Icon Sport

Mondial U20 - Pour les Bleuets, "un podium serait une grande victoire"

Pour les Bleuets, "un podium serait une grande victoire"

Le 19/06/2015 à 11:47

COUPE DU MONDE U20 - Après leur défaite en demi-finale du Mondial lundi contre les Néo-Zélandais, les Bleuets ont tout de même l’occasion de terminer sur le podium samedi en dominant les Sud-Africains. Ce serait une première dans cette catégorie d’âge. L’entraîneur des arrières français, Gérald Bastide, revient sur la qualité des Baby Blacks et analyse les caractéristiques des Baby Boks.

Les Bleuets étouffés par le rythme des Néo-Zélandais

L’équipe de France moins de 20 ans a très vite compris lundi contre la Nouvelle-Zélande qu’elle aurait du mal à se qualifier pour la première fois pour une finale de Coupe du monde. Avec notamment trois essais encaissés en sept minutes autour de la demi-heure de jeu, la messe était quasiment déjà dite à la pause (31-7, 45-7 au final, ndlr). "On sait très bien que ce sont des équipes qui une fois qu’elles ont pris le score sont capables de dérouler, et de dérouler très vite", analyse Gérald Bastide, l’entraîneur des arrières bleuets.

"Le début de match a fait que la situation leur a été favorable et après c’est difficile d’endiguer leurs assauts, même si la deuxième mi-temps est de meilleure qualité. Dès le début, quand on joue des matches contre les Blacks, c’est un rythme bien supérieur à tout autre match. Il faut un temps d’adaptation et d’assimilation de ce rythme-là. Pendant 25-30 minutes, on a eu du mal à s’adapter. On a fait quand même pas mal d’erreurs qu’on n’avait pas commises contre l’Angleterre (30-18), à un rythme en dessous. Quand on s’est adapté le score était déjà fait."

Pourquoi les Blacks sont si forts ?

Gérald Bastide détaille ce qui fait que quelque part les Néo-Zélandais sont uniques: "Tout va plus vite ils ont un rythme de déplacement, des changements de direction plus rapides et surtout techniquement une aisance. Tout ce qu’ils font avec ou sans le ballon est plus rapide. Leur technique individuelle est propre et en plus beaucoup plus dynamique que la moyenne des autres équipes et même que les Anglais et les Sud-Africains."

Certaines individualités ressortent à l’image de l’ailier Tevita Li, auteur d’un triplé face aux Bleuets. Avec 11 réalisations, il est désormais le meilleur marqueur d’essais de l’histoire de la Nouvelle-Zélande en moins de 20 ans. Le troisième ligne centre Akira Ioane, deux essais contre les Tricolores, a lui aussi fait forte impression. Deux éléments des Auckland Blues qui connaissent déjà le Super Rugby. "Ce sont des joueurs qui sont habitués à jouer à ces hautes intensités. Leur qualité de rugby reste identique peu importe la vitesse à laquelle ils jouent."

Gauthier Doubrere (Equipe de France U20), demi de mêlée - juin 2015

Gauthier Doubrere (Equipe de France U20), demi de mêlée - juin 2015Icon Sport

Se servir de cette expérience avant le match contre l’Afrique du Sud

Ce lourd revers contre les Baby Blacks a au moins le mérite de mettre le doigt sur ce qui sépare les Bleuets des tout meilleurs. "La leçon que l’on a tirée, c’est que par moments, quand le rythme est au niveau que les joueurs ont déjà vécu, ils font des bonnes choses comme d’habitude. Par contre, quand le niveau sur certaines séquences ou périodes avec de très hautes intensités, nos joueurs commettent des fautes techniques, de placement ou d’observation. Du coup, l’idée est de leur dire: 'Vous avez mis 25 minutes à vous adapter à ce niveau-là, vous l’avez vécu. Il faut se déplacer plus vite, agir techniquement plus vite, observer vite les zones qui sont intéressantes. Que cela serve de leçon et d’expérience pour le match contre l’Afrique du Sud (samedi à 18h30 sur Eurosport, Ndlr)’. Maintenant, on est tourné sur l’Afrique du Sud pour pouvoir préparer au mieux cette bataille".

Tristan Labouteley (Equipe de France U20), deuxième ligne - juin 2015

Tristan Labouteley (Equipe de France U20), deuxième ligne - juin 2015Icon Sport

L’Afrique du Sud, un adversaire très athlétique

Impressionnants en phases de poules avec notamment un succès 46-13 contre les Australiens, les Sud-Africains se sont inclinés en demi-finales contre les Anglais (20-28). La faute à des difficultés en mêlée et surtout de l’indiscipline, avec deux cartons jaunes pour des plaquages hauts. "Les Sud-Africains sont forts dans la dimension athlétique, ils sont costauds. Dans les activités de contact et de combat, je pense qu’avec les Anglais, c’est l’une des équipes les plus fortes. Par contre, en termes d’intensité, de déplacement et de vitesse de déplacement, les Blacks sont à mon avis la meilleure équipe au monde", estime l’entraîneur des arrières français.

Et de continuer : "Je pense que le rythme va être moins rapide, par contre les contacts vont être plus violents, c’est sûr. Si on résiste aux contacts, je pense qu’on aura la capacité de pouvoir se déplacer à leur vitesse voire même plus vite qu’eux et donc trouver des opportunités offensives et en même temps avoir une bonne réorganisation défensive".

Monter sur un podium mondial pour la première fois

En cas de victoire sur l’Afrique du Sud, l’équipe de France moins de 20 ans réaliserait tout simplement sa meilleure performance lors d’une Coupe du monde. Pour l’instant, son meilleur résultat date de 2011 avec une quatrième place. "On avait trois objectifs avant de venir", termine Gérald Bastide. "Le premier: être champion du monde. Le deuxième: monter sur un podium. Et le troisième: faire mieux que l’année précédente. On a rempli celui-ci (sixième en 2014, Ndlr). Être champion du monde est un rêve, on s’est battu au maximum pour s’en donner les possibilités, mais un podium serait une grande victoire aussi."

0
0