Maxime Machenaud - france irlande - 15 mars 2014 - DPPI
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2014, France-Irlande (20-22) - Pourtant, les Bleus se sont lâchés cette fois

Pourtant, les Bleus se sont lâchés cette fois

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/03/2014 à 16:57 -
Par Fabien Pomiès - Le 16/03/2014 à 16:57
Le XV de France a fait preuve d'esprit d'initiatives samedi, porté par une indéniable envie d'avancer, sans pour autant parvenir à réellement bousculer une équipe d'Irlande bien organisée et finalement victorieuse 22 à 20 en clôture du Tournoi.

Après deux copies sans saveur, voire inquiétantes, contre le pays de Galles (défaite 27-6) et l'Écosse (victoire 19-17), le XV de France était d'abord attendu sur le contenu, avec un mot d'ordre intimé par le manager Philippe Saint-André: "se lâcher". La consigne fut plutôt respectée samedi au Stade de France, en portant d'entrée les débats sur le terrain physique.

Féroces en défense, les Bleus ont fait reculer leurs adversaires au plaquage comme rarement par le passé. Et ils ont remporté en première période la bataille du sol, un secteur où les Irlandais ont coutume de régner. La conquête en touche fut en net redressement par rapport à la faillite en Écosse (1 lancer perdu contre 9) et les dégâts ont été limités en mêlée fermée. Mis dans le sens de la marche, les Bleus ont donc pu lancer leur jeu, ce qui n'avait pas été le cas lors de leurs deux dernières sorties. Enfin !

"On a pris énormément de plaisir sur le terrain, et on a osé", soulignait ainsi le capitaine Pascal Papé. "Aujourd'hui, on ne peut pas dire que nos joueurs ne savent pas jouer au rugby, qu'ils n'avaient pas d'envie", abondait Saint-André, piqué par les critiques visant l'absence de fond de jeu du XV de France. "On a envoyé du jeu, tenté des choses, il y a eu plus de liant entre nous, poursuivait le centre Mathieu Bastareaud. C'est dommage que ça n'arrive que maintenant mais il faut garder cette optique pour la suite".

Les Français ont ainsi inscrit deux essais sur des séquences construites et qui doivent beaucoup à la puissance des avants. Les "gros" ont resserré la défense irlandaise sur des picks and go pour offrir le premier essai conclu par Brice Dulin (31) puis ils se sont chargés de la finition au terme de quatre minutes de siège de l'en-but irlandais, via le talonneur Dimitri Szarzewski (63e). Le point noir reste toutefois l'utilisation du ballon par les trois-quarts qui pèchent encore dans l'animation et la volonté de faire la fameuse "passe supplémentaire" prônée par l'entraîneur Patrice Lagisquet. Souvent la paire de centres Gaël Fickou et Mathieu Bastareaud s'est empalée dans la défense irlandaise quand il aurait été judicieux de viser les extérieurs. C'est dans ce manque "d'efficacité", thème de travail de l'année selon PSA, que la marge de progression du XV de France est la plus évidente.