Icon Sport

Maxime Médard: "Honnêtement, je n’ai pas été très régulier sur ma carrière internationale"

Médard: "Honnêtement, je n’ai pas été très régulier sur ma carrière internationale"

Mis à jourLe 23/02/2016 à 18:06

Publiéle 23/02/2016 à 17:41

Mis à jourLe 23/02/2016 à 18:06

Publiéle 23/02/2016 à 17:41

6 NATIONS - De sa première sélection en 2008 à sa récente réhabilitation par Guy Novès, le parcours de Maxime Médard (29 ans, 12 essais en 43 sélections *) n’a pas toujours été à la hauteur des attentes. Alors que Hugo Bonneval s’avance comme un concurrent au poste d’arrière, le Toulousain espère enfin s’installer sous le maillot du XV de France.

Maxime, quelle serait votre définition du rugby gallois ?

Maxime MEDARD: Juste un mot : puissant ! C’est une équipe avec des joueurs très puissants qui aiment bien "bastonner". On a eu deux matches compliqués mais ce premier déplacement est un test assez important. Ce sera une expérience énorme. J’espère qu’ils ne vont pas nous laisser six minutes dehors avant le coup d’envoi avec cette ambiance de feu. On va essayer de faire ce qu’on peut.

Quand on vous écoute, vous qui êtes plutôt enthousiaste, on sent comme une forme de résignation…

M.M: J’essaye juste de garder les pieds sur terre. C’est important de ne pas s’enflammer. Il ne faut pas oublier qu’on en a pris 30 là-bas il y a deux ans. On a gagné deux matches, c’est bien. Mais on a encore rien prouvé. Si on arrive à faire quelque chose… trois victoires d’affilée, ça ne s’est pas fait depuis je ne sais pas combien d’années. Ce serait magnifique de gagner à Cardiff.

Maxime Médard, l'arrière du XV de France
Maxime Médard, l'arrière du XV de France - Icon Sport
" Les Gallois aiment bien bastonner"

Cette semaine très courte pour préparer ce match pèse-t-elle dans les esprits ?

M.M: C’est vrai que ce n’est pas évident de travailler. Lundi, des joueurs étaient au repos. Ce n’est pas facile pour préparer un grand match. Mais c’est important de nous laisser travailler. Je pense que vous avez vu plus de jeu en deux matches qu’en quatre ans. On essaye de faire de belles choses mais tout ne sera pas parfait demain. Nos deux victoires dans la difficulté sont importantes pour la suite mais on va rester humbles.

Vous qui avez connu deux sélectionneurs (Marc Lièvremont et Philippe Saint-André), quelle est aujourd’hui l’ambiance au sein du XV de France ?

M.M: Ce que je trouve vraiment différent, c’est que les joueurs prennent vraiment à leur compte le projet de jeu. On n’attend pas qu’on nous donne sur un plateau. On essaye de dire quand ça ne va pas. On le vit à 100%. Les joueurs qui sont aujourd’hui en équipe de France aiment le jeu ! On a plus de liberté qu’avant sur le projet de jeu. Sur les autres années, on se laissait souvent porté. On ne prenait pas assez le jeu à notre compte.

Maxime Médard (XV de France) - 9 février 2016
Maxime Médard (XV de France) - 9 février 2016 - AFP
" Ça fait onze ans que je connais Guy Novès mais il m’impressionne toujours autant"

A titre personnel, dans quelle mesure la présence de Guy Novès comme sélectionneur vous apporte-t-elle de la sérénité ?

M.M: (il sourit) On se connaît bien avec Guy… Ça fait onze ans que je le connais mais il m’impressionne toujours autant. Ses paroles sont toujours importantes. Après, je pense que ce staff là a pris une équipe pour jouer, pour prendre des initiatives. Et si on prend des initiatives, c’est pour le bien de l’équipe. Je ne pense pas qu’on se fasse engueuler.

Vous êtes en équipe de France depuis 2008 (première sélection contre l’Argentine, NDLR) mais on se dit que c’est peut-être le bon moment pour vous affirmer comme le grand arrière que tout le monde espérait…

M.M : (silence) Aujourd’hui, je suis moins jeune, je prends ce qu’on me donne. Je profite au max. J’ai été déçu ne pas faire la Coupe du monde (2015). Mais ce sont les aléas du sportif de haut niveau d’avoir des échecs. Honnêtement, c’est vrai que je n’ai pas été très régulier sur ma carrière internationale. J’essaye de travailler. Je travaille dur pour essayer d’être en équipe de France même si mon équipe du Stade toulousain a beaucoup contribué à mon retour. Après, je peux jouer à l’aile, je peux être remplaçant. J’essaye de vivre l’instant présent, pas dans le passé ou le futur.

Maxime Médard (XV de France) à Marcoussis - 23 février 2016
Maxime Médard (XV de France) à Marcoussis - 23 février 2016 - Icon Sport

De notre envoyé spécial à Linas-Marcoussis, Vincent PERE-LAHAILLE

* A titre comparatif : Stuart Hogg (Ecosse, 9 essais en 40 sélections), Rob Kearney (Irlande, 13 essais en 68 sélections), Mike Brown (Angleterre, 8 essais en 45 sélections), Leigh Halfpenny (Pays de Galles, 12 essais en 62 capes), Luke McLean (Italie, 7 essais en 75 sélections).

0 commentaire
Vous lisez :