Top 14

La réponse des Toulousains

Aviron Bayonnais6 - 35Stade Toulousain

Corrigé à Perpignan, Toulouse a retrouvé de la rigueur, s'imposant avec le bonus offensif face à Bayonne (35-6), faible et sans solution.

 
La réponse de Toulouse  - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Secoués à Perpignan la semaine dernière (20-34), les Toulousains ont remis les pendules à l’heure à Bayonne. Et de quelle manière ! La réaction du double tenant du titre a été terrible, plongeant l’Aviron dans un profond désarroi avec cette troisième défaite à domicile de la saison. Il n’y a eu qu’à voir la fin de la rencontre pour se rendre compte de la frustration qui habitait les coéquipiers de Chisholm, avec nombre d’échauffourées aussi inutiles que stupides.

Impuissants face au rouleau-compresseur stadiste, ils ont subi physiquement durant toute la rencontre, incapables de trouver la moindre solution dès que le ballon était en leur possession avec une manque flagrant d’inspiration. A l’inverse, emmené par une charnière Doussain-McAlister des très grands soirs, le Stade toulousain a donné le ton à la rencontre et la leçon à son adversaire. Tout le monde s’est mis au diapason avec une faculté à jouer debout et dans la défense retrouvée, de longues séquences de conservation et une domination sur tous les impacts. Du coup, il n’est pas étonnant d’avoir vu Bayonne sur les talons 80 minutes durant.

Malgré tout, les hommes du trio Novès-Elissalde-Servat ont trouvé le moyen de vendanger. Énormément, à tel point qu’ils n’ont pu réellement creuser l’écart qu’après la pause avec un essai d’ailier de Nyanga, auteur d’un cadrage débordement sur Boyet (6-21, 46e). Avant les citrons, McAlister avait toutefois pris le soin de mettre les siens en tête, au rythme d’une pénalité toutes les deux minutes (9e, 11e, 13e ; 3-9), avant que Matanavou ne vienne enfoncer un peu plus le clou (6-14, 17e) sur une action où M. Berdos aurait également pu sortir Phillips pour un plaquage haut sur Fritz, d’autres en ayant pris depuis le début de ce Top 14 pour bien moins que ça.

Le spectre de l’an passé pour Bayonne ?

Sans doute visionnaire, l’homme au sifflet avait compris que s’il en rajoutait, à juste titre, le match allait être plié, après seulement vingt minutes. L’échéance n’en a été que retardée, le Stade toulousain arrivant à ses fins en toute fin de rencontre, avec deux nouveaux essais de Bouilhou (6-28, 73e) puis de McAlister (6-35, 80e+1), pour un bonus offensif largement méritée devant des Bayonnais complètement dépassés par les événements.

Car forcément, cette pâle copie (hormis la prestation en mêlée où le pack a fait mieux que tenir son rang) a des répercussions sur le mental des Ciel et Blanc qui peuvent, en cas de succès du Stade français et d’Agen se retrouver en position de relégables. Dès lors, le spectre de la saison passée semble planer de nouveau au-dessus de leurs têtes, en sachant qu’ils ont déjà disputé quatre rencontres sur leur terrain. Quant à Toulouse, la base de travail recherchée avant d’accueillir Toulon au Stadium samedi prochain est là, le bonus offensif en prime.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |