Icon Sport

TOURNOI 6 NATIONS - Paul Jedrasiak (XV de France): "On a envie de saigner pour ce maillot"

Jedrasiak: "On a envie de saigner pour ce maillot"

Mis à jourLe 09/02/2016 à 18:25

Publiéle 09/02/2016 à 16:55

Mis à jourLe 09/02/2016 à 18:25

Publiéle 09/02/2016 à 16:55

TOURNOI 6 NATIONS - Très en vue pour sa première cape face à l’Italie, Paul Jedrasiak (23 ans, 2,00m, 120 kg) a répondu à toutes les attentes. Joueur polyvalent, habile dans le jeu courant, le Clermontois incarne malgré tout le deuxième ligne rugueux. Un avant de devoir qui sera précieux pour faire face au défi physique des Irlandais.

Paul, dans quel état d’esprit êtes-vous après cette victoire laborieuse contre l’Italie (23-21) ?

Paul JEDRASIAK: On a tiré les conclusions qui s’imposaient. On s’est dit de se remettre au boulot très vite pour vraiment se focaliser sur ce qui n’a pas été : être meilleur sur notre défense en touche et meilleur dans notre système défensif. Certaines fois, on n’y était pas sur les bases. Il va falloir se reprendre contre l’Irlande. Mais ce premier match est passé. A nous maintenant de mettre la machine en route.

Il faudra être plus conquérant contre l’Irlande…

P.J: Parce que vous ne nous avez pas trouvé conquérant ? (silence)

Paul Jedrasiak (France) sonne la charge face à l'Italie - 6 février 2016
Paul Jedrasiak (France) sonne la charge face à l'Italie - 6 février 2016 - Icon Sport
" Il ne faut pas voir les Irlandais trop beaux. Je n’aime pas bader mes adversaires"

Mais vous avez été bousculés par les Italiens dans le défi physique. Est-ce qu’il y a une appréhension avant de retrouver une équipe d’Irlande redoutable dans ce secteur ?

P.J: Il y aura forcément de l’appréhension. L’Irlande est une grosse équipe sur les ballons portés. Mais on les connaît. On a quand même l’habitude de les jouer en Coupe d’Europe et on a déjà démontré qu’on pouvait répondre présent dans ce registre. Il faudra être agressif et marquer notre territoire.

Qu’avez-vous pensé du match de l’Irlande contre le pays de Galles (16-16) ?

P.J: On a vu une très belle équipe d’Irlande. Ils jouent beaucoup. C’est impressionnant. Mais il ne faut pas les voir trop beaux. Je n’aime pas bader mes adversaires. C’est une équipe comme les autres et on a nous-aussi un très gros potentiel. Ça ne sert à rien de faire le match avant.

Paul Jedrasiak (XV de France) à Marcoussis - 9 février 2016
Paul Jedrasiak (XV de France) à Marcoussis - 9 février 2016 - Icon Sport
" Je vais tout donner pour défendre ma terre"

Tout le monde s’est enthousiasmé sur le projet de jeu ambitieux prôné par Guy Novès… Mais la notion de combat est-elle toujours aussi forte ?

P.J: Guy Novès nous a également dit de mettre beaucoup de combat. Il ne nous a pas dit: "Jouez ! Jouez !" Il a bien insisté sur le fait d’être principalement dans le combat. Lundi, il a appuyé aux bons endroits. Il a été juste avec nous.

Justement, pour se préparer à un gros combat, l’ancienne génération disait souvent qu’il fallait mettre le "casque à pointe". Est-ce que la nouvelle génération se reconnaît également dans ce registre ?

P.J: Bien sûr que ça nous parle. On a quand même ça dans le sang. J’entends beaucoup de chose sur l’ancienne et la nouvelle génération. On dit que ce n’est pas la même mais c’est faux. On est sur les mêmes rails. On a envie de tout donner, de saigner pour ce maillot. Les Irlandais ne vont pas nous faire de cadeaux. Je vais tout donner pour défendre ma terre.

0 commentaire
Vous lisez :