Abonnés

L'édito du lundi : Il faut aussi de l’indulgence

Par Léo Faure
  • Critiqué ces dernières semaines, Antoine Dupont a répondu présent pour ce premier match de Champions Cup.
    Critiqué ces dernières semaines, Antoine Dupont a répondu présent pour ce premier match de Champions Cup. Icon Sport
Publié le
Partager :

On attend tellement d’Antoine Dupont, toujours plus et parfois des vœux paradoxaux. Qu’il soit le capitaine de l’équipe de France et qu’il la fasse gagner, de ses seuls faits sans pour autant éclipser la valeur collective de son sport ; on rêverait qu’il porte sur son image le développement de notre rugby et qu’il y parvienne – toujours - dans une relative discrétion ; on aimerait qu’il ait ce caractère tenace dont on fait les champions mais qu’il sourit à la critique, qu’il s’y plie sans amertume et même qu’il dise "merci", tant qu’à faire.

Ça fait beaucoup, pour un seul homme, dont on ne saurait d’ailleurs mettre en cause quelconque défaut d’éducation ou problème d’humilité. Dupont, à propos duquel il semble parfois impossible de déceler des défauts, aurait donc celui-là : à l’évocation de ses performances sûrement moindre, depuis un mois, il se durcit. Tant mieux, nous direz-vous.

Pour autant, il jure se moquer de cette critique, des hésitations sur ses performances, des constats en faiblesse ponctuelle. Mais quand il le dit, son regard se noircit, ses mâchoires se serrent et ses mots se font plus froids. Sur le terrain, sa réponse n’a toutefois pas tardé !

Bien sûr que les interrogations à son sujet le touchent, comme tout un chacun. "Est-il seulement humain ?" s’amusait un jour à questionner Brian O’Driscoll, quelques heures avant que les Toulousains affrontent les Leinstermen en demi-finale de Champions Cup. Oui, cher "BOD", Dupont est humain, et ses quelques matchs de reprise ont rappelé à tous qu’on ne peut pas attendre de lui l’excellence, partout et tout le temps. Que l’échec de la Coupe du monde l’a meurtri comme il a touché ses partenaires en Bleu. Et que la répétition des saisons sans vraiment de coupure a aussi un impact sur son énergie.

Sollicité sur tous les fronts, centralisant autant d’espoirs que de missions, Dupont est à ce point essentiel en tant de choses qu’il faut, aussi, lui accorder cette indulgence et ce droit à la normalité, parfois. Et puis, soyons honnêtes : dans la balance, son apport à son sport restera largement bénéficiaire.

Au bout de cette réflexion, on se souviendra de ce que nous apprend le passé : Jonny Wilkinson, Dan Carter, George Gregan et tant d’autres avant Dupont ont connu la critique, et des périodes de creux dans leur carrière. Une longue traversée du désert, même, en ce qui concerne l’ouvreur Anglais, et de cruelles déceptions sur le chemin de la gloire. À leur sujet, la postérité ne retient finalement que ceci : ils ont tous marqué l’Histoire de leur sport et portent tous, à leur veston, une étoile au moins de champion du monde. C’est tout le mal qu’on souhaite à Dupont.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Puntadelteno1970 Il y a 2 mois Le 11/12/2023 à 10:57

Antoine Dupont est unique. C'est un immense joueur, un compétiteur acharné et engagé. Il a déjà largement évoqué les cadences infernales demandées aux joueurs qui cassent le physique et détruisent le mental. Il sait mieux que quiconque que la vie d'un sportif est faite de moments de gloires inoubliables et d'échecs cruels. C'est le sport! Il faut gérer sa carrière. Antoine Dupont est déjà à 27 ans une icône du rugby Français et mondial. Sa carrière est loin d'être terminée. Je lui souhaite que le meilleur pour lui, pour son club et pour l'EDF à XV et à VII.

Eusebius Il y a 2 mois Le 11/12/2023 à 07:02

C'est précisément pour cette dimension « humaine trop humaine » qu'on l'aime, cet Antoine Dupont à la fois si loin et si proche. Ses réactions à la critique ont été à son image : justes et mesurées. Une preuve supplémentaire d'une intelligence qui, elle, ne se paie pas de mots.