Icon Sport

Tournoi des 6 nations - Angleterre: Bath, nouveau bastion du XV de la Rose

Bath, nouveau bastion du XV de la Rose
Par AFP

Mis à jourLe 13/02/2015 à 08:55

Publiéle 12/02/2015 à 17:33

Mis à jourLe 13/02/2015 à 08:55

Publiéle 12/02/2015 à 17:33

Article de AFP

A l'image d'un George Ford, d'un Anthony Watson ou d'un Jonathan Joseph, les joueurs de Bath ont brillé avec l'Angleterre. Ils représentent la nouvelle vague.

La présence spectaculaire de sept joueurs de Bath dans l'effectif élargi du XV de la Rose illustre la montée en puissance du club de l'ouest de l'Angleterre, qui mise surtout sur la jeunesse et des talents bruts. "Vendredi dernier, c'était un peu pays de Galles 16 - Bath 21", sourit son heureux dirigeant Bruce Craig. "Je suis un président fier. Après le match, j'ai envoyé un texto aux joueurs pour le leur dire". Quatre des siens étaient titulaires à Cardiff en ouverture du Tournoi des six nations, plus que n'importe quel autre club. Deux ont marqué un essai, l'ailier Anthony Watson, 20 ans, et le centre Jonathan Joseph 23 ans, et son demi d'ouverture George Ford, 21 ans, a passé les 11 derniers points au pied.

Cette ligne arrière un peu expérimentale mais décisive a gagné le droit de revenir samedi face à l'Italie, lors de la deuxième journée du Tournoi, à Twickenham. "Pour moi, avec (le centre) Kyle Eastmond, ces trois-là représentent l'avenir. Ils seront là ces 5-10 prochaines années. Imaginez ce qu'ils donneront dans 4 ans avec de l'expérience ajoutée à leur excellence. Mais en plus de ces talents fous, on a un réservoir de joueurs très profond", assure-t-il.

Bath, à 80% anglaise

Au sein de l'effectif élargi, ce sont effectivement sept joueurs qui représentant la charmante ville thermale anglaise, avec le 2e ligne Dave Attwood, qui a également commencé le match vendredi, les piliers Henry Thomas et David Wilson. Repris en main il y a cinq ans par M. Craig, millionnaire passionné de rugby, Bath s'est peu à peu incrusté en équipe nationale, le club privé de Northampton, des Saracens et de Leicester ces dernières années. "A Bath, on est en train de créer le rugby de l'avenir. Personne n'a encore compris ce que l'on fait, mais ce sera une autre façon de jouer, un style de jeu propre à Bath, comme Toulouse a pu le faire par le passé", vante Bruce Craig.

Jonathan Joseph (Angleterre) face au pays de Galles - 6 février 2015
Jonathan Joseph (Angleterre) face au pays de Galles - 6 février 2015 - Icon Sport

Quand ses rivaux cherchent des talents dans l'hémisphère sud, lui préfère mettre en couveuse des espoirs du cru recrutés avec soin. "Notre but est de trouver un maximum de jeunes joueurs anglais placés dans un environnement favorable. On veut conserver une base de 80% de joueurs anglais, car on a une identité anglaise forte", poursuit-il.

Pépinière

"A Bath, ils ont des préparateurs mentaux. Tout est mis en place pour qu'ils arrivent à maturité le plus rapidement possible. Notre philosophie est de savoir donner leur chance aux jeunes. Je crois que notre salary cap plus bas qu'en France nous oblige aussi à leur faire confiance et c'est bien", se félicite encore l'ex-homme d'affaires. A Bath, le pilier David Wilson fait presque figure de grognard avec ses 29 ans et 41 sélections. Attwood, 27 ans et 17 capes, est d'une génération intermédiaire mais les cinq autres ont tous de 20 à 25 ans et aucun ne compte plus de 7 sélections. "Il y a ceux que vous connaissez, mais il y en a un paquet d'autres qui arrivent", prévient encore Bruce Craig en citant le pilier Nick Auterac: "Le capitaine de l'équipe d'Angleterre des -20 ans (Charlie Ewels, ndlr) a aussi été formé chez nous".

Bath semble s'être également fait une spécialité des joueurs prometteurs côté lignes arrières, à l'image de son ouvreur George Ford, le fils de l'entraîneur Mike Ford, qui a pris le dessus sur Owen Farrell avec le XV de la Rose. Cette pépinière commence donc à donner des fruits au bon moment, à sept mois du Mondial en Angleterre, devenu l'objectif obsessionnel du XV de la Rose. Reste à prouver qu'ils sont arrivés à maturité en enchaînant des performances dans le Tournoi.

George Ford, l'ouvreur anglais
George Ford, l'ouvreur anglais - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :