Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Entre espoirs et frustration

Entre espoirs et frustration

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 01/06/2009 à 16:08
Oyonnax, que personne n'attendait à ce niveau, a échoué à 10 cm du Top 14 en s'inclinant sur le fil contre Albi (12-14) en finale dimanche. Les joueurs de l'Ain hésitaient en fierté, espoirs et frustration. Ils assurent en tout cas avoir des ambitions pour la saison prochaine.

La frustration était bien évidemment le sentiment qui dominait dans les rangs oyonnaxiens après la défaite contre Albi. "C'est difficile de mourir si près du but mais c'est la loi du haut niveau. Nous sommes passés à dix centimètres d'une expérience énorme", déplore l'entraîneur Christophe Urios. Une allusion à cette pénalité de la dernière minute, située à 55 mètres des poteaux albigeois, ratée par Sébastien Bouillot. Un coup de pied qui aurait pu envoyer les joueurs de l'Ain dans une autre dimension. Celle du Top 14. "Nous n'avons pas fait ce qu'il fallait pour l'emporter. Nous avons essayé de nous concentrer sur le combat et nous avons parfois oublié de jouer. C'est dommage", regrette pour sa part l'arrière Silvère Tian. Rageant même quand on échoue de si peu...

Si, comme le dit Christophe Urios, "il va falloir digérer cette grosse déception", Oyonnax peut tout de même partir en vacances la tête haute. En effet, peu de monde imaginait cette formation atteindre un tel stade de la compétition. "Je suis fier de notre équipe et de notre parcours", se réjouit l'arrière. La première victoire des hommes du président Manducher n'aura pas été celle du terrain. Mais bien la reconnaissance de son équipe dans le gotha du rugby français. Même si l'arrière oyonnaxien trouve que les performances de sa formation n'ont pas toujours été appréciées à leur juste valeur : "J'ai la rage contre le monde du rugby quand j'entends tous ceux qui disaient que nous n'avions pas notre place en Top 14. Il faut que les gens nous respectent. Nous avons été la première équipe à remporter une demi-finale de Pro D2 à l'extérieur. Nous devons être reconnus pour cela."

Urios : "Nous voulons écrire une nouvelle histoire"

La fin de saison du club de l'Ain aura en tout cas fait naître une légitime ambition dans l'esprit de ses pensionnaires en vue de la saison prochaine. "Nous avons été capables d'arriver jusqu'à la finale. Il va falloir s'en servir. Nous allons revenir avec un appétit encore plus grand l'an prochain. Nous serons encore plus forts", reconnaît l'entraîneur. En effet, la course à la montée sera certainement plus ouverte que cette année et Oyonnax se présente déjà comme un sérieux client. "Nous avons gagné en maturité, accumulé de l'expérience et franchi un cap. Nous voulons maintenant écrire une nouvelle histoire", ajoute Christophe Urios. La prochaine page de cette aventure devrait logiquement être l'élite. Même si l'ensemble des membres du club souligne qu'aucune place ne lui est réservée en Top 14. C'est peut-être d'ailleurs ce qui fait sa force.

Mais le président tient à mettre en garde : "Il y a déjà eu des exemples où les rebonds ont été difficiles. Après une bonne saison, des équipes ont tendance à décompresser. Il faudra donc faire attention. On n'est pas encore des stars, nous conserverons notre culture de l'humilité." L'humilité et les valeurs de courage et d'abnégation qui font la force du groupe oyonnaxien depuis maintenant plusieurs saisons. Le coup encaissé à Montpellier dimanche devrait forger un peu plus le mental de joueurs déjà bien outillés dans ce domaine. "Nous aurons à coeur de démontrer encore notre force de caractère. Nous avions un projet sur trois ans et nous sommes en avance dès la deuxième année", explique Urios. Et Jean-Marc Manducher de conclure : "Il est vrai que notre parcours crée une certaine ambition mais l'an prochain, nous serons très attendus. Il faudra donc faire différemment. Nous serons mieux structurés et il nous reste des choses à prouver, tout en gardant cette fraîcheur d'esprit". Tout est dit...