Courrent - Bordeaux Grenoble - 18 aout 2012 - AFP
 
Top 14

Grenoble, sang-froid et réalisme

Grenoble, sang-froid et réalisme

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/08/2012 à 16:53 -
Par Rugbyrama - Le 19/08/2012 à 16:53
Grenoble, pour son retour dans l’élite après 7 ans de purgatoire, a signé une prestation convaincante en s'imposant à Bordeaux-Bègles (29-28). Au mental. De bon augure avant un déplacement à Castres et la réception de Mont-de-Marsan..
 

Combien d’équipes se seraient relevées après s’être fait culbuter de la sorte ? Grenoble menait 17-0 après douze minutes. Un état de grâce en guise de bienvenue pour un FCG audacieux et opportuniste, des ficelles imparables que l’UBB avait largement mises à l’honneur l’an dernier. "On voulait essayer de s'accrocher au maximum, on s'était promis de rester au score le plus longtemps possible", expliquait le manager Fabrice Landreau. Pour le coup, ils s’étaient trahis en distançant d’emblée une UBB approximative. Pour respecter (ou pas ?) le pacte d’avant-match, les Grenoblois se firent rejoindre jusqu’à être menés à la pause (17-18). Giflés par un 18-0, les promus allaient-ils se déliter face aux Bordelo-Béglais retrouvés et lancés dans leur stade André-Moga ?

"On aurait pu finir à 30-17 pour Bordeaux"

Le sang-froid, le réalisme et la solidarité grenobloise furent une réponse pleine d’à-propos. Non, le FCG ne craquerait pas et il faudrait aux Bordelais une efficacité toute autre pour venir à bout des Alpins. La robustesse des montagnards finissait par étioler les Girondins qui, peu à peu, lâchèrent prise, punis pour leur manque de réalisme. "Peut-être que le physique de Bordeaux a péché un petit peu, ils n'ont pas réussi à marquer, ils ont gâché énormément d'occasions. On était toujours au score et sur des détails, des petites fautes, de la précipitation de notre adversaire, on a pu se nourrir de ça. On a gagné en étant simplement méthodique", analysait Landreau, lucide après la rencontre.

Le pied de Valentin Courrent bouta même – un temps – Bordeaux-Bègles hors du bonus défensif. Pour ce qui aurait pu être un braquage incroyable. Finalement, Connor permit à l’UBB de mourir à un point à une minute du terme. Landreau accueille ce résultat avec prudence. "C'est inespéré de prendre quatre points comme ça, on aurait pu finir à 30-17 pour Bordeaux s'ils avaient été réalistes et on ne serait pas là en train de fêter notre victoire". Le FCG retourne dans la capitale des Alpes, où, au bout de chaque rue, trône une montagne. Et sait, en quelque sorte, qu’à chaque journée de Top 14, l’opposition ne manquera pas de relief.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×