Joie Italie - 3 février 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2013 - Le triomphe total de l'Italie - Habemus papam !

Habemus papam !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/02/2013 à 16:47 -
Par Rugbyrama - Le 04/02/2013 à 16:47
Au lendemain d'une victoire majuscule, c'est toute l'Italie qui s'est ralliée à la cause de l'équipe de Jacques Brunel, le Deus ex Machina...

C'est assez rare pour être souligné: ce lundi matin, la Gazzetta Dello Sport partageait sa Une entre les débuts de Mario Balotelli au Milan AC et la victoire des rugbymen italiens face aux Français. Dans ses colonnes, le quotidien national transalpin rendait principalement hommage à Jacques Brunel, désormais considéré en Italie comme le Deus Ex Machina, le seul homme réellement capable d'amener la Squadra Azzurra à la table des grands. Leonardo Ghiraldini, talonneur et capitaine de Trevise, nous confiait dimanche soir: "A la suite de notre échec face aux Wallabies en novembre, nous nous sommes sentis très frustrés. On était passés à côté de quelque chose d'immense. On a beaucoup travaillé dessus. Notre revanche est prise, aujourd'hui. […] Les Français nous ont mis une énorme pression dans le combat d'avants mais ils ont manqué de précision dans les points de fixation où ils étaient très agressifs, forts au niveau des impacts, mais trop souvent brouillons. De notre côté, on a réussi à offrir de bons ballons à nos trois-quarts. La sélection italienne a prouvé à tout le monde qu'elle n'était pas seulement une équipe courageuse et accrocheuse. Nous développons désormais un jeu dynamique et attrayant".

Système des blocs

Un jeu calqué sur le système des blocs qui avait permis au XV de France de remporter deux grands chelems, en 2002 et 2004. Avec Brunel, les rugbymen italiens ont désormais des repères spatio-temporels sur le terrain, chose dont ils semblaient jusque là dépourvus. Alessandro Zanni, l'infatigable troisième ligne de la sélection italienne, confiait en conférence de presse: "Jacques Brunel a changé notre façon d'aborder les matchs, de nous préparer aux grands rendez-vous, de nous situer sur le terrain. Grâce à lui, nous ne faisons plus aucun complexe. Il est pour beaucoup dans la nouvelle vie du rugby italien". Habemus Papam ?