Abonnés

Champions Cup - La fin d’une hégémonie française en Champions Cup ?

  • Battu au Cap ce week-end, le tenant du titre rochelais est en train mauvaise posture pour défendre son bien.
    Battu au Cap ce week-end, le tenant du titre rochelais est en train mauvaise posture pour défendre son bien. Steve Haag / Icon Sport - Steve Haag / Icon Sport
Publié le
Partager :

Les trois derniers titres de la Champions cup sont revenus à des clubs français, Toulouse en 2021 et La Rochelle les deux saisons suivantes. Cette année va-t-elle néanmoins marquer la fin de l’hégémonie du Top 14 sur la compétition ?

Le Top 14 est-il en train de perdre son hégémonie sur la Champions Cup ? Disons qu’après deux journées de compétition, la question mérite largement d’être posée. Alors que depuis trois saisons, le championnat de France squatte toutes les médailles d’or de la compétition reine (le Stade toulousain l’a remportée en 2021, le Stade rochelais les deux saisons suivantes), les clubs hexagonaux sont indéniablement plus en difficultés depuis le coup d’envoi de l’édition 2023-2024, donné il y a dix jours à Galway. On en veut pour preuve que le Racing 92 et Toulon, respectivement leader et deuxième du Top 14, comptent jusqu’ici deux défaites dans le tournoi transcontinental (contre les Harlequins et l’Ulster d’un côté, contre Exeter et Northampton de l’autre) et que si la qualification est évidemment encore envisageable pour ces deux entités, elle passera néanmoins par un sans-faute lors des deux prochaines journées de phase régulière.

Débuts compliqués pour La Rochelle et le Stade français dans cette Investec Champions Cup... pic.twitter.com/c7IKRmI5pA

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 17, 2023

Aux situations complexes traversées par le Racing 92 et Toulon en Champions Cup, on est aujourd’hui contraint d’ajouter les difficultés rencontrées depuis quinze jours par le Stade rochelais, tenant du titre : si les Maritimes ont bel et bien hérité de la « poule de la mort » avec les Stormers et le Leinster, il n’en reste pas moins que pour les hommes de Ronan O’Gara, le contexte est aujourd’hui bien plus tendu que la saison dernière.

Les clubs anglais ont besoin d’un titre pour renflouer leurs caisses

Dès lors, comment expliquer que mis à part Toulouse et Bordeaux-Bègles, les pensionnaires du championnat éprouvent tant de difficultés à marquer leur territoire en Champions Cup cette saison ? Samedi soir, le manager de l’Ulster, Dan McFarland, émettait l’idée selon laquelle les provinces irlandaises et les clubs anglais, en mal de titres majeurs pour les uns, en grandes difficultés financières pour les autres, avaient fait de la compétition dirigée par l’EPCR un objectif majeur de leur saison et, de ce fait, avaient ces derniers mois considérablement étudié la façon de jouer des clubs français.

En coulisses, certains managers français s’estiment de leurs côtés avoir été quelque peu lésés par l’arbitrage ces deux dernières semaines et, sans vouloir incriminer directement le directeur de jeu du dernier Ulster - Racing 92 (Luke Pearce), on nous signala néanmoins dans les couloirs du Kingspan Stadium que deux des quatre essais inscrits par les Ulstermen étaient probablement entachés d’une faute, la constitution du maul pénétrant ayant devancé le contact du porteur de balle avec la défense adverse, un acte illégal. Info ou intox ?

Difficiles à dire mais dans cette formule pour le moins ouverte (seize clubs sur vingt-quatre seront en effet qualifiés), le Stade rochelais, le Racing 92 et Toulon peuvent toujours se raccrocher à l’idée qu’une seule victoire bonifiée pourrait leur permettre, fin janvier, d’accrocher une place en phase finale. Reste à savoir comment négocieraient-ils, alors, un déplacement chez l’un des gros bras de la première phase, qu’ils se nomment le Leinster, Toulouse ou Sale…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (6)
biilyzekid Il y a 2 mois Le 21/12/2023 à 10:32

Toulouse n'a plus grand chose à prouver mais ils sont toujours là. L'hégémonie sur cette compétition est avant tout toulousaine jusqu'à ce qu'une équipe gagne plus de titres européens.

guilhot Il y a 2 mois Le 18/12/2023 à 11:22

C'est quand même bizarre qu'un journal de rugby se focalise sur le classement actuel du Top 14 pour faire une évaluation de nos équipes au plan international; je vous rappelle qu'il y a des joueurs qui ont été obligés de faire un long stage en dehors de leurs clubs ! Peut-être cela a-t-il joué sur les résultats en Top14 ..... je dis ça, je ne dis rien lol

PhilAsr17 Il y a 2 mois Le 18/12/2023 à 11:11

Des poules assez inégales ce qui n'enlève en rien les résultats de UBB et Toulouse. Mais ce qui est sûr, c'est que les équipes prétendantes au titre sont de moins en moins nombreuses. Le niveau du Top 14 n'a rien à voir. Ca se joue à pas grand chose. Toulouse est largement l'équipe favorite par rapport à ce que j'ai vu: dans l'intensité, dans l'effectif, dans tout !