Eric Béchu 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Béchu : "Je ne veux pas perdre de temps"

Béchu : "Je ne veux pas perdre de temps"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 09/05/2010 à 14:34
Après onze années passées à Albi, Eric Béchu s'est engagé à Montpellier pour les trois prochaines saisons. Avant que le nom de son coentraîneur soit connu, l'ancien entraîneur du SCA décrypte le challenge à venir. Pour lui et pour le MHR, qui sort d'une saison décevante.
 

Vous avez signé à Montpellier en fin de semaine dernière, qu'est-ce qui vous a décidé ?

Eric BECHU : Le projet de Thierry Pérez est très intéressant, il m'a séduit. Montpellier est un club qui possède des structures et des infrastructures solides. Le secteur professionnel avance en liaison étroite avec l'association, le centre de formation fonctionne parfaitement et le discours des dirigeants est limpide, sans ambiguïté. En étant très professionnel, ce club n'a pas perdu son identité et, au contraire, il la cultive. Sans parler de la qualité des jeunes joueurs qui sont formés au MHR, l'expérience des cadres et, surtout, le niveau des joueurs internationaux. Montpellier possède des moyens intéressants.

Le fait d'avoir signé un contrat de trois ans est-il un gage de stabilité ?

E.B. : Je suis très flatté, mais vous savez, le métier d'entraîneur est tellement difficile qu'il est compliqué de se projeter à long terme. Il faut être prudent. Le plus important à mes yeux c'est que le club possède de vraies fondations. Que mes prédécesseurs, jusqu'à Didier Nourault, ont effectué du bon travail sur lequel on pourra s'appuyer cette saison. Mon premier travail sera de m'imprégner de tout ce qui a été fait auparavant et de la réalité du MHR. Pour ce faire, je vais m'immerger le plus vite possible dans le club.

Concrètement, quand allez-vous être montpelliérain ?

E.B. : Je ne vais pas attendre le mois de juillet pour me plonger dans la réalité montpelliéraine. J'y serai dès cette semaine afin de rencontrer les gens, discuter avec eux et partager. Il faut commencer à travailler sur l'organisation de la saison prochaine et sur le projet de jeu à mettre en place. Je ne veux pas perdre de temps.

Qui vous accompagnera ? Fabien Galthié ?

E.B. : Je ne peux pas vous dire. Pour l'entraîneur comme pour le recrutement, tous ces dossiers appartiennent au président.

Un mot sur Albi, que vous avez quitté au cours de cette saison ?

E.B. : Je n'oublierai jamais Albi, ce restera très fort affectivement...j'y ai tellement d'amis parmi les bénévoles, les supporters et l'encadrement. L'an prochain, le résultat du SCA sera le premier que je regarderai tous les week-ends en ProD2. Je ne peux pas oublier toutes ces années passées à Albi... Je leur souhaite sincèrement de connaître autant de bonheurs que nous avons pu en vivre pendant onze années. Si tel était le cas, je serai le plus heureux des hommes.