Abonnés

La tendance du Midol : Des micros sur les joueurs ? Par pitié, non !

Par Nicolas Zanardi
  • La tendance du Midol : micros sur les joueurs, par pitié, non !
    La tendance du Midol : micros sur les joueurs, par pitié, non ! Icon Sport
Publié le
Partager :

Dans sa tendance, Nicolas Zanardi s'exprime sur les récentes évolutions dans le rugby, et notamment les micros sur les joueurs. 

Qu’elle semble loin, cette époque antédiluvienne où l’on débattait encore du bien-fondé d’intégrer des encarts publicitaires sur les maillots des équipes internationales… On peine à s’en souvenir, mais c’est en 2017 (le jour, hasard ou pas, de la première cape d’Antoine Dupont !) que le XV de France fut la dernière équipe du "Tier 1" à franchir ce dangereux Rubicon. Avant que tombe, lors de la dernière Coupe du monde et bientôt lors du prochain Tournoi, le tabou des noms floqués sur le maillot. Un autre, encore. Et il semble que la course aux profanations ne soit pas terminée, à vrai dire… On avait ainsi tant bien que mal encaissé, depuis des années, que le temple des vestiaires soit blasphémé par l’intrusion de caméras qui ont contribué à un patent manque de naturel qui a transformé, au fil des années, les acteurs de ce jeu en acteurs tout court.

Après le vestiaire, le terrain

Mais le pire ? Il est qu’au-delà des vestiaires, on a récemment appris que la télévision voulait poursuivre son opération immersive jusqu’au dernier sanctuaire : le terrain. Un territoire déjà plus franchement vierge, pour être honnête, sachant que les chaînes font leur miel depuis des années de ces "micro-arbitres" qui ont autant apporté à la qualité des zappings qu’ils ont coûté cher aux officiels en matière d’autorité et de respect. Reste que la dernière nouveauté, venue du Premiership dont les diffuseurs réfléchissent désormais à placer des micros sur les joueurs, nous a laissé coi… "Cela vise à impliquer les fans et le public télévisé d’une manière différente, et à rendre le rugby plus attrayant pour ceux qui le regardent à la maison", nous expliquait le Daily Mail. Mouais… L’expérience menée auprès d’Ellis Jenkins, joueur de Cardiff, ne nous a pas franchement convaincu.

Parce qu’au-delà de la vanité des discussions captées, qui sont tout bonnement les mêmes que sur n’importe quel terrain, on a du mal à oublier le vieil adage qui veut que "ce qui se passe sur le terrain doit rester sur le terrain". Ce qui s’y dit, aussi. Parce qu’on a déjà suffisamment sucé jusqu’à la moelle la substance des joueurs de rugby pour les priver du dernier endroit où ils observent encore des comportements authentiques, le rectangle vert. Même si l’on est persuadé qu’il ne s’agit ici que d’un vœu pieux, la raison du payeur étant toujours la meilleure…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
Espytrac Il y a 1 mois Le 18/01/2024 à 13:11

Non à la transformation des joueurs en robots !

Allphi55 Il y a 1 mois Le 17/01/2024 à 20:29

Surtout pas! Il y a beaucoup d'autres choses importantes à faire.....mais pas ça!

Avdemuret Il y a 1 mois Le 17/01/2024 à 17:20

Encore une c.....e de plus y'a pas des choses plus importantes à modifier dans le rugby, non mais j'y crois pas...