Top 14

Bordeaux bien gardé avec Ibanez

Raphaël Ibanez, nouveau manager de Bordeaux-Bègles à la suite de Marc Delpoux, aborde son premier match avec tranquillité et fait part de ses desseins pour la formation girondine.

 
L'UBB bien gardée - Rugby - Top 14Icon Sport
 

A 39 ans, Raphaël Ibanez se (re)découvre. L’ancien talonneur et capitaine du XV de France va vivre samedi sa première à la tête d’un club. L’héritage légué par Marc Delpoux pourrait être soumis à l’ISF tant l’actuel manager de Perpignan avait su tirer la quintessence d’un groupe annoncé l’an dernier candidat certain à la redescente par les Cassandre, mais qu’il a su amener à une huitième place reluisante, tout en proposant un jeu attractif.

Ibanez aura donc la charge d’accompagner la progression d’un groupe stable qui a certes perdu le rugissant Daniel Leo en deuxième ou troisième ligne, mais a réussi à signer le fulgurant Talebula pour assurer ses arrières. Le nouvel homme fort verse dans la quiétude à l’heure d’entamer son mandat: "Je suis plutôt serein, déterminé aussi, et je demande à voir comment ce groupe de joueurs va s’exprimer". Il demande à voir mais semble déjà avoir su asseoir son autorité, ne laissant pas ses hommes se lover dans le confort de leur saison dernière. "Je m'imaginais un peu moins intransigeant, plus cool mais en fait je m'aperçois que j'ai une forme d'exigence qui est assez rude. Mais c'est pour le bien des joueurs".

Ibanez: "Entre l'objectif du maintien et celui du Brennus, il y a un équilibre à trouver"

Également consultant pour la télévision, le manager de l’UBB s’est lui même fixé des objectifs précis et élevés. Pour le bien des Bordelo-Bègles. Voire plus pour l’homme qui vaut une centaine de sélections (98), dont plus du tiers en tant que capitaine. "Je fonde beaucoup d'espoirs dans le développement des joueurs français dans le Top 14. Par rapport au groupe de l'UBB, un de mes objectifs avoués est de permettre à des jeunes joueurs français de découvrir le haut niveau mais aussi d'ici deux-trois ans de porter le maillot de l'équipe de France". Fournir l’équipe de France, voilà un credo ambitieux qui passera par une mise en orbite de l’UBB après le décollage réussi par Marc Delpoux. Vincent Etcheto est toujours en place pour huiler les mécanismes offensifs. Joe Worsley (pour la défense) et Régis Sonnes (avants) viennent quant à eux renforcer le staff. Une évolution voulue par Raphaël Ibanez, qui veut une équipe conquérante. "On me parle de l'année de la confirmation, c'est du cliché pour moi. Ce qu'il faut, c'est que cette équipe soit capable de marquer son territoire à tout moment".

A terme, l’UBB veut renouer avec un glorieux passé. Celui du dernier Brennus raflé par son illustre devancière en 1991. C’est en tout cas l’ambition avancée par le président Marti. En attendant un retour vers le futur victorieux bordelo-bèglais, Ibanez lui fixe la feuille de route: "Bordeaux doit grandir encore. Entre l'objectif du maintien la saison dernière et celui du Brennus, il y a un équilibre à trouver". Entre la hutième place de l’an dernier et le titre, il n’y a pas grand chose. Ah si, les phases finales...

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |