Icon Sport

Tournoi des 6 Nations - France U20: Les Bleuets ont terminé sur une bonne note et à la 2e place

Les Bleuets, ces "joueurs à l'énorme potentiel", ont terminé sur une très bonne note

Le 19/03/2016 à 13:42

TOURNOI DES 6 NATIONS - Privés du Grand Chelem par les Gallois, les moins de 20 ans ont conclu leur Tournoi des 6 Nations en beauté à Pau en s’imposant largement face à de faibles Anglais (41-17). Désormais, c’est vers la Coupe du monde, qu’ils joueront en juin prochain, que les Tricolores lorgnent.

Pendant que le XV de France se remet d’une Coupe du monde catastrophique et vit un Tournoi des 6 Nations chaotique, les moins de 20 ans ont démontré, vendredi soir à Pau, que la formation se portait bien dans l’Hexagone. Au-delà du score et de la victoire des Bleus 41 à 17, qui a fait dire au capitaine Clément Castets "on apprécie car ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de mettre 40 points aux Anglais", il convient de souligner l’excellent rugby pratiqué par cette jeune génération.

Un rugby plein de fraîcheur, de dynamisme et de caractère. En signant sept essais, tous de belle facture, les hommes de Thomas Liévremont ont affiché l’entendue de leur bagage, tant technique que tactique, et démontré qu’il existait de beaux et de réels talents dans le rugby français. Cette génération des moins de vingt ans, composée de nombreux moins de 19, possède, et cela ne fait pas l’ombre d’un doute, plusieurs perles qui sont appelées à un bel avenir, à condition bien sûr que les clubs leur en donnent l’occasion.

Damien Penaud (France U20) - 18 mars 2016

Damien Penaud (France U20) - 18 mars 2016AFP

Parmi les individualités qui ont brillé en Béarn, on peut citer l’ailier Gabriel Ngandébé (Massy), élu homme du match, le centre Damien Penaud (Clermont), auteur de trois essais, l’ouvreur Romuald Séguy (Perpignan), le troisième ligne, Matthieu Voisin (Racing), le deuxième ligne, Florian Verhaeghe (Toulouse), grand pourvoyeur de balles en touches et le talonneur Etienne Fourcade (Grenoble).

Que deviendront ces talents ?

Pour répondre à cette question, il faudra bien un jour que le rugby tricolore se pose les bonnes questions et s’interroge sur le nombre de joueurs étrangers évoluant en Top 14. Et surtout, qu’il y apporte de vraies réponses. Qu’adviendront en effet ces talents, si demain, ils n’ont pas l’occasion de s’exprimer au plus haut niveau ou s’ils font banquette en attendant que tel ou tel titulaire venu d’ailleurs, connaisse une infortune pour prendre leur place?

Gabriel Ngandebe (France U20) - 18 mars 2016

Gabriel Ngandebe (France U20) - 18 mars 2016Icon Sport

"C’est toujours difficile d’évoquer l’avenir avec des jeunes joueurs", témoigne leur entraîneur Thomas Lièvremont. "Néanmoins, je peux vous dire que cette génération a du talent et que certains de ces joueurs ont un énorme potentiel. Pas un fort potentiel, mais je dis bien un énorme!" Même si ces jeunes ont encore des progrès à accomplir au niveau du collectif et du déchet dans le jeu, ils maîtrisent en grande partie la technique et les fondamentaux.

"La formation en France se porte bien et la FFR travaille bien avec ses jeunes", poursuit Thomas Lièvremont. "Ce qui manque aujourd’hui au rugby français, ce sont des matches de haut niveau pour apprendre et corriger les erreurs commises. C’est en accomplissant des matches comme nous avons joués au pays de Galles (auteur du Grand Chelem, ndlr), avec 42 minutes de jeu effectif, ce qui est rare dans les standards du très haut niveau, que nous progresserons. Or, ce jour-là, nous avons manqué de maîtrise. Il faut permettre à ces jeunes de travailler dans le dur".

En pensant à la Coupe du monde

Thomas Lièvremont (37 sélections en équipe de France, dont deux Grands Chelems) vient de connaître avec cette équipe son premier Tournoi. Aux côtés d’Olivier Magne et de Didier Faugeron, ils ont profité de cette compétition pour bâtir un groupe qui va disputer au juin prochain la Coupe du monde des moins de 20, à Manchester. Les Français, dans la poule de l’Argentine, de l’Afrique du Sud et du Japon, s’attendent à devoir batailler ferme pour sortir du lot.

Thomas Lièvremont (France U20) - février 2016

Thomas Lièvremont (France U20) - février 2016Icon Sport

"On ne sait pas trop de quoi ces équipes sont capables", reconnaît Lièvremont. "Les Argentins travaillent depuis longtemps ensemble, ils seront prêts. L’Afrique du Sud reste une nation majeure du rugby, et le Japon, c’est l’inconnu. Toutefois, si le groupe croit en lui et qu’il a un peu de réussite, il peut faire de bonnes choses!"

La fraîcheur affichée à Pau vendredi soir et l’ambition tant individuelle que collective peuvent effectivement amener ce groupe loin. "Si on continue dans cette voie, sans s’enflammer, on peut réaliser des choses positives lors de la prochaine Coupe du monde", complète le capitaine Clément Castets. Il faudra en revanche que les Français évitent de s’éparpiller comme ce fut le cas en deuxième période contre l’Angleterre et ne pas tomber dans un faux rythme qui paralyserait leur énorme enthousiasme.

0
0