Gorgodze (Géorgie) - AFP
6 Nations

Tournoi des 6 Nations - Mamuka Gorgodze (Géorgie): "Sergio Parisse nous a vexés"

Gorgodze: "Parisse nous a vexés"
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/03/2016 à 16:26 - Publié le 29/03/2016 à 16:21
Par Fabrice Michelier - Le 29/03/2016 à 16:26

6 NATIONS - Mamuka Gorgodze est un homme entier. Sur et en dehors des terrains. Après avoir évoqué la situation du RCT, le récent vainqueur du Tournoi B avec la Géorgie, est revenu sur les déclarations de Sergio Parisse, ce dernier ayant avancé qu' "aucune autre équipe" ne méritait de participer au Tournoi des 6 nations à la place des Azzurri. De quoi agacer Gorgodze...

Toulon s'est imposé face au Racing le week-end dernier. Vous avez suivi cela à distance mais qu'avez-vous pensé de ce match?

Mamuka GORGODZE: L'an passé et même cette saison, j'ai joué beaucoup de matches comme celui-ci. Mais attention, à Toulon, il n'y a pas d'équipe B ou je ne sais quoi. Quand on regarde l'équipe sur le papier, ce n'est pas rien. Il y avait un peu de jeunes mais je ne suis pas sûr qu'ils soient moins bons que les autres. Ils ont peut-être moins d'expérience, c'est tout. Plus généralement, je crois que les grosses équipes commencent sur un petit rythme pour finir très haut. J'ai vu des équipes démarrer très fort et qui maintenant peinent. Toulon monte progressivement pour terminer très fort. C'est d'ailleurs très bien d'avoir gagné ce match, surtout lorsque l'on on regarde les autres résultats.

Avec Toulon, vous êtes désormais repositionné en deuxième ligne. Comment appréhendez-vous cela?

M.G: Je préfère jouer troisième ligne mais l'équipe a un besoin en deuxième ligne. Puis, de mon côté je préfère, quoi qu'il arrive, être sur le terrain. Je fais partie de cette équipe et si on a besoin de moi, je suis là et c'est normal. Bernard m'a demandé et bien entendu je lui ai dit oui! Surtout que l'on a des gars, à ce poste, qui sont grièvement blessés. J'ai commencé ma carrière en deuxième ligne. En équipe de Géorgie ou à Montpellier, j'ai toujours dépanné. Ce n'est pas nouveau pour moi.

" Si on parle de moi, tant mieux. Mais il ne faut pas écouter"

C'est votre deuxième saison à Toulon. Après un premier exercice délicat, vous semblez avoir trouvé votre place dans cette équipe...

M.G: L'an dernier, il y avait une grosse concurrence puis j'ai eu de grosses blessures, dès le début de la saison. J'ai manqué 20 semaines, après c'est dur de revenir, surtout avec les grands joueurs qu'il y a ici. Cette année, c'est toujours dur, mais ça va mieux petit à petit. Ce n'est jamais facile à Toulon. Il y a des stars ici, qui ont du mal à se faire une place.

Mamuka Gorgodze (Toulon) face à La Rochelle - mars 2016
Mamuka Gorgodze (Toulon) face à La Rochelle - mars 2016 - AFP

Vous parlez des autres joueurs comme étant des stars. On peut aussi considérer que vous êtes à mettre dans cette catégorie...

M.G: Moi, je ne suis pas une star. J'ai grandi en regardant à la télé des gars avec qui je joue aujourd'hui. Je respecte ces joueurs mais je n'ai pas d'idole. Je dis "stars" en respectant mais je ne les regarde pas sur le terrain ou en dehors pour savoir comment faire. J'ai mon truc, je joue depuis assez longtemps pour savoir comment avancer. Je suis très content et fier d'avoir eu de la visibilité durant la Coupe du monde et même en jouant ici en France. Mais je reste le même. Si on parle de moi, tant mieux, mais il ne faut pas écouter. Il faut rester comme quand j'avais 17 ou 18 ans.

Vous rentrez de sélection. On s'aperçoit au fil des années et même des mois que le rugby est en train de prendre une place de plus en plus importante en Géorgie au point de venir titiller le football. C'est aussi ce que vous ressentez?

M.G: En foot, on a de bons joueurs mais on perd les matches. Les gens vont au stade pour voir l'Italie, la France... En revanche, quand nous jouons contre la Roumanie, les supporters viennent pour nous. Lors de notre dernier match, il y avait 55 000 personnes au stade à Tbilissi. J'en ai encore des frissons, imaginez-vous: 55 000 personnes, un stade à guichets fermés, pour le 6 Nations B! Avant, on avait des supporters mais principalement lors des matches contre la Russie. Mais depuis la Coupe du Monde, les gens viennent pour le rugby. Après la Coupe du monde, il y a eu 37% d'augmentation des insciptions dans les clubs de rugby. Ça va bientôt devenir le sport numéro 1.

" Faisons un match entre le dernier du Tournoi A et le premier du Tournoi B et voyons"

Après une très belle Coupe du Monde, la Géorgie a survolé le Tournoi B. Que retenez-vous?

M.G: Je pense que désormais, nous devons jouer à un autre niveau. Peut-être pas le 6 Nations mais quelque chose entre le Tournoi A et le Tournoi B. Je n'ai pas de solution mais on devrait affronter des équipes comme le Japon, le Canada, les Etats-Unis ou encore les Tonga ou les Fidji. On est encore une petite équipe mais on a du potentiel. Le Tournoi B, avec tout le respect que j'ai pour les autres équipes, aujourd'hui, cela ne nous sert plus à rien.

Gorgodze lors de la Coupe du monde 2015
Gorgodze lors de la Coupe du monde 2015 - Icon Sport

Certaines voix se sont élevées pour, pourquoi pas, intégrer la Géorgie au Tournoi des 6 Nation à la place de l'Italie...

M.G: D'ailleurs, ce n'est pas bien ce qu'a dit Parisse à ce sujet. Ce n'est pas à lui de dire qu'un tel doit être à une place et un autre ailleurs. Son métier, c'est de jouer sur le terrain et pas de parler dans la presse. Ce que je peux vous dire, c'est que la Gégorgie, aujourd'hui, ne perd pas de 70 points face au Pays de galles. Pour moi, je le répète, la Géorgie n'est pas prête pour jouer le 6 Nations. Mais si on évolue 17 ans à ce niveau, je suis sûr que l'on progressera au moins aussi vite que l'Italie. Je ne veux pas faire de concurrence avec l'Italie, c'est une bonne équipe avec de grands joueurs, ils jouent avec le coeur... Mais on ne parle pas de ça dans la presse... Si tu as ta place, montre le sur le terrain. Faisons un match entre le dernier du Tournoi A et le premier du Tournoi B et voyons. Et je dis ça avec beaucoup de respect. En Géorgie, nous avons vraiment très mal pris le fait que l'on dise que notre place était dans le Tournoi B. Parisse est un joueur de classe mondiale, sur le terrain, mais il nous a vexés.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×