Abonnés

Pro D2 - L'enseignement du week-end : Brive se met la pression

Par Nicolas ZANARDI
  • Les Brivistes d'Arthur Bonneval sans solution à Grenoble.
    Les Brivistes d'Arthur Bonneval sans solution à Grenoble. Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Défaits pour la troisième fois consécutive à Grenoble, les Brivistes n’avancent plus. De quoi provoquer la colère de Pierre-Henry Broncan, qui a placé ses hommes devant leurs responsabilités.

Arrivé en conférence de presse une bonne demi-heure après le coup de sifflet final et après avoir livré le fond de sa pensée à son vestiaire, le manager corrézien Pierre-Henry Broncan n’a pas mâché ses mots, au moment d’évoquer le comportement des siens en Isère. "On n’a pas respecté le club, les supporters, tous ceux qui aiment le CAB, soufflait l’ancien demi de mêlée. J’espère que ça fait mal aux joueurs, mais j’ai une grosse interrogation là-dessus. À ce sport, le premier basique, c’est plaquer bas et faire tomber l’adversaire. À Grenoble, on a vu un match de Super Rugby, et ça ne plaît à personne. Il y a besoin d’une grosse remise en question. On ne s’est pas comportés en compétiteur, on était des touristes qui ont fait un déplacement à Grenoble. Et ce manque de respect me fait ch…"

Des mots durs, crus, prononcés la voix basse autant que déterminée, qui traduisaient une colère froide, provoquée par le delta entre les ambitions d’un club et le comportement de ses représentants. "On pourrait se dire que ce n’est qu’une défaite à l’extérieur, ce qui est vrai, et que le top 6 est toujours possible, ce qui est aussi vrai, prolongeait Broncan. Mais pour moi, la vraie question à se poser, c’est : "est-ce qu’on a envie de rester en Pro D2 ?" J’entends beaucoup de choses depuis que je suis arrivé à Brive. Ce que je vois, c’est que les dirigeants nous mettent dans les meilleures conditions et que le sportif n’est pas à la hauteur du club. Il faut vite changer. Je suis venu avec de l’ambition. J’ai autre chose à foutre que de voir ce genre de prestation. Alors maintenant, on va la fermer, et travailler pour redevenir une équipe dure à battre, qui bataille."

Broncan : "Soit ils continuent de porter le maillot, soit ils dégagent"

Et qui commet moins de fautes, surtout… Les 9 pénalités concédées dans les 10 premières minutes ayant évidemment largement précipité l’échec des plans corréziens. "Cette indiscipline, ce n’est même pas un manque d’engagement, c’est qu’on est débile, appuyait Broncan. On savait que l’arbitre avait tendance à beaucoup sanctionner la défense, et comme on n’a pas plaqué, il a bien eu raison de nous pénaliser. Il faut une réaction et on va tous se regarder dans une glace : les joueurs, le staff et moi le premier. Cette semaine, on va délocaliser un entraînement à Tulle. C’est bien d’aller là-bas, c’est une ville de résistants, et ça parle au fils de prof d’histoire que je suis. On va voir si on veut respecter le territoire que l’on défend et repartir au combat parce que vendredi, on s’est menti, on a fait semblant de vouloir gagner à Grenoble. Alors ce soir, je demande encore pardon aux amoureux de Brive et d’être présents vendredi soir. La moindre des choses sera que l’on s’engage et soit ils continueront de porter le maillot, soit ils dégageront. Je ne suis pas là pour faire des cadeaux. On doit gagner vendredi prochain contre Valence-Romans." Voilà bien ce qui s’appelle se mettre la pression. À ce titre, la semaine promet d’être studieuse, du côté de la Corrèze…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Aberwrach Il y a 1 mois Le 19/02/2024 à 12:24

Finalement en 9 matchs PH Broncan a obtenu 4 défaites alors que P Collazo en avait 5 pour 10 matchs car la défaite à Nevers incombe à A. Mela.
Les beaux discours d'arrivée parlaient de mise en concurrence ... Je ne la vois pas, il y a des gens qui joueront quoi qu'il arrive et ceux là sont dans un fauteuil : ce n'est pas ce la concurrence. Jeunes moins jeunes tout le monde sur le même pied 'égalité; certains parlent du joueur en forme et non du fils de , du copain de .
Quant on lit ce que font d'autres entraineurs ils sont moins dans la parlotte mais plus dans l'action et la prise de décision.
Je me rappelle que l'Australie n'est pas sortie de sa poule à la CdM.

Dudu19 Il y a 1 mois Le 20/02/2024 à 08:44

Aberwrach, nous sommes bien d'accord, il faut arrêter avec des personnes sur le banc du staff qui ont des intérêts dans l'équipe., Un gros raz de marée est désormais nécessaire pour repartir , hélas sur une autre année en ProD2 , car je vois pas comment cette équipe qui pratique un rugby sans envie, peut se sortir de là cette saison. Les Bézier, Vannes et Aix sont bien au dessus de ce que nos joueurs pratiquent.