Carcassonne finale fédérale 1 2010 - Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

L’heure de "Carca" a sonné

L’heure de "Carca" a sonné

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/07/2010 à 13:39 -
Par Rugbyrama - Le 03/07/2010 à 13:39
Les récents exemples de Bourg-en-Bresse, Aix-en-Provence ou Lannemezan le prouvent : il est difficile pour un promu d’exister dès sa première saison en Pro D2. Pourtant, Carcassonne, qui présente un budget honorable et un effectif conséquent, semble taillé pour se faire une place chez les pros.

De l’aveu même de nombreux protagonistes, le championnat de Pro D2 s’annonce plus serré et plus homogène cette saison. A tous les niveaux. Pour la montée bien sûr avec l’absence d’ogres tels que l’ont été Toulon, le Racing-Metro ou Agen ces dernières années mais aussi dans la lutte pour le maintien. Une bonne nouvelle pour Carcassonne ? Certainement quand on connaît la difficulté pour les promus de conserver leur place dans l’antichambre de l’élite la saison même où on y accède. Alors si le challenge s’annonce périlleux pour le club audois, comme pour Saint-Etienne d’ailleurs, l’USC a mis tous les atouts de son côté. Sur tous les plans.

Avant toute chose, Carcassonne, qui avant raté la montée de peu la saison précédente et s’affirmait comme un des grands favoris lors du dernier exercice de Fédérale 1, semblait déjà armé pour appréhender le passage dans l’univers professionnel. "Avec le recul, ne pas être monté la saison dernière est un mal pour un bien, explique ainsi l’entraîneur Christian Labit dans Midi Olympique. Nous aurions été trop limités. Là, notre accession s’installe dans la logique des choses." Une année supplémentaire pour se préparer et voilà le club prêt à exister en Pro D2. Du moins en apparence. En tout cas, sur le plan économique, l’USC se porte bien et a même été félicité par le gendarme financier de la Ligue, la DNACG. Le budget présenté est ainsi supérieur à trois millions d’euros. "C’était le minimum que nous avions fixé."

Un recrutement de qualité

Financièrement, Carcassonne apparaît donc en bonne santé. Et sportivement ? Tout va bien également si l’on se fie à l’effectif qui s’apprête à en découdre la saison prochaine. En effet, aux hommes sacrés champion de France de Fédérale 1, sont venus se greffer plusieurs joueurs qui ont déjà côtoyé le plus haut niveau. En ce sens, la relégation administrative de Montauban s’est révélée être une aubaine : Laurent Delboulbès, Joël Koffi, Emmanuel Etien et Cédric Rosalen évolueront ainsi sous les couleurs carcassonnaises dans les semaines à venir. Il faut y ajouter Guicherd (Pau), Guironnet (Union Bordeaux-Bègles), ou encore Mahé (Marseille-Vitrolles). Et l’USC entend encore se renforcer dans plusieurs secteurs de jeu. Un recrutement intéressant et intelligent pour un club promu. Même si Christian Labit se montre prudent : "La qualité individuelle ne suffit pas. Je vais devoir mettre du liant entre nouveaux et anciens".

Finances, structures et effectif… Le "Carcassonne version 2010-2011" va aussi intégrer dans son staff technique les anciens pros Franck Tournaire (mêlée) et Nicolas Nadau (trois-quarts) qui ont décidé de mettre un terme à leur carrière de joueur. Et il est bel et bien taillé pour se fixer à plus long terme dans le décor du Pro D2. Sur ce point, les Audois en sauront d’ailleurs davantage assez rapidement puisqu’ils vont connaître une entame de championnat compliquée avec des déplacements à Auch, Grenoble et Oyonnax, ainsi que les réceptions d’Aurillac et Lyon lors des cinq premières journées. En coulisses, tout a été mûrement et sérieusement préparé, reste désormais à le confirmer sur les planches…