Abonnés

Top 14 - À Toulouse, si les bases vont mieux…

Par Jérémy Fadat
  • Les Toulousains sont bien revenus dans la partie en recentrant leur rugby.
    Les Toulousains sont bien revenus dans la partie en recentrant leur rugby. DDM - LAURENT DARD
Publié le
Partager :

Particulièrement défaillants sur les fondamentaux, les Stadistes sont complètement passés à côté de leur entame. Mais, quand ils ont enfin remis de l’ordre dans leur rugby, ce n’était évidemment plus la même chose.

Il fallait se pincer pour y croire… À la 21e minute, les écrans géants du Stadium affichaient un score sans appel : 14-0, deux essais à rien. Le hic pour le public, c’est que c’était en faveur de Toulon.Et se rappeler alors que cette même équipe toulousaine apathique avait, six jours plus tôt, offert un fantastique récital sur la pelouse des redoutables Harlequins. Pourquoi ? Comment ? « On est resté à l’hôtel pendant vingt minutes, pestait Matthis Lebel après coup. On s’est regardé et on s’est dit : "Qu’est-ce qu’on br***** ?"  Ce n’était pas compliqué de faire mieux. Trop de plaquages manqués, de duels perdus… Et on subissait, c’est normal." Justement parce que lui et ses coéquipiers étaient archi défaillants sur les fondamentaux, dominés en touche (quatre munitions laissées en route en première mi-temps), en mêlée fermée, en défense et sur les collisions. Virgile Lacombe s’interroge : "Avons-nous été surpris par le rythme qui est un peu moins intense que la Champions Cup ? Nous avons failli dans plein de secteurs." L’avantage étant que les lacunes étaient facilement identifiables. Restait à les résoudre. Aisé sur le papier, moins sur le terrain… N’empêche, chacun était conscient (à commencer d’ailleurs par les Toulonnais) que, si les Toulousains parvenaient à mettre la main sur le ballon, le vent allait forcément tourner. "Pour produire notre rugby, nous avons besoin de le posséder, poursuit l’entraîneur de la mêlée. Dès qu’on a réussi à le conserver sur plusieurs temps de jeu, on a marqué. On a trouvé des solutions sur la conquête et de l’efficacité sur des choses simples. Cela nous a permis de renverser la pression."

"La force de caractère"

C’est vrai depuis la nuit des temps dans ce sport, mais peut-être plus encore quand s’agit d’une formation aussi ambitieuse et dominatrice que le Stade toulousain : sans les bases, rien n’est possible. Alors, sans non plus faire de miracles ou de mouvements exceptionnels comme ce fut le cas en Angleterre la semaine précédente, le champion de France en titre a remis de l’ordre dans son rugby.Avec aussi une meilleure occupation en deuxième mi-temps, grâce notamment à des coups de pied bien sentis dans les angles qui ont fait reculer les Varois. Et, dans ce cas, cette troupe reste une machine difficile à arrêter… "On a surtout retrouvé de la cohérence collective, se réjouit Lacombe. On fait passer des messages, on essaye de redonner confiance mais cela vient d’abord des joueurs. Nous sommes fiers de leur force de caractère pour revenir dans la partie. Il faut être capable de gagner ce genre de rencontre. Ce sera le cas en phase finale si on a la chance d’y être." Justement, si Toulouse demeure à la porte des six premières places, ce succès était indispensable pour garder le contact avec le bon wagon.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
Espytrac Il y a 3 mois Le 25/12/2023 à 14:32

Pour marquer des essais il faut être porteur du ballon, il est urgent de bien réfléchir sur les coups de pieds dans la stratégie du jeu.

brandon_15 Il y a 3 mois Le 24/12/2023 à 20:24

Avant de parler de phases finales, il faut faire partie des six. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui ! Avec en plus un "point de pénalité" lié au plus mauvais goal average des 7 premiers...Et lorsque l'on voit un "manager "demander une mêlée à la fin du match avant de se raviser (merci la pléthore de "bénévoles" du staff...) il y a de quoi être, a minima, inquiet pour la suite !

Puntadelteno1970 Il y a 3 mois Le 25/12/2023 à 10:26

De la seconde à septième places .... il y a 4 points .... Donc la place à ce jour n'est pas inquiétante. De plus le goal average est particulier et non général... On n'est pas au foot en Top 14. Le top 14 est très serré comme depuis plusieurs saisons. L'écart entre le 1er et le dixième est souvent très mince. Aucune équipe n'est garantie d'être dans les 6 à ce jour. Le Stade Toulousain a l'expérience pour gérer sa saison (sauf si le Covid s'en mêle comme en 2022). Sur la mêlée demandée dans un premier temps par Ugo Molla, étant présent au Stadium, je pense qu'il avait raison car l'équipe dominait largement son sujet et un essai à ce moment là aurait permis à l'équipe d'aller à la conquête d'un bonus en fin de match. Après prendre les 3 pts et mettre Toulon à + 8 était aussi une stratégie de prise de risque 0 pour la fin de match. Après une entame de match catastrophique, la victoire à 5 pts n'était pas impossible loin de là.