Top 14

La leçon de réalisme de Biarritz

Biarritz Olympique22 - 17Stade Toulousain

Dominé en terme de possession, Biarritz a montré une efficacité redoutable pour venir à bout d'un Toulouse très brouillon (22-17). Troisième victoire consécutive pour le BOPB. Premier échec pour le champion en titre.

 
Le réalisme de Biarritz - Rugby - Top 14AFP
 

Il y a bien longtemps que Biarritz n’avait pas été à pareille fête ! Fort d’une troisième victoire consécutive, le BOPB pointe désormais seul en tête du championnat. Du jamais vu dans l’histoire du club depuis la création du Top 14. Après une saison à galérer malgré le titre en Challenge, le président Blanco ne pouvait pas rêver meilleur cadeau pour son anniversaire. Surtout quand l’adversaire n’est autre que le double champion en titre, le Stade toulousain.

Certes victorieuse mais apparue grippée lors de ses deux premières sorties à domicile face à Castres et Mont-de-Marsan, la machine toulousaine a affiché un net regain de forme sur la pelouse d’Aguilera. Seulement, toutes les bonnes intentions du monde n’ont pas suffi à faire pencher la balance en leur faveur. Malgré une forte domination territoriale, dans la possession et en mêlée fermée pendant une heure, les coéquipiers de Dusautoir, à la différence de leurs hôtes, ont cruellement manqué de réalisme. Avec de nombreuses maladresses dans les transmissions, des erreurs fatales dans la zone de vérité, un taux de réussite inhabituel pour Beauxis au pied (4/9), ils ont clairement laissé passer leur chance quand elle s’est présentée.

Clerc arrache le bonus défensif

Une aubaine pour le collectif biarrot, en souffrance en mêlée à l’image de Johannes Blaauw, mais parfaitement en place en défense. Et surtout capable de mettre les points à chaque fois qu’ils en avaient l’occasion, avec un Jean-Pascal Barraque sur la dynamique de ses deux premières sorties. Impeccable au pied (6/7), le jeune ouvreur a largement contribué à mettre les siens sur les bons rails. Tout comme Traille, auteur d’un essai plein de réalisme sur une attaque en première main au plus fort de la domination toulousaine (13-3, 30e).

Paradoxalement, et hormis un coup de collier (58e-68e), les Basques n’ont jamais paru être en mesure de pouvoir réellement mettre le Stade toulousain sur les talons, surtout après l’exclusion temporaire de Blaauw (44e) et un rapproché de leurs hôtes (16-12, 57e). Mais Toulouse a tendu bâton pour se faire battre, ne parvenant pas à maintenir la cadence en mêlée avec l’entrée de Guillamon à la place de Johnston (65e). Une partition qui lui a valu de courir après le bonus défensif en fin de match (22-12, 68e). Cette entreprise, le Stade toulousain est parvenu à la mener à bien, grâce à Clerc (22-17, 77e), un moindre mal au vu de la physionomie de la rencontre. Pour Biarritz, l’avenir se dégage peu à peu même s’il conviendra de ne pas s’affoler trop vite, en confirmant encore une fois, face à Montpellier et toujours à Aguilera.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |