Icon Sport

Australie: quand Hansen vole au secours de Deans

Australie: quand Hansen vole au secours de Deans
Par Rugbyrama

Le 29/08/2012 à 14:48

L’Australie a perdu ses deux premiers matchs du Four-Nations face à la Nouvelle-Zélande. Au-delà du résultat, c’est la manière qui inquiète. Le sélectionneur, Robbie Deans, essuie les critiques. Steve Hansen, son ancien associé aujourd’hui sélectionneur des All Blacks, a même volé à son secours.

Les destins de Robbie Deans et de Steve Hansen ne cessent de se croiser. Autrefois associés au sein de l’encadrement des Crusaders (ils remportèrent le Super Rugby en 2000), la franchise néo-zélandaise de Christchurch, ils sont aujourd’hui rivaux. Comme nul n’est prophète en son pays, Deans a quitté le pays au long nuage blanc pour prendre les rênes de l’Australie, l’éternel rival. Hansen, de son côté, a patienté dans l’ombre de Graham Henry que son heure vienne. Promu sélectionneur au sortir de la Coupe du Monde, Hansen gère cette période de transition à merveille. Si bien qu’aujourd’hui, l’élève (ou plutôt l’assistant) a dépassé le maître.

Les Blacks de Hansen ont infligé deux corrections de suite aux Wallabies de Deans. La dernière, reçue à l’Eden Park d’Auckland, déboucha sur un douloureux 22 à 0. Cela faisait cinquante ans que l’Australie n’avait pas réussi à inscrire le moindre point contre les Blacks. L’échec de la Coupe du Monde (troisième place) avait déjà fait grincer des dents. L’entrée en matière de l’Australie dans ce Four-Nations a placé Deans sous le feu des critiques.

Hansen : "Robbie n’est pas un mauvais entraîneur"

Des critiques si virulentes qu’elles poussèrent Hansen à sortir de sa réserve. Interrogé par une radio néo-zélandaise, le sélectionneur All Black a tendu la main à son ancien mentor : "Robbie n’est pas un mauvais entraîneur", a t-il affirmé. "Ce n’est pas parce qu’il a perdu deux fois contre nous qu’il est mauvais. Robbie a multiplié les records avec les Crusaders. Il paye cher le fait de ces défaites. Les gens devaient prendre un peu de recul plutôt que de se focaliser sur son rôle". Le sélectionneur Black a même fait preuve d’empathie "Ils avaient tous la même expression. Ils étaient déboussolés, ils ne savaient pas quoi faire. C’est une situation délicate, car quand on a aucune solution, on ne peut pas progresser".

Les Wallabies ne savent donc pas où ils vont. Robbie Deans non plus. En Australie, des rumeurs sur son éviction en cas d’échec contre l’Afrique du Sud et l’Argentine courent déjà. Dans deux semaines, les Wallabies accueilleront les Boks. Une rencontre qui sent déjà la poudre, et dont l’issue pourrait être fatale à Deans.

0
0