Robbie Deans australie 2010 - Icon Sport
Four-Nations

L'Australie sous pression

L'Australie sous pression

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 22/07/2011 à 18:05 - Publié le 22/07/2011 à 17:35
Par Rugbyrama - Le 22/07/2011 à 18:05

La gueule de bois causée par la défaite à domicile face aux Samoans en match de préparation du Tri-Nations (23-32), qualifiée de "pire défaite wallaby de tous les temps" par certains observateurs, a decidément du mal à passer avant le premier match du Tri-Nations contre l'Afrique du Sud, ce samedi.

"La pire défaite wallaby de tous les temps". Rien que ça. Il faut dire que la bande à Rocky Elsom avait fourni aux observateurs la matière nécessaire pour cracher leur venin : inexistants dans le combat, dominés physiquement et pris dans les rucks, les Wallabies ont donné l'impression d'avoir baissé les bras. Un comportement inacceptable pour les anciennes gloires de la sélection australienne qui s'en sont donnés à cœur joie tout au long de la semaine.

Deans sous le feu des critiques

Leur cible : Robbie Deans, le sélectionneur, qui avait choisi de laisser souffler ses meilleurs éléments, en l'occurence les joueurs des Queensland Reds, champions du Super 15. La passage à tabac médiatique fut si sévère que Deans a même reçu un soutien pour le moins inattendu, en la personne de Graham Henry, patron des All Blacks et grand rival : "La volée de bois vert que les médias ont infligé à Robbie Deans est, à mon sens, plus que discutable." Et ajoutant : "Que voulaient les médias ? Que Deans aligne une équipe usée ou qu'il fasse le bon choix ?". Outre le fait que cette déclaration visait surtout à justifier ses propres choix avec les Blacks (Henry s'est passé de ses Crusaders pour affronter les Fidji), à travers cette sortie, il a au moins eu le mérite de reconnaître l'excellente prestation des Samoans : "Il ont bien joué, ils ont sacrément bien joué ! Ceux qui se déchaînent sur Robbie Deans ont oublié qu'il s'agit d'une équipe du Top 10 mondial." Malgré cette déconvenue, il semblerait que l'avenir de Deans à la tête des Wallabies ne soit pas menacé, puisque la fédération est toujours disposée à lui laisser les clés du camion, voire même de prolonger son bail jusqu'en 2015. Réponse dans les semaines à venir.

En revanche, il est une autre victime qui risque de pâtir davantage du naufrage samoan. Il s'agit de Matt Giteau, titularisé à l'ouverture en l'absence de Quade Cooper. Malgré un essai, deux transformations et trois pénalités inscrites, la tête du futur Toulonnais est tombée lors de l'annonce du groupe qui disputera ce match d'ouverture du Tri-Nations face à l'Afrique du Sud. Pas de Giteau en 10, ni même sur le banc, l'ouvreur de la Western Force ne figure pas dans le groupe. Une exécution en règle qui a même poussé Eddie Jones et John Connolly, anciens sélectionneurs des Wallabies à prendre sa défense, rappelant qu'il était un joueur "incontournable" de l'effectif wallaby.

Le retour des cadres

Pour ce match décisif avant l'heure, Robbie Deans a opéré un grand remue-ménage. Sept changements qui marquent le retour en force des cadres de Deans, et surtout de ses Reds. L'attelage Horwill-Simmons débutera, tout comme la charnière magique Genia-Cooper. En troisième ligne, le retour du féroce David Pocock devrait faire le plus grand bien à un paquet d'avants bien trop tendre la semaine dernière. Derrière, exit Mark Gerrard et Rod Davies, place à Kurtley Beale (élu meilleur joueur australien par ses pairs) et au jeune prodige James O'Connor. Ainsi armés, les Australiens retrouvent leur XV type et font figure de favoris face à l'équipe « réserve » qu'alignera Peter de Villiers pendant toute la compétition. « Nous nous sommes beaucoup entraîné tout au long de la semaine pour remettre les choses en place, tant au niveau technique que mental. Tout le monde sait que jouer l'Afrique du Sud équivaut à une grosse journée au bureau », plaisante Pocock. Espérons que cette fois, les Australiens feront le boulot.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×