Guy Novès (Toulouse) après le coup de sifflet final lors de la défaite à Montpellier - 25 janvier 2015 - Icon Sport
Champions Cup

Champions Cup - Guy Noves (Toulouse): "Toulon revient de Pro D2 et n'a gagné que trois titres..."

Noves: "Toulon revient de Pro D2 et n'a gagné que trois titres..."
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/01/2015 à 14:58 - Publié le 26/01/2015 à 14:55
Par Martine LOYER - Le 26/01/2015 à 14:58

Alors que son équipe ne verra pas les quarts de finale de la Coupe d’Europe pour la deuxième fois en trois ans, Guy Novés, malgré "ce gros coup sur la tête", réfute la théorie du déclin et en appelle à la mémoire de chacun. "Il ne nous reste que cet objectif" prévient-il également en lorgnant sur le Top 14.

Thierry Dusautoir parlait dimanche d’un "gros coup sur la tête" après cette élimination. Avec un peu plus de recul, quel est votre sentiment ?

Guy NOVES: Oui, c’est un gros coup sur la tête sportif. La qualification nous tendait les bras il y a quinze jours et elle nous échappe d’un point et sur le goal-average particulier avec les Saracens. Sur nos trois matchs à l’extérieur, on en gagne deux. Les efforts consentis, les espoirs surtout car nous étions bien placés, font que nous sommes extrêmement déçus ce lundi matin.

Cette deuxième élimination avant les quarts en trois ans n’est-elle pas préjudiciable en termes d’image par rapport à des équipes comme Toulon, Clermont ou le Racing ?

G.N: Je ne suis pas là pour évaluer le prestige du Stade toulousain. Ecoutez, j’ai la sensation que l’on est en train de récolter les fruits de nos résultats. En fait, tout ce que l’on a fait jusqu'à présent et qui font que le Stade toulousain est ce qu’il est… aujourd’hui on en paie les conséquences. C’est vrai que Clermont est devant mais je voudrais simplement rappeler que Clermont n’a gagné qu’un titre en huit ou neuf ans. Toulon revient de Pro D2 et n’a gagné que trois titres. Le Racing aussi est devant, mais en cinq participations ils n’ont fait qu’un quart de finale. Si on doit tirer un bilan sur ce match ou sur cette saison, oui, ils sont devant et il n’y a rien à dire. Après si on considère que l’image est ternie parce que cette saison on est derrière… Si on doit faire un bilan sur l’image du club servie par les résultats de ces trente dernières années, je crois qu’il n’y a pas photo.

" Si on doit faire un bilan sur l’image du club servie par les résultats de ces trente dernières années, je crois qu’il n’y a pas photo"

La perspective de n’avoir plus que le Top 14 comme objectif peut-il être une façon de positiver ?

G. N: On va faire comme tous ces clubs qui disent: "notre objectif c’est le Top 14 et pas la coupe d’Europe (sourire)". Non, plus sérieusement, on verra plus tard si c’est un mal pour un bien. Si on avait été qualifié, il aurait fallu aller au Leinster puis encore se déplacer en demi-finale. Cela aurait été compliqué, dans une période où on aura besoin de régénérer des joueurs qui auront fait le Tournoi. On aurait préféré se qualifier dimanche, indéniablement, c’était l’objectif mais n’étant pas qualifié à peu de chose on va faire comme tous les clubs français, par exemple, qui ont disputé la Challenge Cup en pensant au Top 14. On va désormais surtout se concentrer sur le championnat…

Guy Novès, le manager du Stade toulousain
Guy Novès, le manager du Stade toulousain - Icon Sport

Ce discours ne confirme-t-il pas que le Stade toulousain est désormais rentré dans le rang ?

G.N: Vous êtes un peu sévère. Cela nous est déjà arrivé de ne pas nous qualifier pour les quarts de finale et chaque fois que cela est arrivé on s’est concentré sur le championnat. Notre état d’esprit n’était pas alors de rentrer dans le rang. On a montré cette saison en Coupe d’Europe ô combien on prenait cette compétition au sérieux. Hormis ce match raté ici face à Bath, on est allé gagner à Bath, à Glasgow… Je ne pense pas qu’il faille être aussi sévère. Qu’est-ce qui fait la différence entre une qualification et une élimination ? Ce n’est pas cinq ou six matchs perdus. Comme Bath ou les Saracens, nous n’avons perdu que deux matchs. Vous voyez, cela ne se joue à vraiment pas grand-chose.

" Je ne vois pas Toulon se promener dans un match et dire ce n’est pas compliqué, idem pour le Racing"

Pour rebondir, un déplacement périlleux vous attend à Castres

G.N: Dans ce championnat tous les matchs sont compliqués. Je ne vois pas Toulon se promener dans un match et dire ce n’est pas compliqué, idem pour le Racing. Dés qu’ils se relâchent, immédiatement, ils sont en difficulté. Castres à ses difficultés qui correspondent à son classement et nous on a les nôtres qui correspondent à notre volonté de remonter au classement. Il ne nous reste que cet objectif.

Concernant les internationaux qui sont actuellement en stage, pourrez-vous compter sur certains d’entre eux ?

G.N: Les internationaux qui sont retenus dans les 23 pour l’Ecosse (le 7 février, ndlr) ne pourront pas jouer avec nous. Ceux qui ne sont pas retenus rentreront le jeudi et pourront jouer deux jours plus tard. On verra bien qui est sélectionné, en ayant quand même une petite idée et peu d’espoir de récupérer un certain nombre de joueurs.

Guy Novès, tête baissée après l'élimination de Toulouse
Guy Novès, tête baissée après l'élimination de Toulouse - Icon Sport
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×