Abonnés

L'édito du lundi : qui veut gagner des millions

Par Emmanuel MASSICARD
  • Florian Grill, le président de la FFR
    Florian Grill, le président de la FFR Icon Sport - Icon Sport
Publié le
Partager :

L'édito du lundi par Emmanuel Massicard... Où sont passés les millions ? Désolé d’être aussi direct, au risque de vous paraître cupide. Et, surtout, de ne pas vous parler du ballon, des joueurs qui l’animent, tout simplement de ce rugby qui nous rassemble

Mais ce n’est pas le sujet prioritaire. La Coupe du monde, aussi belle à vivre fut-elle, nous laisse un drôle de goût amer. Et, surtout, un sacré vide dans les caisses quand le jackpot était annoncé : 80 millions d’euros devaient ruisseler à tous les niveaux de la pyramide. Nous en sommes loin…

Si World Rugby se frotte le ventre, la France du rugby, elle, cherche l’argent. D’abord les clubs pros qui ont tant donné ces dernières années, pour ne récolter que des miettes. La fédé, ensuite, dont les comptes sont proches du noir profond avec un déficit cumulé de 40 millions d’euros sur les deux prochaines années… Tout le monde devra se serrer la ceinture, même les semi-pros et autres vrais amateurs hélas déjà trop habitués à vivre sans le sou.

La faute à qui ? À la précédente mandature, qui aurait donc vécu au-dessus de ses moyens ; à France 2023 qui n’aurait pas tenu assez fermement les cordons de la bourse ; aux résultats économiques plus décevants qu’escompté ; et à la conjoncture, mauvaise fille qui n’épargne personne.

La réalité, messieurs, mesdames, est ici, sacrément cruelle. … On ne se nourrit jamais longtemps de promesses, aussi belles soient-elles. Et même la France, phare économique du rugby mondial si souvent cité pour l’exemple, n’est pas épargnée par les difficultés. Quand bien même sa Ligue professionnelle présidée par René Bouscatel roule, elle, sur un modèle efficace. Une île au milieu de l’océan.

La préoccupation est également sportive et ces (nombreuses) défaites en Champions Cup depuis deux week-ends. Souvent dans les dernières minutes. Désolé, encore, de ne pas clouer au pilori ce fichu sort basculant trop souvent en défaveur des équipes françaises ces temps-ci, avec ce matelas de défaites d’un tout petit point d’écart qui ne cesse de s’épaissir. Car vous l’aurez noté : en Coupe du monde comme en Champions Cup, le rugby français vit à l’heure de désillusions aussi courtes que violentes, parfois injustes et dès lors si difficiles à encaisser.

Qu’elle semble éloignée l’époque où nos équipes régnaient sur les fins de partie – le fameux "money time"- et qu’elles étaient ainsi louées pour leur capacité à renverser n’importe quel match mal embarqué sur un seul ballon, une seule action, au point de filer la frousse au monde entier.

L’instinct de tueur aurait donc changé de camp depuis quelques semaines, à mesure que le fil de la confiance bleue s’est effilochée. Avec, me semble-t-il, comme point de départ les premières blessures tricolores survenues pendant la préparation au Mondial. Et, comme accélérateur, le zygomatique d’Antoine Dupont (fracturé par un coup de casque namibien). Sans ses bons génies (n’oublions pas Romain Ntamack), le rugby français est ainsi redevenu tel qu’en lui-même : doué et généreux en diable, mais parfois limité au plan stratégique. Les années passent et rien ne change vraiment.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
GenesetPatout Il y a 3 mois Le 18/12/2023 à 10:47

EPCR avec Afrique du Sud, tout ca pue la coupe du monde des clubs et les arrangements avec des arbitres qui n'auront d'autres choix que de dire amen aux ordres donnés par l'ÓRGANIZAZION. Le rugby devient le nouveau football americain. Seuls comptent les dollars et les jeunes ne jouent plus que pour les dollars. Je suis bien content d'avoir vécu l'AVANT BUSINESS. Le RUGBY SE MEURT et personne ne fera rien pour le sauver.

Embrunman_2004 Il y a 3 mois Le 18/12/2023 à 09:19

c'est incroyable! il faut sortir de ce world rugby de M...