Planté - Perpignan Toulouse - 27 juillet 2012 - Midi Olympique
 
Article
commentaires
Matches Amicaux

Perpignan d’attaque malgré la défaite

Perpignan d’attaque malgré la défaite

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/07/2012 à 11:17 -
Par Rugbyrama - Le 29/07/2012 à 11:17
Perpignan s’est incliné à Aimé-Giral (25-24) vendredi soir contre Toulouse en montrant des dispositions offensives intéressantes. Après avoir rossé Narbonne (62-0), les Catalans ont passé trois essais aux champions en titre. Malgré le manque de ballons.

Éphémère velléité offensive estivale ? Effet Delpoux ? Systèmes de défense non rodés et donc poreux ? Les matchs amicaux offrent des essais à tire-larigot. A Aimé-Giral, les Sang et or ont claqué dix puis trois essais. Vendredi soir, Toulouse ou pas, le mot d’ordre était de ne prendre aucune pénalité, histoire de s’offrir des munitions à foison pour fignoler les combinaisons offensives. La transgression est venue de David Mélé, à la 73e minute, qui pensait assurer la victoire des siens avant que le Stade ne les culbute à la sirène. "C’est le mouvement général qui était à l’ordre du jour, tempère Florent Cazenave. Et malgré cet essai à la fin qui, je pense, n’aurait pas lieu d’être en Top 14, on peut penser qu’on serait sorti victorieux de ce match en championnat". 

Cazenave: " On arrive à avoir une haute estime de nous-même "

Romain Terrain est moins catégorique mais corrobore les ambitions catalanes, lui qui a marqué le premier essai du match contre le Stade toulousain. Même en amical, bien jouer ne leur suffit pas. "Le seul mot d’ordre dans le vestiaire avant le match, c’était gagner donc c’est toujours frustrant de perdre sur un dernier essai, une dernière transformation à la fin, ça prouve qu’il y a encore du boulot, qu’on n’est pas bien rôdé. Il faut continuer à travailler". Les intentions sont là mais difficiles à matérialiser lorsque l’adversaire impose un embargo. "On est à trois semaines de Toulon avec encore deux échéances de haut niveau, très importantes pour mettre en place notre système de jeu et surtout arriver à avoir plus de ballons. On a énormément défendu donc difficile de pouvoir gagner contre une équipe comme Toulouse qui nous fait reculer et qui aime avoir le ballon". 

Face aux Zebras jeudi prochain et Montpellier une semaine plus tard, Perpignan devra mettre l’accent sur la conquête, vacillante vendredi soir. La thèse de l’embellie, de la montée en puissance est plausible puisque l’Usap n’a pas encore concentré ses efforts sur le travail spécifique dans les zones de rucks, la touche ou la mêlée. Quant à la grinta catalane, elle transpire des propos de Cazenave. "Le fait d’être aussi déçu après cette défaite prouve bien qu’on arrive à avoir une haute estime de nous-mêmes, chose qu’on n’avait pas les années précédentes. On est sûr de ce que l’on fait et je pense que ça se voit sur le terrain"