Guy Noves - toulouse - 2 novembre 2013 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe > - Toulouse

Toulouse-Connacht (14-16), H Cup - Novès: "Un scénario auquel on ne s’attendait pas"

Novès: "Un scénario auquel on ne s’attendait pas"

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 09/12/2013 à 12:52 -
Par Clément Mazella - Le 09/12/2013 à 12:52
Toulouse ne s’attendait vraiment pas à tomber sur une équipe du Connacht aussi accrocheuse à Ernest-Wallon. Le joker des Haut-Garonnais est déjà grillé…
 

Toulouse a gâché. Gâché son exploit retentissant de Wembley contre les Saracens au mois d’octobre dernier. S’étant ouvert une autoroute royale vers les quarts de finale, le quadruple vainqueur de la H Cup a dilapidé son avantage, en s’inclinant face aux Irlandais du Connacht. Un résultat qui n’était pas prévu sur la feuille de route de Guy Novès, de surcroit à domicile et face au dernier de Ligue celte. "Le scenario qui s'est produit sur ce terrain n'est pas celui auquel on s'attendait. On pensait gagner aujourd'hui particulièrement même si on n'a pas pris notre adversaire de haut", avoue le manager toulousain. Mais voilà, le mal est fait. S’il reste en tête de sa poule, Toulouse devra réaliser une phase retour sans accroc pour décrocher la qualification. Et cela ne s’annonce pas simple du tout (déplacements au Connacht et aux Zebre, réception des Saracens).

Rompu aux joutes européennes, Toulouse savait plus que quiconque qu’il fallait rester sur ses gardes. "Ce n'est pas faute de l'avoir dit et répété tout au long de la semaine, notamment Jean-Baptiste (Elissalde), qui nous a largement mis en garde", rappelait Clément Poitrenaud. Le discours est passé dans les vestiaires… Pas sur le terrain. Après une entame pourtant réussie et plusieurs occasions nettes, le Stade toulousain est tombé dans ses travers. Devant courir après le score, les coéquipiers de Louis Picamoles se sont entêtés à vouloir imposer un gros défi physique face à une défense organisée et prête à en découdre dans ce secteur-là. "Stratégiquement on ne s'est pas forcément adapté au repositionnement défensif de cette équipe", admettait Novès. "On s'est peut-être trop entêtés à vouloir faire du jeu à un moment où il aurait fallu conserver", glissait Dusautoir. Toulouse n’a pas trouvé de solutions et s’est pris tout seul les pieds dans le tapis.

" Poitrenaud: Une question d'intellect et de maîtrise"

Gavés de ballons (près de 60% de possession), les Toulousains ont paru empruntés, confirmant leurs difficultés du moment dans le jeu. S’ils ont franchi à maintes reprises (10 franchissements et 32 défenseurs battus !), ils ont également commis beaucoup trop de maladresses dans la zone de vérité et perdu un nombre incalculable de ballons (vingt-et-un, dont deux en touche). "On a perdu énormément de ballons. On s'est affolé et on n'a pas joué le rugby qu'il fallait face à une telle équipe", déplorait Novès. "A vouloir trop jouer au rugby, parfois face à une équipe bien organisée on s'y perd et c'est ce qui s'est passé. Ce n'est pas une question d'investissement, c'est plus une question d'intellect et de maîtrise", regrettait Poitrenaud. Les Toulousains n’ont pas non plus su inverser la pression des Irlandais en seconde période. "Le jeu au pied doit être une arme comme une autre et on ne l'a pas assez utilisé, en tout cas pas à bon escient, contrairement à eux. C'est une leçon à intégrer et rapidement puisque la semaine prochaine on va en Irlande", analysait l’arrière international.

Bref, le bonus défensif constitue une bien maigre consolation. Avec dix points en trois journées, Toulouse s’est compliqué la tâche. "On n'a plus de joker, comme les autres. C'est une défaite en Coupe d'Europe qui remet en question notre victoire aux Saracens. Elle ne va pas nous éliminer mais va remettre en question la suite", déclarait Novès. Le manager toulousain attend désormais une réaction de son groupe. "On est bien conscient que la semaine prochaine le Connacht jouera le même rugby avec la même ferveur. J'espère que le Stade toulousain sera différent". Il n’est pas le seul à espérer cela.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×