Icon Sport

6 NATIONS - Au large ou dans l’axe ? Les Bleus doivent encore trouver la bonne alchimie

Au large ou dans l’axe ? Les Bleus doivent encore trouver la bonne alchimie

Le 19/03/2017 à 14:53

6 NATIONS - Une nouvelle fois, les avants du XV de France se sont distingués par leur rage et leur solidarité. Si le projet de Guy Novès privilégie le mouvement, les Bleus devront également favoriser ce jeu dans l’axe où ils mettent à mal leurs adversaires.

"J’aurais aimé que tactiquement, on change réellement de style de jeu..." Moins d’une heure après la victoire héroïque face au pays de Galles (20-18), Guy Novès était trop submergé par l’émotion d’un scénario ubuesque pour verser dans l’analyse. Mais le sélectionneur regrettait malgré tout l’entêtement de ses élus à jouer sur les extérieurs.

"Le jeu dans l’axe aurait peut-être été plus prolifique dans la mesure où leur défense était très dure et qu’ils montaient vite", expliquait-il. Alors pourquoi ce choix stérile de faire vivre le ballon coûte que coûte ? "Honnêtement, les consignes sont passées. Après, l’intensité du match fait qu’on l’a plus ou moins bien appliqué", précise l’entraîneur des avants Yannick Bru. "Mais les joueurs voulaient jouer dans l’axe. Il y a eu quelques fautes de mains, des ballons perdus dans les rucks un peu rapidement. On n’a pas pu le mettre en œuvre mais ça c’est quand même déclenché sur la fin du match."

Yannick Bru (XV de France)

Yannick Bru (XV de France) Icon Sport

" Quand on livre un gros combat, on est une équipe très âpre (Maestri)"

Coupables de maladresses, d’en-avants, notamment dans la ligne de trois-quarts avec Dulin (24e), Vakatawa (51e) et Nakaitaci (74e), les Bleus ont passé la plus grande partie de la rencontre (de la 20ème à la 70ème minute de jeu) à se briser sur la défense galloise en privilégiant le jeu au large. "On était bien après c’est dommage, on a encore ces petits détails qui ne nous permettent pas de scorer", regrette le demi d’ouverture Camille Lopez. Après, on n’a pas un trou noir mais on n’arrive pas à imposer notre système. "A 10-0, on commence à rendre des ballons sous la panique. On n’est plus maître de ce que l’on fait. Avec leur défense, on s’est dit de les prendre un peu plus au cœur, de basculer sur des croisés pour refaire un travail avec les gros pour d’abord les consommer au près."

Comme souvent, les Tricolores ont donc attendu les derniers instants de la rencontre pour se réfugier derrière ce jeu pénétrant qui leur sourit tant. "On a vu un gros travail de solidarité, d’entre-aide", confie le deuxième-ligne Yoann Maestri. "Y’avait un gros enthousiasme des mecs qui n’avaient pas débuté avec une envie profonde de gagner. Mine de rien, les matches de nos adversaires contre nous n’ont pas été les mêmes que ceux qu’on a vu à la TV. Quand on livre un gros combat, on est une équipe très âpre."

Yoann Maestri (XV de France) - 18 mars 2017

Yoann Maestri (XV de France) - 18 mars 2017Icon Sport

Un jeu direct et du caractère

Critiqué pour sa technique de passe et son déplacement, le Toulousain a reçu un hommage appuyé de Yannick Bru. "Je voudrais tirer un grand coup de chapeau à nos leaders, à Guilhem (Guirado) qui a été un formidable capitaine, à Yoann Maestri qui a pris quelques coups dernièrement et qui a fait un grand match", souligne l’entraîneur des avants. "Dans l’intensité qu’il a déployée, il fait un match quasi parfait que ce soit dans le contre en touche, avec sa puissance. Il n’a pas craqué sous la pression."

Ce succès au forceps démontre que le XV de France se retrouve, se sublime dans un jeu direct où le caractère des joueurs s’affirme. "Il faut garder la tête froide, trouver un amalgame entre ce jeu de mouvement et un jeu direct", tempère Maestri. "Dans les 20 premières minutes, dès qu’on a mis de la vitesse, on a été redoutable. Que ce soit dans l’axe ou à l’aile, il faut surtout qu’on mette de la vitesse dans notre jeu". Une alchimie que les Bleus essaieront de trouver lors de leur tournée estivale en Afrique du Sud.

0
0