serge blanco - biarritz - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Blanco: "Si Biarritz se croit favori, ça ne marchera pas"

Blanco: "Si Biarritz se croit favori, ça ne marchera pas"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/09/2012 à 14:59 -
Par Rugbyrama - Le 28/09/2012 à 14:59
Si Serge Blanco, le président de Biarritz, ne "redoute aucun match", il est bien conscient qu’un derby basque est quelque chose "de spécial".

A deux jours du derby basque, la pression monte. Incontestablement. Pourtant, Serge Blanco se montre plutôt détendu avant ce choc entre deux équipes qui n’ont pas affiché leur meilleur visage récemment. Pour le BOPB, rien d’alarmant toutefois. Les deux défaites consécutives étaient à l’extérieur, à Castres et au Racing, deux outsiders sérieux pour la qualification. La situation s’avère bien plus délicate à Bayonne, relégable après six journées et qui n’a remporté qu’un seul succès. Une réaction d’orgueil est attendue de la part des joueurs de l’Aviron, ce qui pourrait les rendre d’autant plus dangereux. Mais pas de quoi inquiéter Serge Blanco qui "ne redoute aucun match". "Je dis bien aucun match !", souligne le président biarrot. Avant de mettre en garde ses joueurs, l’affrontement entre les deux clubs étant toujours particulier. "Le derby est une chose bien spécifique et bien spéciale. Ce que je sais, c'est qu'il n'y a pas de favori dans un derby. Si on arrive en se croyant favori, face à une équipe remontée, ça ne marchera pas".

Blanco: "Aguilera va être plein"

Il est vrai que Bayonne n’a pas le droit à l’erreur. Une sixième défaite cette saison ferait vraiment tâche. Et perdre le derby donnerait un grand coup au moral des hommes du duo Lanta-Deylaud. Alors que la rencontre devait être délocalisée à Anoeta (San Sebastian), elle se déroulera finalement sur la pelouse d’Aguilera. Serge Blanco n’est guère déçu et contrarié de ce revirement de situation. "Il faut savoir s'adapter, avoue-t-il. A Aguilera, le stade va être plein, c'est dommage pour les gens que l'on va refuser. A Anoeta, on aurait été de toute façon à l'équilibre budgétaire, mais ça ne m'intéressait pas d'atteindre les 18.000 spectateurs et de jouer dans un stade à moitié vide". Si l’homme fort de Biarritz déplore l’horaire de la rencontre, "jusqu'à maintenant, Canal+ n'avait jamais fixé ces horaires-là. C'est nouveau. Jouer un dimanche à 17 heures était malvenu", il n’en fait pas une fixation. Et reste très concentré sur l’affrontement: "Cela ne me traumatise pas plus que ça et plus que ça ne vaut. C'est un match, et on va le jouer chez nous". Un avantage non négligeable...