Thomas Lièvremont, le nouveau manager de France U2à - 2 février 2016 - Icon Sport
6 Nations

FRANCE U20 - Thomas Lièvremont: "On ne fixe pas aux joueurs des objectifs de résultat..."

Lièvremont: "On ne fixe pas aux joueurs des objectifs de résultat..."
Dernière mise à jour Le 03/02/2016 à 11:42 - Publié le 03/02/2016 à 11:42
Par Laurent GENIN - Le 03/02/2016 à 11:42

TOURNOI 6 NATIONS - Le nouveau manager de l’équipe de France U20, Thomas Lièvremont, a répondu à nos questions avant le premier match du Tournoi des 6 nations contre l’Italie vendredi soir à Nevers. Le staff ne fixe pas aux Bleuets "d’objectifs de résultats mais de performances individuelles et collectives" sur cette compétition.

Vous avez succédé à Fabien Pelous en tant que manager de l’équipe de France moins de 20 ans. Est-ce que le terrain vous manquait ?

Thomas LIÈVREMONT: Oui, un petit peu. Le rugby me manquait, même si j’ai l’occasion de le côtoye : je commente tous les jeudis soirs (la Pro D2 sur Canal + Sport, Ndlr), je vois beaucoup de rugby et je m’occupe de gamins à Anglet, au Pays basque, donc j’allais sur le terrain, mais le haut niveau me manquait un peu, même si je n’avais pas pour l’instant l’envie de reprendre dans un club professionnel. C’était une belle opportunité qui s’est offerte à moi.

Avez-vous parlé avec votre frère Marc de ce rôle de manager d’une sélection tricolore ?

T.L: Bien sûr qu’on en a parlé, mais bon on en a toujours parlé bien avant ma nomination et un petit peu après. Il y a toujours des échanges entre frères. Des conseils de sa part pour appréhender la fonction ? Honnêtement non. On a parlé de la façon de voir les choses, de fonctionner. Il n’y a pas eu de conseils, il y a eu des échanges.

 

Comme Yannick Bru dans le staff de Guy Novès, Olivier Magne, en charge des avants, fait un peu le lien entre l’ancien et le nouvel encadrement. Son apport est-il précieux pour vous ?

T.L: Bien sûr. Olivier est garant pour l’instant de ce qui a été fait avant chez les U20. Il est le témoin. Il est précieux parce qu’il connaît le rugby et les gens du rugby de haut niveau, parce qu’il a justement l’expérience de ces compétions U20 que ni Didier Faugeron (le nouvel entraîneur des trois-quarts, NDLR), ni moi n’avons.

" Pour des gamins de 19 ou 20 ans, l’erreur fait partie de l’apprentissage"

Qu’est-ce que vous essayez d’amener à ce groupe ?

T.L: C’est toujours compliqué de dire: "je vais amener si, je vais amener ça, je vais faire ça de mieux". J’ai beaucoup de fraîcheur. Peut-être ma connaissance du rugby, mais aussi le fait de pouvoir accompagner les joueurs encore plus loin dans la performance, dans leur progression, dans leur perfectionnement. Rien de bien révolutionnaire. On est là pour le rugby français, pour les jeunes et pour la formation. C’est une idée aussi.

Est-ce qu’au niveau du jeu, vous vous inscrivez dans la continuité de la philosophie qui avait été mise en place en termes de prises d’initiatives et de ce droit à l’erreur aussi qui est donné aux jeunes ?

T.L: Bien sûr que les jeunes ont le droit à l’erreur. S’ils ne se trompent à leur âge, ils ne se tromperont jamais. Pour des gamins de 19 ou 20 ans, l’erreur fait partie de l’apprentissage. L’important c’est qu’il y ait beaucoup de prises d’initiatives. Et pour conclure sur le jeu, on a bossé avec le staff de l’équipe de France, avec les différents staffs des équipes de France jeunes. On a un tronc commun sur le jeu, des bases communes auxquels on va adapter nos petites préférences. Il y a une certaine continuité du haut jusqu’en bas de la pyramide.

 

Quelles sont les caractéristiques du groupe que vous avez cette année en U20 ?

T.L: Pour la grande majorité, ce sont des joueurs qui ont déjà participé au Tournoi, à une Coupe du monde, parce que beaucoup d’entre eux étaient surclassés l’an dernier. C’est un groupe assez mature, qui côtoie régulièrement les professionnels, qui connaît l’exigence du haut niveau et qui est très réceptif à ce qu’on peut lui proposer. Ils sont déjà beaucoup dans le détail. C’est quand même beaucoup de temps gagné par rapport à un groupe que l’on doit créer. Il y a de l’expérience, de la puissance, des qualités. C’est un groupe assez homogène.

" On ne leur fixera pas d’objectifs de résultats mais des objectifs de performances individuelles et collectives, pour que les joueurs soient dans la progression"

Quels sont les objectifs dans ce Tournoi ? Essayer de le remporter ?

T.L: Forcément essayer de le remporter… Maintenant, on va enlever de la pression aux joueurs. On ne leur fixera pas d’objectifs de résultats mais des objectifs de performances individuelles et collectives, pour que les joueurs soient dans la progression et dans l’envie de toucher le plus haut niveau. C’est pour ça : pas d’objectif de résultat.

Vous débutez par la réception de l’Italie vendredi soir à Nevers. Est-ce que c’est un match piège ou une rencontre intéressante pour monter en puissance avant d’accueillir l’Irlande ?

T.L: Je pense qu’il vaut mieux commencer contre l’Italie que contre l’Angleterre. Maintenant, ça peut être un match piège. Les U18 ont fait match nul contre leurs homologues italiens, les U19 ont gagné difficilement il y a trois semaines à La Seyne. Il ne faut pas se tromper non plus et penser déjà au match suivant. Les Italiens mettent beaucoup de combat. Ils ont un système défensif un peu atypique, très agressif, il va falloir qu’on s’y adapte et qu’on mette les bons ingrédients. On parlera du jeu une fois que les ingrédients dans le combat auront été mis en place.

 

Qu’est-ce que vous attendez des joueurs sur cette première rencontre ?

T.L: D’essayer de valider le travail qu’on a mis en place depuis quelques mois sur les semaines de rassemblement : sur la circulation offensive, sur la défense, sur la conquête. C’est leur premier match officiel, on sait qu’on va manquer forcément de repères mais on est quand même allés assez loin dans les détails, dans le jeu. On espère retrouver ça sur le terrain contre l’Italie.

Vous les sentez impatients de commencer ?

T.L: Oui, ils sont impatients. Il y a beaucoup de concentration, d’excitation, à l’image de leur staff. Comme toutes les équipes U20, le groupe veut enfin rentrer dans la compétition et pouvoir se jauger par rapport à ses adversaires.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×