Rémi Lamérat - équipe de France -20 ans - dans les pas de Lamerat - Icon Sport
 
Article
commentaires
Mondial -20 ans

Dans les pas de Rémi Lamerat

Dans les pas de Rémi Lamerat

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 12/06/2010 à 19:03 -
Par Rugbyrama - Le 12/06/2010 à 19:03
Le Coupe du monde des -20 ans a débuté le samedi 5 juin en Argentine, dans la ville de Rosario. Pour cet événement, le trois-quarts centre toulousain Rémi Lamérat est notre guide au sein de la sélection et se livre sans tabous. Troisième volet avec l'esprit tourné vers le match face à l'Angleterre.

Troisième volet : "Revanchards"

Deuxième match et deuxième victoire. Le bilan après l'Argentine est positif. Parce que comme face à l'Irlande, le résultat primait sur tout. On a su réaliser une grosse entame de match : les coachs nous avaient préparé à ça, à affronter aussi une atmosphère tendue. On savait qu'il fallait bien rentrer dans le match et on a su le faire en marquant quatre essais en trente minutes de jeu. Bien sûr j'apporte un bémol à notre deuxième mi-temps : on se relâche, on déjoue, on fait trop de fautes et les Pumitas reviennent au score. On se fait peur alors qu'on menait 21-3. C'est le même constat que face à l'Irlande : nous ne parvenons pas à creuser l'écart. Maintenant, nous jouons dimanche un véritable quart de finale contre l'Angleterre. C'était notre premier objectif de ce Mondial : jouer ce match susceptible de nous envoyer en demi-finale. Ce sera contre l'Angleterre une équipe que l'on connait bien. Il y a eu notre dernière confrontation dans le Tournoi mais cela fait longtemps qu'on se confronte à cette équipe. On a beaucoup d'outils pour travailler ce match. Ceci dit, eux aussi. En tout cas je n'ai pas oublié notre défaite dans le Tournoi (33-47). On l'a tous en travers. C'était en France, en clotûre du Tournoi. Il faut se dire que la page est tournée, que c'est une nouvelle compétition, un nouveau match. Il ne faut pas s'en souvenir de façon négative. Mais s'en servir quand même pour être revanchards.

Je n'ai pas de crainte face à l'Angleterre. Les craintes sont seulement envers nous-mêmes si on ne respecte pas ce qu'on s'est dit et ce qu'on a décidé de mettre en place. Je m'attends à beaucoup de rythme et un gros volume de jeu des Anglais. Mais ils sont prenables. Tout dépendra de nous. De notre faculté à ne pas déjouer, à ne pas passer à côté. Il faut se dire que sur un match, avec un tel enjeu, tous les compteurs sont remis à zéro. On sait le niveau des Anglais. On sait qu'ils produisent un bon rugby et un jeu efficace. Ils ont aussi de bonnes individualités comme l'arrière Homer ou l'ouvreur Clegg. De là à les craindre, non.

Benjamin Petre sera titulaire au centre. Il est arrivé mercredi en remplacement de Romain Barthélémy mais il n'y a aucun souci avec son intégration : il évolue avec ce groupe depuis trois ans et il est très apprécié. Il doit peut être reprendre ses repères dans les systèmes de jeu mais il s'est mis dans le bain. Il a eu un bon entraînement vendredi pour se remettre les combinaisons en tête. Et il est prêt. Tant mieux.

Jeudi soir nous avons été invité à l'Alliance française de Rosario où nous avons pu discuter et échanger avec des amoureux de la France et de la langue française. Encore une fois, nous avons été parfaitement reçus. On sent une côte d'amour. Ce vendredi à la fin de la séance de musculation nous avons reçu de nombreux messages d'encouragements. Et pourtant, nous venions de battre l'Argentine...

L'état d'esprit est plus que positif. Deux victoires en deux matchs et l'équipe est encore hyper-concentrée et hyper-appliquée que ce soit durant les entraînements, à la récupération ou pour les soins. On ne veut pas s'arrêter là. Je ne dirai pas que nous avons de plus en plus de confiance. Mais nous sommes davantage sereins. On croit en nous et en notre jeu. Ça ne peut être que positif. Avant ce Mondial, il y a eu beaucoup de critiques. Avec les résultats du Tournoi, on ne méritait pas mieux. Mais nous sommes en train de montrer que ce Tournoi n'était qu'un accident. On peut se rattraper. Ce serait une première pour la France de se qualifier en demi-finale d'un Mondial moins de 20 ans. C'est aussi motivant pour le groupe.