martin. L’ailier toulonnais, sensation du début de saison, brûle les étapes. Philippe Saint-André encore entraîneur de Toulon, affirmait il y a près de deux ans, qu’il avait déjà le niveau Top 14. Une rupture des ligaments croisés a retardé son éclosion. Laporte l’a lancé cette saison presque contraint et forcé et l’ancien sélectionneur et secrétaire d’état aux Sports, ne le regrette pas. Au stade Guy-Boniface, Martin a été testé par les Montois qui l’ont copieusement arrosé de chandelles. Aucune faute. Et sur les quelques ballons touchés en attaque, on a pu apercevoir un vrai talent. Attention à lui !

Grenoble-Stade français: 26-12

Non, Shaun Sowerby n'est pas fini. Et il l'a prouvé de la plus belle des manières. En manque de temps de jeu l'an passé au Stade toulousain où la concurrence des Picamoles et Galan était devenu féroce, l'ancien meilleur troisième ligne centre du championnat s'était lancé un nouveau (et dernier ?) défi en s'engageant en faveur du promu grenoblois. Pari en passe d'être réussi. A 34 ans, il a démontré vendredi soir, en sortant une prestation de haut vol lors du succès contre Paris pour la première sortie à domicile du FCG, que sa technique individuelle était toujours aussi précieuse. Surtout sous la pluie... A coup sûr, le Sud-Africain a déjà conquis le coeur des supporters isérois et sera l'un des leaders de cette équipe dans la course au maintien dans l'élite.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |