Abonnés

Champions Cup - La Rochelle : un seizième face à Sale pour débuter la phase finale

Par Vincent Bissonnet
  • Après avoir battu Leicester, Reda Wardi et les Rochelais doivent faire tomber Sale pour aborder les huitièmes de finale du mieux possible.
    Après avoir battu Leicester, Reda Wardi et les Rochelais doivent faire tomber Sale pour aborder les huitièmes de finale du mieux possible. Icon Sport
Publié le
Partager :

Les Maritimes devront l’emporter ou au moins ne pas s’incliner pour se qualifier en huitièmes de finale. Sale, son adversaire du jour, poursuit le même objectif.

Dimanche dernier, le Stade rochelais a probablement livré sa prestation la plus accomplie de sa saison face à Leicester. Paradoxalement, son importance est inversement proportionnelle sur le plan comptable : victoire ou non contre les Tigers, les tenants du titre de la Champions Cup devaient dans tous les cas l’emporter à Sale pour accéder à la phase finale. La donne était déjà connue avant le coup d’envoi, dimanche dernier, et elle n’a pas changé.

Le succès bonifié contre les Tigers se révélera peut-être précieux si Grégory Alldritt et ses partenaires venaient à s’imposer dimanche, évidemment, et que Leicester et/ou les Stormers s’inclinaient dans le même temps, ce qui leur permettrait de grimper au troisième voire au deuxième rang de la poule et de s’offrir un huitième de finale plus abordable sur le papier. Mais avant d’envisager ce scénario idéal, ils devront avant tout assurer l’essentiel en prenant le meilleur sur les Sharks - ou en partageant les points. La courbe des dynamiques respectives leur est favorable : les joueurs de la banlieue de Manchester ont perdu quatre de leurs cinq dernières rencontres quand les tenants du titre sortent d’une trilogie gagnante qui les a notamment vus s’imposer pour la première fois en déplacement, à Pau.

Sale, une mêlée en difficulté

La bande à O’Gara monte en puissance, sur le fond et sur la forme. Reda Wardi s’en félicitait, dimanche dernier : "On connaît les forces de notre équipe, avec de gros porteurs de balle qui facilitent notre jeu ; quand c’est le cas, derrière, c’est beaucoup plus facile pour mettre en place ce qu’on aime faire. Ça s’est vu : tout le monde s’est régalé, a pris du plaisir, c’est top." Ce sursaut sur la scène continentale, aussi enthousiasmant et convaincant soit-il, ne vaudra que s’il est suivi d’une confirmation. Et d’une qualification. Un tenant du titre se doit, a minima, d’être au rendez-vous de la phase finale, encore plus quand elles mêlent 16 participants sur 24. Et quand bien même les Maritimes s’étaient vus proposer un des programmes les plus relevés possibles. "L’équipe sort certes d’un doublé mais quand la saison recommence, tous les compteurs sont remis à zéro, replace Will Skelton. Il y avait eu ces deux premiers revers qui nous avaient mis dans la difficulté. Il y avait deux finales à remporter. Nous avons gagné la première finale, il y en a encore une."

Ce sera sur la pelouse du finaliste du dernier Premiership et actuel cinquième du championnat anglais, avec sept succès pour quatre revers. "L’équipe a déjà relevé des challenges plus durs que ce qui l’attend", se projetait, la semaine passée, Paul Boudehent, à l’heure d’évoquer la double confrontation franco-anglaise. Qu’on se le dise, le challenge le plus élevé sera pour Sale qui devra hausser le curseur en mêlée - elle tourne à seulement 79 % de conservation sur la saison - et se montrer sous son meilleur jour en défense - son point fort historique - pour espérer se qualifier au détriment de Skelton et compagnie.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
biilyzekid Il y a 1 mois Le 21/01/2024 à 07:38

Il ne peut rien arriver à la meilleure équipe du monde, non, de l'univers!!