Abonnés

Top 14 - Une profondeur d’effectif nouvelle pour l'Usap

  • Les Perpignanais possèdent un effectif talentueux et homogène.
    Les Perpignanais possèdent un effectif talentueux et homogène. Icon Sport
Publié le
Partager :

Si les ambitions de jeu ont toujours été là pour Perpignan, le groupe, étoffé, est capable de maintenir le niveau de rugby durant 80 minutes.

C’est la victoire de la continuité et d’un projet bien défini. Perpignan récolte actuellement les fruits d’une volonté sportive assumée depuis plusieurs saisons, prônée par Patrick Arlettaz et aujourd’hui affinée par Franck Azéma. Les deux hommes ont su donner confiance aux joueurs pour qu’ils adhérent à un jeu que l’on a longtemps cru réservé aux équipes du haut du tableau. Perpignan aujourd’hui s’appuie sur la troisième attaque en nombre d’essais marqués. Une statistique qui remplace de longs discours.

"Nous voulons performer en proposant un beau rugby pour poser des problèmes à nos adversares, tous les week-ends", explique le manager. "Les joueurs qui étaient présents avant mon passage ont été éduqués d’une manière qui me correspond. Il y a un équilibre entre nous et cela permet notre fonctionnement aujourd’hui [...] Les garçons ont cru au projet. Si à l’époque (en début de saison, NDLR), il y avait beaucoup de frustration, on se devait de monter notre exigence physique ainsi que nos contenus d’entraînements. Ne pas faire dans le moyen."

Les bonnes pioches du recrutement

Lors des deux dernières saisons, l’Usap séduisait déjà par la qualité de son jeu mais elle manquait de constance pour en profiter pleinement. Le recrutement lors de la dernière intersaison et le renfort de Mathieu Tanguy en cours d’exercice a été déterminant pour l’entraîneur David Marty : "Nous avons un effectif un peu plus conséquent que lors des saisons précédentes. Quand le banc de touche rentre nous sommes toujours performants physiquement et dans la densité. Nous ne l’avions pas les années précédentes."

L’augmentation de la masse salariale, et donc du budget du club, a été payante avec une émulation au sein de l’effectif avec des recrues qui ont su apporter une véritable plus value, permettant au groupe de gagner en expérience et donc de mieux gérer les moments clés d’une rencontre, à l’image de la maîtrise affichée face à Lyon alors que le Lou avait réalisé une belle entame. Il est difficile de citer toutes les bonnes pioches du dernier recrutement mais la prestation de Jacobus Van Tonder face au Lou et le onzième essai de la saison de Tavite Veredamu sont des clins d’œil à cette nouvelle force collective de l’Usap.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
jacquot12 Il y a 26 jours Le 24/04/2024 à 13:54

A @Usapiens, idem pour Willemse, qui a obtenu la nationalité française et qui compte des sélections en EdF. Idem pour Jérôme Thion ancien international de Biarritz et qui n'est pas JIFF car pas passé par un centre de formation mais qui venait du basket Ball. Et il y en a d'autres.

Fracasse Il y a 27 jours Le 23/04/2024 à 14:30

L'effectif est riche, avec des joueurs excellents mais relativement peu cotés. À l'image d'un Veredamu. Joueur de 34 ans, venu tard au rugby pro. À 28 ans, il était encore licencié à Nimes, en Fédérale. Engagé dans la Légion Étrangère, il a obtenu la nationalité française ce qui lui a permis de devenir international français à 7. Ses performances à 7 lui ont permis de se faire recruter par Clermont puis par Lyon qui ne l'ont pas conservé. Aujourd'hui, à l'USAP, il est l'un des tout meilleurs ailiers du Top14.

Usapiens Il y a 27 jours Le 24/04/2024 à 09:12

Et comble de l'absurdité, il ne compte pas pour un jiff, alors même qu'il a des dizaines de sélections avec l'équipe de France à VII. Les règlements sont d'une ineptie sans nom.