6 Nations

Dusautoir hors-norme, Malzieu confirme

Le capitaine du XV de France, Thierry Dusautoir, a été impressionnant de par son activité lors du succès en Ecosse dimanche. Dans son sillage, l'ailier Julien Malzieu a confirmé sa bonne forme du moment. Première titularisation réussie pour Yoann Maestri. Dimitri Szarzewski a déçu. Relevé de notes.

 
Dusautoir hors-norme - Rugby - 6 NationsIcon Sport
 

. Ils ont brillé

Phénoménal. Stratosphérique. Les qualificatifs manquent pour qualifier la prestation de Thierry Dusautoir, élu Talent d'or Société générale - Midi Olympique. Alors que son équipe était au plus mal en début de rencontre, le capitaine du XV de France a montré l’exemple pour la remettre dans le droit chemin. Omniprésent en défense (19 plaquages, meilleur du match), il est aussi le Français à avoir effectué le plus de courses ballon en main (10). Pour sa première titularisation, le deuxième ligne Yoann Maestri a excellé dans les tâches obscures et fait preuve d’une grosse activité dans le combat. Précieux en conquête et en défense, le Toulousain a marqué des points. A la mêlée, Morgan Parra a fait preuve de dynamisme et d’une bonne gestion comme sur l’essai de Médard. Une copie propre également au pied (4/5). Derrière, Julien Malzieu s’avère toujours aussi puissant à l’impact et a confirmé sa bonne prestation contre l’Italie. A chaque prise de balle, l’ailier fait la différence. Enfin, Maxime Médard a été très actif, tentant de créer des brèches sur les relances. Très en jambe, son contre de la 23e ne va pas au bout mais il est au soutien de Malzieu pour donner un avantage définitif aux Bleus (60e). Enfin, les entrées de William Servat et Vincent Debaty ont coïncidé avec l’outrageuse domination en mêlée fermée.

. Ils ont été au niveau

Dans la conduite du jeu, François Trinh-Duc s’est montré assez inconstant. S’il ne toucha que très peu de ballons en première période, il parvint tout de même à remporter son duel face à Laidlaw à la 28e minute, amenant l’essai de Fofana. Globalement, s’il ne semble pas encore très à l’aise dans le système de jeu, son impact physique en premier attaquant reste précieux. Un bilan assez similaire à celui de Wesley Fofana. Coupable d’un hors-jeu sur la première pénalité et d’un en-avant en suivant, il s’est par contre beaucoup démené en défense (12 plaquages). Sa capacité à prendre les ballons avec beaucoup de vitesse, pour casser le rythme d’actions françaises parfois "ronronnantes", est pleine de promesse pour la suite. Sur son aile, Vincent Clerc a été plutôt discret. A l’heure sur la contre-attaque de Médard (22e), passeur sur l’essai de Fofana, il rend tout de même une copie propre. Tout comme Nicolas Mas et Louis Picamoles. Le premier, efficace en mêlée, a également rempli sa mission autour des regroupements, en défense notamment (14 plaquages). Le troisième ligne toulousain, auteur de deux départs derrière une mêlée conquérante, termine la rencontre avec une copie correcte. Doit, toutefois, pouvoir faire mieux.

. Ils ont déçu

Le costume de titulaire lui serait-il encore un poil trop grand ? Bien que volontaire, Dimitri Szarzewski a signé une prestation discutable. Très engagé et auteur de nombreuses charges au près, celles-ci franchirent rarement la ligne d’avantage, et le talonneur parisien a été le français le plus sanctionné. L’entrée de William Servat a par ailleurs consolidé la tenue de la mêlée tricolore. Le polyvalent pilier toulousain Jean-Baptiste Poux a mis un certain temps à entrer dans la partie. Autre déception, le deuxième ligne Pascal Papé, qui a souffert de la comparaison avec le prometteur Yoann Maestri. Très sollicité en défense (15 plaquages), le Parisien a eu toutefois du déchet avec trois plaquages manqués et a peiné pour imposer sa loi dans les rucks. Imanol Harinordoquy n’a pas semblé avoir la tête à Murrayfield. Appliqué en défense, il a perdu de précieux ballons en allant défier le rideau adverse. Enfin, Aurélien Rougerie a probablement été l’arrière le moins en vue de la ligne de trois-quarts. Approximatif en défense, tant dans le placement (franchissements adverses) que dans la technique individuelle (charge à l’épaule sans saisir et faire tomber l’adversaire), le Clermontois a lui aussi souffert de la comparaison avec son jeune et prometteur coéquipier, Wesley Fofana.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |