Reuters
 
Article
commentaires
6 Nations

Le XV du Tournoi

Le XV du Tournoi

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 20/03/2007 à 13:45
Le XV idéal de la rédaction de notre site reflète assez bien la tendance du Tournoi. Français et Irlandais s'y taillent la plus grande part du gâteau. Mention spéciale à Ronan O'Gara et Raphaël Ibanez, les seuls à faire l'unanimité à leur poste.

15. CLEMENT POITRENAUD (France)

A un poste où personne n'est véritablement sorti du lot durant ce Tournoi, Clément Poitrenaud a su tirer son épingle du jeu, comme en équipe de France d'ailleurs. Pas toujours impérial, certes (cf. sa bourde contre l'Ecosse), mais un apport réel dans la relance. Défensivement, il était attendu au tournant, et il a répondu présent. Cinq fois titulaire. On le sent plus serein que par le passé.

14. VINCENT CLERC (France)

Longtemps barré chez les Bleus par le trio Dominici-Rougerie-Heymans, l'ailier toulousain a enfin explosé cet hiver, sur la lancée de son excellente saison en club. Sur l'ensemble de la compétition, il a fait preuve d'une belle constance et d'une disponibilité de tous les instants, mais c'est évidemment avant tout pour son exploit de Croke Park que Clerc aura marqué les esprits.

13. YANNICK JAUZION (France)

Il emporte sans doute la décision sur son énorme dernier match, face à l'Ecosse. Globalement, quelle régularité tout de même que la sienne! Yannick Jauzion est tout simplement indispensable dans la ligne d'attaque française. Et s'il se met peu en avant en dehors du terrain, il tient un vrai rôle de leader sur le pré quand le vent tourne dans le mauvais sens.

12. GORDON D'ARCY (Irlande)

Un Tournoi plein. Alerte, vif, incisif, créatif, parfois aventureux. Gordon D'Arcy est tout cela à la fois. Il possède une faculté incomparable à troubler le premier rideau défensif. GDA est aujourd'hui bien plus qu'un simple faire-valoir pour Brian O'Driscoll, son compère en sélection et au Leinster. Ces deux-là forment en tout cas la meilleure paire de centres de la planète rugby.

11. DAVID STRETTLE (Angleterre)

La grande révélation anglaise de cette édition 2007. Absent lors des deux premières journées, il a été appelé par Brian Ashton pour pallier le forfait de Jason Robinson en Irlande. Lourde responsabilité, que la bombe des Harlequins a assumée avec culot, malgré la défaite. Auteur de son premier essai pour sa première sélection, il n'a pas rendu sa place de titulaire. De l'enthousiasme et un réel potentiel.

10. RONAN O'GARA (Irlande)

Au-dessus du lot, malgré l'émergence de David Skrela et James Hook. L'ouvreur du Munster recueille 100% des suffrages au poste 10. Amplement mérité, tant il fut parfait dans son rôle de chef d'orchestre. Accessoirement, il termine meilleur buteur, réalisateur et marqueur d'essais du Tournoi. Son Gand Chelem à lui. O'Gara a incontestablement pris une dimension supplémentaire au cours de ces sept semaines.

9. PIERRE MIGNONI (France)

Le come-back de l'année. A 30 ans, on pensait que Pierre Mignoni avait laissé filer sa chance au niveau international. Profitant des circonstances, le demi de mêlée clermontois est passé en quatre matchs d'un statut de joker à celui d'un titulaire. Un métronome dans la performance, malgré un match en demi-teinte contre Galles. Mais il est devenu incontournable...

8. DENIS LEAMY (Irlande)

Sans son énorme couac de Twickenham, Sébastien Chabal aurait pu rafler la mise. Sergio Parisse n'en était pas loin non plus. Mais c'est finalement l'Irlandais Denis Leamy qui est désigné meilleur troisième ligne centre. La récompense de la régularité pour cet infatigable travailleur. Un Tournoi bien dans la lignée de ce qu'il accompli toute l'année avec le Munster.

7. DAVID WALLACE (Irlande)

Il s'impose à une féroce concurrence, notamment celle de Julien Bonnaire. Wallace fait partie aujourd'hui des incontournables du pack irlandais. Quel dynamisme que le sien, tout particulièrement lors des victoires face à l'Angleterre et au pays de Galles. Il n'est pas pour rien dans cette troisième Triple couronne en quatre ans du XV du Trèfle.

6. SERGE BETSEN (France)

On l'a retrouvé tel qu'en lui-même et c'est une sacrée bonne nouvelle pour le XV de France, auquel il avait tant manqué à l'automne. Le Biarrot possède un profil de gratteur-plaqueur unique dans l'hexagone, ce qui le rend si précieux. Défensivement, il n'a pas d'égal en Europe. Très complémentaire de son binôme Julien Bonnaire, davantage dans le registre de la touche et du soutien offensif.

5. MARCO BORTOLAMI (Italie)

Ce XV du Tournoi 2007 ne pouvait pas ne pas compter d'Italiens en son sein. A tout seigneur tout honneur, le capitaine de la Squadra Marco Bortolami symbolise la montée en puissance des hommes de Pierre Berbizier en cette année de Mondial. Précieux dans l'alignement, c'est aussi un véritable roc. Bref, le deuxième ligne idéal.

4. PAUL O'CONNELL (Irlande)

Considéré comme depuis deux ans le meilleur joueur d'Europe à son poste, O'Connell n'a pas digéré d'être passé à côté de son match face à la France à Dublin le 11 février dernier. Mais ce jour sans ne doit pas faire oublier le reste de son Tournoi, où il resta égal à lui-même. C'est lui qui a mené la révolte avant le match face à l'Angleterre. On a vu le résultat...

3. CHRIS HORSMAN (Galles)

L'unique représentant gallois de notre sélection. Il faut dire que le pilier de Worcester est l'un des rares Dragons à avoir répondu présent sur la durée de la compétition. Auteur de son premier essai international face à l'Angleterre lors de la dernière journée. Un grand moment pour cet Anglais de naissance, qui a opté pour la sélection galloise voilà deux ans.

2. RAPHAEL IBANEZ (France)

Et si c'était lui le meilleur joueur français du Tournoi? A 34 ans, l'ancien dacquois n'a jamais possédé un tel volume de jeu. Physiquement, il est au sommet: puissance et endurance au programme. Enfin, c'est un formidable leader, qui en impose à tout le groupe France. Au capitanat, il a pris le relais de Pelous sans que personne ne s'aperçoive de l'absence du Toulousain...

1. OLIVIER MILLOUD (France)

Un vrai pilier à l'ancienne comme on les aime. Le Berjallien a sans doute été le meilleur à son poste durant ce Tournoi. Impérial en mêlée. La blessure de Sylvain Marconnet lui assure quasiment une place de titulaire pour le Mondial, mais Milloud n'avait pas attendu que le Parisien aille faire du ski pour s'imposer. Pour preuve, c'est lui que Laporte avait choisi de titulariser à Croke Park. Un signe.

Ont également obtenu plusieurs citations: Lionel Nallet (France), Chris Paterson (Ecosse), Julien Bonnaire (France), Sean Lamont (Ecosse) et Harry Ellis (Angleterre).

FORUM : DONNEZ NOUS VOTRE XV DU TOURNOI!!