Abonnés

Top 14 - Des cailloux dans le jardin de derrière pour Toulouse, pas épargné par les blessures

  • Thomas Ramos s'est blessés en tout début de match contre l'UBB la semaine dernière.
    Thomas Ramos s'est blessés en tout début de match contre l'UBB la semaine dernière. Icon Sport - Anthony Dibon
Publié le
Partager :

Avec les récentes blessures de Ramos et Kinghorn, à neuf jours du huitième de Champions Cup, de nombreuses incertitudes existent autour de la ligne de trois-quarts stadiste.

Certes, la défaite fut frustrante à Bordeaux dimanche, d’autant que les Toulousains ont eu l’occasion de parachever leur remontée par une victoire en fin de match. Mais le plus ennuyeux ne fut-il pas la sortie prématurée de Thomas Ramos, dès la deuxième minute ?

Victime d’une grosse contusion au niveau de la crête iliaque, l’arrière ou ouvreur international a rejoint l’infirmerie et les premiers examens, ainsi que les sensations de l’intéressé, n’étaient pas forcément rassurants. S’il est forfait pour la réception de Pau, c’est donc une sorte de contre-la-montre qu’il a entamé, en vue du huitième de finale de Champions Cup contre le Racing 92, dans neuf jours.

Un premier rendez-vous éliminatoire cette saison que Ramos espère encore disputer. Selon nos informations, il doit faire le point sur l’évolution de sa blessure en milieu de semaine prochaine avant de savoir s’il conserve une chance de postuler. Malgré le retour de Romain Ntamack, c’est une sacrée épine dans le pied du staff rouge et noir, qui avait certainement prévu de titulariser son buteur attitré en numéro 10 pour ce match, et de l’associer à Blair Kinghorn à l’arrière… Sauf que l’écossais, touché aux ischios en fin de semaine passée à l’entraînement, est également très incertain.

Poitrenaud : "On va s’adapter…"

Voilà qui commence à faire beaucoup à l’heure de dessiner la ligne de trois-quarts qui pourrait être alignée contre les Ciel et Blanc puisque, pour rappel, Ange Capuozzo (opéré d’une fracture du doigt) et Setareki Bituniyata (entorse de la cheville) sont absents plusieurs semaines. "On va s’adapter, comme on l’a toujours fait, explique l’entraîneur des trois-quarts Clément Poitrenaud. Les blessures, il y en a dans tous les clubs, nous ne sommes pas épargnés. C’est rageant car ce n’est pas une période durant laquelle on a envie de voir des mecs sortir du groupe. On doit faire avec. On a déjà montré qu’on savait réagir sans certains joueurs. Je ne suis pas particulièrement inquiet." 

Il faudra miser encore une fois sur la polyvalence des hommes, érigée en valeur cardinale à Ernest-Wallon. "Chez nous, on a tendance à évoluer sur plusieurs postes", confirme Poitrenaud. Même si Juan Cruz Mallia peut potentiellement être le seul arrière de métier disponible, ouvrant la porte à l’ouverture à… Antoine Dupont, diabolique en deuxième mi-temps à ce poste au Matmut Atlantique. Mais d’ici là, il peut encore se passer énormément de choses, notamment face à Pau. Certains auront une carte à jouer, d’autres peuvent malheureusement se blesser et Ntamack aura retrouvé la compétition… En attendant aussi des nouvelles de Ramos et Kinghorn, que chacun souhaite positives du côté de Toulouse.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
CasimirLeYeti Il y a 18 jours Le 30/03/2024 à 18:13

C'est un des paradoxes du Rugby moderne, les joueurs, dans un environnement professionnel, préparés de façons soi-disant optimales se blessent beaucoup plus que lors des dernières décades du Rugby dit amateur. Je ne cache pas que je me méfie énormément des heures en salle de muscu et de leurs corollaire, les compléments alimentaires...