Abonnés

Top 14 - L'opinion du Midol : Il se passe quelque chose, à Paris....

  • Le Stade français est une des équipes en forme du moment en Top 14 avec quatre victoires de rangs
    Le Stade français est une des équipes en forme du moment en Top 14 avec quatre victoires de rangs Icon Sport
Publié le
Partager :

Depuis deux mois, le Stade français est irrésistible en championnat et, sur ses terres, draine derrière lui une passion nouvelle…

Vu de loin, ce match n’avait évidemment rien pour attirer les foules : déjà, parce que la Section paloise n’est a priori pas l’équipe la plus « bankable » de la poule unique, qui plus est lorsqu’elle se déplace chez le leader du championnat avec des seconds couteaux ; aussi, parce que le temps de chien et le froid de gueux qui s’abattaient ce jour-là sur la capitale auraient largement pu conduire toutes les bonnes âmes que comptent Lutèce et sa banlieue à se gratter les arpions sur le sofa du salon ; enfin, parce que le salon de l’Agriculture et les bouchons démentiels qu’il engendrait samedi auraient dû définitivement condamner cette affichette de la dix-septième journée à se disputer devant Pierre, Paul, Jacques et leur grand-mère.

Diantre, les temps seraient-ils en train de changer, à Paname ? On est enclin à le croire et samedi après-midi, ce furent plus de 12 000 personnes qui se pressèrent dans les tribunes de l’enceinte du seizième arrondissement parisien, donnant au train-train ordinaire de cette journée de Top 14 coincée entre deux matchs du Tournoi des atours badins, agréables et, on vous le disait aux prémices de cette bafouille, diablement inattendus. On en conclut, sacrebleu, qu’il est en train de passer quelque chose au Stade français. On en conclut que les arrivées conjointes de Laurent Labit et Karim Ghezal, ainsi que la série de cinq victoires consécutives dont sort le club de la capitale, ont bouleversé le paysage, réveillé un géant endormi et sorti de la torpeur où elle végétait depuis dix ans une grande dame du rugby français. On s’emballe, vous dîtes ? Et ce Paris-là est encore très loin d’avoir gagné quoi que ce soit ? Vous n’avez pas tort. Mais ces braises, sous la cendre, n’ont à nos yeux rien d’illusoires…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
GroLourd Il y a 1 mois Le 03/03/2024 à 00:15

J'étais au stade : évoquer un engouement populaire me paraît pour le moins exagéré. Les gradins étaient remplis au maximum aux deux tiers, en comptant les supporteurs béarnais qui avaient fait le déplacement.
En revanche, oui, il se passe quelque chose : le Stade Français arrive à enchaîner les victoires, notamment grâce à un super Sekou Makalou.

PRESIDENT Il y a 1 mois Le 02/03/2024 à 23:49

Labit c est un bon .

Djive-ST Il y a 1 mois Le 02/03/2024 à 22:06

« arrivées conjointes de Laurent Labit et Karim Ghezal » Le SF peut dire merci à Fabien Galthié ! Car ses prises de bec récurrentes avec Karim Ghezal et Laurent Labit a permis au SF de récupérer les entraîneurs leaders de l'équipe de France

Jeandu50 Il y a 1 mois Le 02/03/2024 à 22:20

Sauf que l arrive des 2 entraîneurs.. c était prevut avant la cm..mais bon racontez n importe quoi..c est dans l air du temps