Alex Tulou lors du match amical entre Montpellier et les Saracens - 25 juillet 2014 - Icon Sport
 
Matches Amicaux

Match amical - Montpellier (se) régale déjà face au vice-champion d'Europe

Montpellier (se) régale déjà face au vice-champion d'Europe

Par Thomas CORBET
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/07/2014 à 17:09 -
Par Thomas CORBET - Le 26/07/2014 à 17:09
Pour son premier match de préparation de l'intersaison, face à une équipe des Saracens volontaire mais privée d'un grand nombre de ses cadres, le MHR a signé une large victoire. Les Cistes se sont surpris eux-mêmes par leur efficacité, inscrivant six essais (42-15).
 

Comme le veut la coutume, il n'y a jamais vraiment de rencontres amicales face à des clubs anglais. Thibaut Privat préférait ainsi parler de "match de préparation plutôt qu'amical". Pour preuve, un premier acte accroché et notamment une entame de match tout à l'avantage des visiteurs, qui assénaient quelques plaquages tonitruants en défense, et n'hésitaient pas à porter le ballon lors de longues séquences.

Et n'était-ce pas justement ce qu'il fallait aux Héraultais pour un premier test cet été ? Un peu d'adversité pour créer du liant ? "On voulait que tout le monde ait du temps de jeu, car tous les joueurs l'avaient mérité au vu de la préparation. Pour une première, c'était bien. On a vu de l'intensité, du combat, et ça ressemblait plus à un match de championnat qu'à un match amical", confirmait d'ailleurs Stéphane Glas dans les couloirs de Du-Manoir. Et face à cette opposition, qui a, certes, largement perdu de son intensité après la pause, le MHR, après avoir concédé le premier essai à David Strettle, a non seulement su réagir pour ensuite faire feu de tout bois lors du deuxième acte.

Des joueurs au diapason

"J'ai été un peu surpris, et je ne pensais pas que l'on ferait aussi bien", avouait l'entraineur des trois-quarts. Comprendre évidemment, pour un premier test arrivant si tôt après la reprise de la préparation rugbystique. En effet, Fabien Galthié faisait pour sa part étalage d'une certaine réserve pendant la semaine: "Comme d'habitude, on attend encore des joueurs. Comme d'habitude, on reprend avec des joueurs indisponibles." Entre les internationaux comme Ouedraogo, Mas ou Nagusa, et certaines recrues encore retenues par leurs équipes comme Mowen ou King, le MHR était amputé de nombreux éléments. Pas de quoi s'inquiéter pour autant, car les présents, habitués, jeunes ou recrues, répondaient tous à l'appel. Benjamin Fall, placé à l'aile, se montrait tranchant sur chacune de ses interventions (signant au passage son premier essai). Selponi, très inspiré, jouait juste et confirmait tout le bien que l'on pouvait déjà penser de lui (un essai).

Et que dire de la performance sans faute de Robert Ebersohn placé au centre ? D'abord associé à Tuitavake puis à Ranger, le Sud-Africain était dans tous les bons coups, faisant jouer à volonté autour de lui, avant ou après contact. Presque un exploit pour un centre de son gabarit! "C'est un joueur qui arrive à gagner ses duels, au dernier moment à esquiver et sortir les bras", décrit Glas. Une attitude que l'intéressé avoue avoir adopté "naturellement" au cours de son évolution: "Je me sens plus à l'aise, je comprends mieux la langue, ce qui m'aide car je suis quelqu'un qui aime communiquer et organiser. Dans les contacts, j'essaie de rester sur mes appuis pour travailler mon défenseur jusqu'au dernier moment. Et plus je gagne en maturité, plus j'apprends à trier les balles qui sont bonnes à donner de celles qu'il faut conserver." En somme, le MHR devrait avoir des problèmes de riches au centre pour cette nouvelles saison, avec des associations Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande qui séduisent déjà.

Benoît Sicart lors du match amical de Montpellier contre les Saracens - 25 juillet 2014
Benoît Sicart lors du match amical de Montpellier contre les Saracens - 25 juillet 2014 - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×