Icon Sport

Tournoi des 6 Nations, France-Irlande - Une victoire à l'arraché mais qui fait un bien fou (10-9)

Une victoire à l'arraché mais qui fait un bien fou

Mis à jourLe 13/02/2016 à 18:11

Publiéle 13/02/2016 à 17:23

Mis à jourLe 13/02/2016 à 18:11

Publiéle 13/02/2016 à 17:23

Article de Fabien Pomiès
Dans cet article

6 NATIONS - Longtemps derrière au score, les Français ont finalement réussi à renverser la vapeur durant le dernier quart d'heure contre les Irlandais (10-9). Une victoire ô combien importante pour la confiance après avoir déjà lutté pour se défaire des Italiens la semaine passée (23-21).

Soixante-dix minutes de souffrance avant la délivrance. Voilà qui pourrait résumer le scénario de ce France-Irlande, deuxième match (et victoire) des Bleus sous l'ère Novès (10-9). Bousculés sur la pelouse du Stade de France, souvent brouillons face aux Irlandais, les coéquipiers de Guilhem Guirado ont dû patienter jusqu'à l'entrée des dix dernières minutes pour enfin passer devant au score et enchaîner un deuxième succès consécutif dans ce Tournoi des 6 nations après avoir déjà vaincu l'Italie la semaine passée (23-21).

Mais ne le cachons pas, cette victoire a été extrêmement compliquée à décrocher. La faute à une entame hésitante des Tricolores dans cette rencontre et un jeu au pied approximatif. Souvent privés de ballons, les Français ont également éprouvé des difficultés lorsqu'ils en ont eus. A plusieurs reprises, ils se sont cassés les dents sur ce mur vert qui s'est dressé devant eux. De sorte que l'on se demandait s'ils allaient parvenir à faire basculer la rencontre dans leur sens. Pourtant, le capitaine Guilhem Guirado n'avait de cesse de montrer l'exemple, multipliant les efforts sans se ménager.

Maxime Médard (XV de France) face à l'Irlande - 13 février 2016
Maxime Médard (XV de France) face à l'Irlande - 13 février 2016 - AFP

Quand le banc fait la différence...

Il aura donc fallu attendre le dernier quart d'heure pour voir des Bleus enfin faire le siège dans les 22 mètres du XV du Trèfle, eux qui l'on investi pour la première fois à la 61e minute. L'apport du banc de touche, dans ce sens, a fait un bien fou et certainement la différence. Notamment celle des deux piliers Eddy Ben Arous et Rabah Slimani en quête de rachat après leur prestation contre les Transalpins. Le demi de mêlée Maxime Machenaud et le deuxième ligne Paul Jedrasiak ont aussi donné un second souffle.

Alors que l'on entrait dans le dernier quart d'heure, Damien Chouly a cru une première fois inscrire l'essai libérateur (65e) mais la vidéo n'a jamais pu prouver s'il avait franchi la ligne d'en-but ou pas. Les Bleus s'en sont alors remis à leur mêlée pour faire la différence. Au bout de la quatrième, c'est finalement l'arrière Maxime Médard qui a libéré les siens en aplatissant entre les poteaux (71e) transformé par Jules Plisson (10-9). Succès au forceps des Tricolores, un peu comme face à l'Italie. Mais, oui, cette jeune équipe française a des ressources mentales et sait enchaîner les victoires. Pour l'instant, on s'en satisfait puisque la France est première du Tournoi.

0 commentaire
Vous lisez :