Nagusa - Montpellier Sale - 21 octobre 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Dix minutes de folie pour Montpellier

Dix minutes de folie pour Montpellier

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/10/2012 à 18:18 -
Par Rugbyrama - Le 21/10/2012 à 18:18
Contré par une équipe de Sale joueuse mais limitée en mêlée, Montpellier a profité de dix bonnes minutes en seconde période pour s'imposer facilement (33-18).

Le match ne pouvait pourtant pas commencer de pire manière : alors qu’ils étaient sur le point de concrétiser un temps fort, lequel avait débuté par une percée de François Trinh-Duc plein champ, Mamuka Gorgodze relâchait un ballon dans un maul pénétrant. Fait rarissime, certes, compte tenu de la force du colosse géorgien, mais aux conséquences immédiates : l’ailier Tom Brady s’offrait une folle échappée d’une soixantaine de mètres. Danny Cipriani, plutôt que d’exploiter le surnombre à la main, préférait taper à suivre pour son autre ailier, Mark Cueto. 5-0 après quatre minutes de jeu, on ne pouvait imaginer pire entame. Fort heureusement,la réaction héraultaise fut immédiate. Petit à petit, les avants du MHR mirent leur emprise sur le match. Plus agressifs dans les rucks, et tout simplement plus puissants en mêlée fermée, ils permirent à Martin Bustos-Moyano d’inverser le cours du match. A la pause, les Montpelliérains viraient en tête avec quatre points d’avance (12-8).

L’heure fatale

Le phénomène ne fit que s’amplifier dans le second acte. Peu après le retour des vestiaires, Combezou commettait un en-avant qui venait gâcher un temps fort montpelliérain. Cette erreur eut en fait un mérite : celui d’amener une mêlée, sur laquelle le pack montpelliérain eut l’occasion de faire parler sa puissance. Après que Van Vuuren, tout juste entré, ai chipé le ballon aux Anglais, Beattie partait derrière sa mêlée, fixait le demi de mêlée, et servait François Trinh-Duc à hauteur. Cet essai plongea les Montpelliérain dans une irrésistible euphorie : moins de quatre minutes plus tard, Fernandez tapait un coup de pied par dessus pour Combezou, qui trouvait Nagusa grâce à une passe sur un pas. Trois minutes plus tard, c’était au tour de Trinh-Duc de taper par dessus la défense. Après un rebond favorable, l’ouvreur international obliquait sa course vers l’intérieur, aspirant le dernier défenseur. Alerte, Julien Tomas venait croiser avec lui pour aplatir sous les perches.

Au vu de ce festival, le bonus offensif s’imposait comme une évidence. Il n’en fut finalement rien. Coupables d’un relâchement dans l’agressivité, et moins dominateurs en mêlée fermée après les sorties de Bustos et Fakaté, les Montpelliérains subirent le retour des Anglais dans le dernier quart d’heure. Ces derniers marquèrent même un essai par l’intermédiaire de Richie Vernon, l’international écossais, qui profita d’une approximation en touche. Les Montpelliérains paieront-ils cet errement ? Ils feront leur compte à la fin de l’aventure.