Poitrenaud - Perpignan Toulouse - Juillet 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Poitrenaud: "On peut s'attendre à du jeu contre Castres"

Poitrenaud: "On peut s'attendre à du jeu contre Castres"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/08/2012 à 20:34 -
Par Rugbyrama - Le 17/08/2012 à 20:34
Titulaire à l'arrière de l'attaque toulousaine, Clément Poitrenaud s'attend à une rencontre très ouverte à l'occasion des retrouvailles entre le Stade et Castres, pour le match d'ouverture de la saison ce vendredi (21h).
 

Toulouse n'a pas l'habitude de démarrer ses saisons à domicile. Contre Castres, la pression sera très forte d'entrée, car la défaite sera interdite...

Clément POITRENAUD: Ces matchs de reprise sont des moments particuliers, que l'on attend toujours avec impatience. Cette saison démarre par les réceptions de Castres et Mont-de-Marsan, il n'y a pas de question à se poser, il s'agit juste d'essayer de gagner à chacune de nos sorties. De toute façon, il faut jouer tout le monde une fois, alors... Il n'y a pas de bon ordre, le calendrier parfait n'existe pas. En début de saison, la première chose que je regarde, c'est surtout le match d'ouverture de Coupe d'Europe, et comment celle-ci s'organise.

Au vu des blessures de Yann David et Yannick Jauzion, vous allez certainement être amené à passer au centre en cours de partie...

C.P.: Je ne sais pas... Mais pourquoi pas ? Ça ne me pose pas de problème, je peux évoluer aux deux postes. Je serai heureux si je suis sur le terrain. Evoluer au centre me demande simplement plus d'investissement et de concentration, j'ai besoin de travailler davantage pour m'y sentir performant. Mais au final, c'est à ce poste que j'ai le plus souvent été champion de France, alors...

Vous vous êtes entraînés en public mercredi. Ressentez-vous une attente particulière de la part de vos supporters sur le plan de la qualité du jeu ?

C.P.: (il sourit) Le public toulousain est exigeant, mais il est surtout content lorsqu'on lui ramène le Bouclier en fin de saison... Nous aimerions produire plus de jeu, bien sûr. Mais l'an dernier a été compliqué en raison des aller-retours incessants des joueurs internationaux. Du coup, nous n'avons pas toujours pu jouer comme nous l'aurions voulu. Cette saison, au moins, tout le monde est ici pour apprendre en même temps les nouveaux lancements et combinaisons.

Les matchs de début de saison sont généralement plus ouverts que les autres. Comment l'expliquez-vous ?

C.P.: Il y a plusieurs facteurs. D'abord, le temps. Vendredi, il devrait faire beau, et il est tout de même plus agréable de jouer lorsqu'il fait 30° que -5... Il y a aussi la fraîcheur mentale. Tout le monde attaque la saison avec beaucoup d'enthousiasme. Et puis, au fil de la saison, la pression du résultat s'installe, à quelque position que l'on soit dans le tableau. Et elle influe sur la qualité du jeu. Du coup, ce n'est pas toujours joli à voir.

Quelle opinion portez-vous sur votre adversaire de vendredi ?

C.P.: Castres nous inspire évidemment une certaine crainte, au vu de leurs très bons résultats depuis plusieurs saisons. C'est une équipe qui progresse d'année en année, qui effectue tous les ans un recrutement intéressant. Nous savons que contre eux, ce sera très dur. Sans parler de nos précédentes confrontations, qui sont derrière nous, ce sera une rencontre forcément difficile. L'an dernier, pendant le Tournoi, Toulouse-Castres avait donné lieu à une très belle partie, que le Stade avait remporté dans les dernières minutes grâce à une passe au pied de Luke McAlister. Je me souviens l'avoir regardée avec les autres joueurs toulousains, à Marcoussis. La demi-finale a été plus cadenassée, mais c'est un peu logique... Mais là, nous sommes en début de saison, leurs entraîneurs sont plutôt tournés vers l'offensive, et ils se déplaceront sans pression...

Que pensez-vous de votre vis-à-vis Brice Dulin, le nouvel arrière du CO titulaire lors des deux tests du XV de France en juin contre les Pumas ?

C.P.: Je n'ai pas eu l'occasion de voir ses matchs en Argentine. Mais je le connais pour l'avoir vu évoluer quelques fois. C'est un arrière dans le style que j'aime bien, un joueur relanceur plutôt que sécuritaire. S'il est aligné avec Romain Martial et Marcel Garvey, on peut s'attendre à des contre-attaques, d'autant qu'Antonie Claassen est un numéro huit qui aime remonter les ballons. S'ils jouent dans cette configuration, on peut s'attendre à ce qu'il y ait du jeu.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×