Abonnés

Top 14 - Montpellier - Stade français : le jour d’après la déferlante toulonnaise

  • Arthur Vincent et les Montpellierains voudront rebondir à domicile
    Arthur Vincent et les Montpellierains voudront rebondir à domicile Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le
Partager :

Balayés par un RC Toulonnais littéralement déchaîné la semaine dernière, le MHR doit se racheter à domicile contre le Stade français, leader du Top 14. Pas simple...

Un coup d’arrêt. Ou une bonne gifle. Voilà comment on pourrait décrire ce que les Montpelliérains ont reçu la semaine dernière, à Mayol, contre le RCT. Après quatre victoires de suite et six succès en huit rencontres, le MHR a connu une sortie de route. Faut-il pour autant renverser la table et tout changer, alors que la formation ciste surfait sur une très belle dynamique depuis des semaines, voire des mois ? Non, bien évidemment que non. Et le manager Patrice Collazo en est convaincu : "On peut toujours se poser des questions bien sûr. Et l’on s’en pose, car une défaite comme cela interpelle. Mais si l’on prend les neuf matchs avant Toulon, on a été la deuxième équipe qui a pris le plus de points. Et il n’y avait pas que des doublons…"

"On a gagné une place et demie"

L’ampleur de la défaite (54-7) interpelle, c’est vrai. Le boss du MHR ne le nie pas. Mais c’est toujours la même chose : peu importe le classement ou la qualité de l’effectif, si l’on ne met pas de l’intensité dans un match de rugby la sanction est toujours sévère : "Ce que l’on a vu, c’est que quand on n’est pas dans une intensité collective comme ce fut le cas depuis quelques mois, on ne peut pas exister à ce niveau-là. Entre la détermination de Toulon et l’engagement qu’on y a mis, il y a trop de décalage. Pour autant, on ne va pas tout remettre en question alors qu’on est performants depuis neuf matchs. Ce n’était pas un match sans, c’était un match où l’on a été dominé de la tête et des épaules."

Interrogé sur un possible relâchement passager, l’ex-pilier tenait aussi à replacer les choses dans leur contexte : « En neuf victoires sur douze matchs, on a gagné une place et demie. Perpignan en a gagné quatre en deux matchs. Cela veut dire que l’on partait de très loin. On ne partait pas de zéro, on était en négatif. On n’est pas sortis d’affaire, on est encore dans cette zone rouge. »

Collazo : "La pression ? On l’a tous les week-ends"

Les Montpelliérains sont donc plus lucides que jamais. Même au moment de recevoir le Stade français, leader du championnat. Mais n’allez pas croire que ce statut des Soldats roses change grand-chose à la situation des Montpelliérains, puisque le championnat et si serré que chaque équipe a encore quelque chose à jouer : "La pression, on l’a tous les week-ends dans notre situation. Vous ne nous avez jamais sentis « easy » une semaine. On connaît le Stade français, sa qualité, sa capacité à voyager, sa capacité à être hermétique… il faut qu’on prenne des points à chaque match." Bref, le MHR doit reprendre sa route, après en être momentanément sorti.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Pendejo34 Il y a 19 jours Le 30/03/2024 à 11:33

On tremblera jusqu a la dernière journee