Abonnés

L'édito du lundi : Bernard Laporte - Amélie Oudéa-Castera, tout est politique

  • Bernard Laporte et Amélie Ouda-Castera se sont livrés plusieurs passes d'armes la semaine passée.
    Bernard Laporte et Amélie Ouda-Castera se sont livrés plusieurs passes d'armes la semaine passée. Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

Rassurez-vous. Je ne mettrai pas, ici, mon petit orteil sur le terrain de la politique. Non pas que le rugby ne s’y prête pas ou qu’il puisse être carrément allergique à la confrontation d’idées, mais ce n’est pas l’objet du jour. Et puis, pour être franc, chaque incursion nous est à chaque fois reprochée – aux journalistes comme aux joueurs d’ailleurs. Avec des retours d’expérience tels des marrons distribués par le tribunal de la justesse : "Vous êtes là pour jouer, ou nous raconter comment les autres jouent, alors ne nous emmerdez pas avec autre chose que du rugby."

Soyez tranquilles, on ne va pas se fâcher aux premières gelées de l’année : parlons donc largement des plaisirs qui nous rassemblent plutôt que des morsures du monde, si nombreuses et bien plus inquiétantes par ailleurs. Mais tout de même, sans s’immiscer dans la chose politique, permettez-nous de relever le "spectacle" qui nous fut offert la semaine dernière aux frontières de l’actualité extra-sportive.

D’abord quand la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a rhabillé pour l’hiver Bernard Laporte (comme s’il n’avait pas assez à faire avec le MHR). Sur RMC, elle reprochait à l’ancien président de la FFR d’avoir délaissé la représentation française auprès des instances internationales… Et pan !

De rien, c’est gratuit. Et c’est surtout (un peu) injuste et (sacrément) provocateur envers celui qui avait pour ambition de braquer la présidence de World Rugby aux Britanniques ; celui qui incarnait à lui seul l’image du rugby français (effectivement trop seul) ; celui qu’elle a poussé à la démission en janvier 2023 (sur l’autel de la morale).

La réponse ne s’est pas fait attendre. Dès mercredi, dans les colonnes de Midi Libre, pour un shoot de mémoire : "Je suis devenu vice-président des 6 Nations, de la fédération internationale et du jour au lendemain, on n’est plus rien…" Et "Bernie" de faire ensuite du "Bernie", tentant de renvoyer "AOC" aux vestiaires : "Dans trois ans, plus personne ne parlera d’elle, je connais l’histoire. […] Apparemment, elle est ambitieuse. Elle se verrait présidente de la République. Je ne voterai pas pour elle…"

Désolé, Bernard. La ministre des Sports n’a pas eu besoin d’élection pour étendre son influence et nourrir sa dite ambition : dès le lendemain de cette ruade, elle était nommée ministre de l’éducation nationale en plus de son maroquin des sports… Et, s’il ne lui a pas fallu davantage qu’un jour supplémentaire pour se mettre à dos la profession de son nouveau pouvoir, la ministre aux deux casquettes restera sur le chemin du rugby. Avec, en face d’elle, non plus Laporte mais son successeur, Florian Grill, pour des relations autrement plus aimables et apaisées.

Anecdotique ? Pas vraiment. Car le sport, aussi vertueux soit-il, n’échappe jamais à la politique. L’appétit du patron de la FFR débordant ainsi allègrement du sportif pour, entre autres projets, reconquérir les cours d’école, il doit trouver des échos favorables hors de son monde. C’est le cas avec "AOC" qui loue régulièrement son engagement, et visiblement avec le nouveau Premier ministre Gabriel Attal, du temps où il était lui-même à l’éducation en imaginant le rugby (à cinq) comme activité périscolaire… Mais la roue tourne aussi vite que les responsabilités, les intérêts et les projets. Si les planètes sont aujourd’hui bien alignées, croisons les doigts pour qu’elles le restent encore assez longtemps pour que les ballons (de rugby) en mousse fleurissent dans les cours de récréation.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
Badphl34 Il y a 1 mois Le 15/01/2024 à 20:03

Tout le monde semble avoir vite oublié que AOC était présente sur la liste de Grill contre BERNIE, avec d'ailleur la presence d'Abdelatif Bennazzi . Bennazzi qui accompagnait macron au Qatar durant la coupe du monde de football, moment où Bernie s'est fait ejecter! Mais ce n'est absolument pas politique, non pas du tout !!!!

Morisketou Il y a 1 mois Le 15/01/2024 à 13:51

Je constate que les commentaires désobligeant envers Laporte ne passent pas.

jacquot12 Il y a 1 mois Le 15/01/2024 à 10:39

Que ce soit Laporte ou AOC, je ne m'imisce pas dans ces affaires mais écrire que les relations sont autrement plus aimables et apaisées avec Grill est un euphémisme car elle est tout le temps en train de tacler , témoin son arrivée à l'Education Nationale où elle a déjà critiqué l'Ecole Publique dont il faut reconnaitre, toute idée politique exclue, qu'elle est le parent pauvre de tous les gouvernements qui se sont succédés.