AFP

FOUR NATIONS - Nouvelle-Zélande-Argentine (57-22) - Ces All Blacks sont intouchables !

3 matches, 15 points au compteur : Ces All Blacks sont intouchables !

Le 10/09/2016 à 11:19Mis à jour Le 10/09/2016 à 11:57

RUGBY CHAMPIONSHIP - Les All Blacks ont mis 50 bonnes minutes pour lâcher les chevaux et corriger une valeureuse équipe d'Argentine (57-22). Avec le bonus offensif en prime, ils s'envolent en tête de la compétition.

Le scenario est connu. Rodé. Un adversaire inférieur sur le papier qui vient défier les puissants All Blacks. Qui, pendant vingt minutes, trente, ou même un peu plus, parvient à tenir tête à l'ogre. Qui croit que son jour de gloire est arrivé. Mais qui finit inlassablement par se faire rattraper par la fatigue. Et qui subit surtout le réveil de la bête. Ce scenario, les Argentins l'ont vécu ce samedi. Ils ont pourtant tout tenté, ont mené un temps (jusqu'à la 50e), mais l'ampleur du score (57-22) vient rappeler que les double champions du monde en titre semblent décidément intouchables.

Pendant un peu plus d'une mi-temps, les partenaires d'Agustin Creevy ont mis tout les ingrédients pour perturber la machine néo-zélandaise : une énorme présence dans les rucks, la volonté de jouer et de ne pas rendre le ballon au pied, une défense haute, mais aussi une efficacité chirurgicale face aux poteaux. L'essai précoce de Cordero (0-7, 3e) et la botte de Sanchez (6/7) étaient même venus valider ce plan de jeu. Mais, sans pour autant baisser pied, les Pumas n'ont pu que constater les dégâts lorsque la bande de Kieran Read a choisi d’accélérer.

Savea et Barrett insaisissables

Comme ils l'ont déjà démontré face à l'Australie, les All Blacks font en effet enfler le score rapidement dès que les passes s'enchaînent. Et comme souvent, on retrouve Julian Savea et Beauden Barrett à la manœuvre. L'ailier a été le premier à frapper (11e) et a surtout été le seul à dynamiter le jeu de son équipe dans le premier acte. Marqueur opportuniste avant la pause (36e), l'ouvreur a quant à lui attendu le retour des vestiaires pour prendre les clés du rouleau-compresseur, le lancer à vitesse maximale, et être impliqué dans toutes les situations chaudes.

A la 51e minute, Nicolas Sanchez avait pourtant ramené ses partenaires à deux petites longueurs grâce à une nouvelle pénalité (24-22). Permettant au passage aux Pumas d'inscrire le plus grand nombre de points de leur histoire face aux hommes en noir. À ce moment, le métronome argentin ne s'imaginait cependant pas que le compteur de son équipe allait rester bloqué. Ni que les All Blacks, dans le sillage de Ben Smith et Ryan Crotty, allaient réciter leurs gammes pour inscrire cinq nouveaux essais et infliger un cinglant 33-0…

0
0