Icon Sport

RUGBY - CDM 2023 - Bernard Laporte : "Certains voteront pour la France malgré la recommandation..."

Laporte : "Certains voteront pour la France malgré la recommandation..."
Par Rugbyrama

Le 31/10/2017 à 16:11Mis à jour Le 31/10/2017 à 17:28

CDM 2023 - Ce matin, deux sociétés d'audit mandatées par World Rugby annonçaient que leur préférence allait au projet sud-africain, en vue de l'organisation de la Coupe du monde 2023. Après avoir accusé le coup quelques minutes et s'être déclaré "surpris" par cette annonce, Bernard Laporte a réaffirmé son espérance. Le vote, lui, aura lieu le 15 novembre prochain à Londres.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

Bernard Laporte : Nous avons pris acte des recommandations des deux sociétés d'audit mandatées par World Rugby sur ce dossier. Mais, je le répète : ce ne sont que des recommandations.

Quel est votre agenda, désormais ?

B. L. : Nous allons continuer à rencontrer les présidents de fédération. Certains voteront pour la France malgré la recommandation. Maintenant, il nous faut convaincre les indécis. A nous d'être bons, là-dessus...

" Si les Sud-Africains ont des stades plus beaux que le Stade de France, ceux de Lille ou de Lyon, ils ont dû construire sans nous le dire... "

Etes-vous toujours aussi confiant ?

B. L. : Il y a match. Nous sommes premiers sur différents points très importants du dossier, notamment les retombées économiques. En revanche, nous sommes très surpris que l'Afrique du Sud nous devance sur le thème des infrastructures. Si les Sud-Africains ont des stades plus beaux que le Stade de France, Lille (Pierre-Mauroy, ndlr) ou Lyon (Parc OL - Groupama Stadium), ils ont dû construire sans nous le dire... Ou alors, il y a très longtemps que nous n'avons pas été en Afrique du Sud. Je vous rappelle que cinq de nos stades (sur neuf) sont neufs.

Lille: Stade Pierre Mauroy

Lille: Stade Pierre MauroyAFP

Quoi d'autre ?

B. L. : En termes de sécurité, nous sommes également derrière les Sud-Africains alors que notre pays vient de gagner le droit d'organiser les Jeux olympiques de 2024 et fut le théâtre de 21 évènements sportifs planétaires, au cours de ces dix dernières années ! Tout en faisant notre propre auto-critique, nous allons donc poser des questions aux sociétés d'audit. Car je reste persuadé qu'en termes de villes et de stades, nous sommes premiers. Mais attention, je n'oublie pas les Irlandais. Eux comme nous savent que ce sont les fédérations qui votent ! De la même manière que nous le ferons dans les quinze prochains jours, ils vont accentuer leur travail !

Pensez-vous que les affaires auxquelles vous avez été mêlé ces derniers temps aient pu desservir votre cause ?

B. L. : Non ! Avec Claude (Atcher, le directeur du projet), nous avons fait le tour du monde afin de présenter notre projet et on ne m'a jamais interrogé là-dessus. La seule interrogation qui revenait concernait la sécurité. La seule.

0
0