Abonnés

Top 14 - Jerome Kaino, Victor Vito, Ma'a Nonu... Le Top 10 des All Blacks en Top 14

Par Nicolas AUGOT
  • Victor Vito, Jerome Kaino, Ma'a Nonu sous avec leur club en France.
    Victor Vito, Jerome Kaino, Ma'a Nonu sous avec leur club en France. Photo : Icon sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Sam Whitelock, Nepo Laulala, Leicester Fainga’anuku ou encore Brad Weber sont dernièrement venus s’ajouter à la longue liste des internationaux all blacks qui ont évolué en Top 14. Retour sur les joueurs à la fougère qui ont le plus marqué de leur empreinte l’histoire de notre championnat.

1. Jerome Kaino 

Quand il est arrivé à 35 ans dans la Ville rose, on se demandait si Jerome Kaino serait à la hauteur de sa carrière, de ses deux titres mondiaux, de ses 81 sélections. Le flanker a apporté une réponse de champion en s’imposant comme un des cadres de l’effectif rouge et noir et un des fers de lance des nombreuses conquêtes stadistes au tournant de deux décennies. En trois saisons, l’ancien des Blues a décroché trois trophées dont un inoubliable doublé, en 2021, en guise de bouquet final à sa carrière de joueur.

2. Dan Carter

Le plus grand ouvreur de l’histoire de la Nouvelle-Zélande a connu deux passages diamétralement opposés en France, avec à chaque fois un Bouclier de Brennus à la clé. Son aventure perpignanaise s’est résumée à cinq matchs même si son aura est indissociable de la conquête du titre de champion de France des Catalans. Sa deuxième parenthèse hexagonale a été plus aboutie : chef d’orchestre du Racing 92 de 2015 à 2018, il œuvre à la conquête du Brennus avec 15 points inscrits au Camp Nou, en 2016. Il aurait pu finir de la meilleure des manières si une blessure ne l’avait pas privé de la finale de la Coupe d’Europe face au Leinster, en 2018.

dan Carter pendant son passage réussit au Racing.
dan Carter pendant son passage réussit au Racing. Icon Sport

3. Chris Masoe

Chris Masoe, 20 sélections avec les Blacks, a été un monument du Top 14 pendant une décennie. De 2008 à 2017, il a affiché une régularité et un niveau de jeu remarquable sous les couleurs de Castres, Toulon et du Racing 92, étant légitimement considéré sur cette période comme un des numéros 8 les plus impactants et complets. Chris Masoe, c’est 200 matchs de championnat, un titre de meilleur joueur du Top 14 en 2012, trois Coupes d’Europe avec le RCT et un Bouclier avec le Racing 92.

4. Carl Hayman

Ses débuts en France, à 30 ans, avaient été délicats, au point qu’on était venu à s’interroger sur la pertinence de ce recrutement par Toulon. Par la suite, le pilier aux 45 sélections a mis tout le monde d’accord. Les conquêtes de la bande à Laporte doivent pour beaucoup à la régularité et à la force pure du droitier : il a été de tous les titres, le triplé européen comme le Bouclier de 2014. En cinq saisons sur la rade, de 2010 à 2015, l’ancien joueur des Highlanders s’est imposé comme une figure incontournable et une des coqueluches de Mayol.

5. Byron Kelleher

A son top niveau, il n’avait pas d’égal. Byron Kelleher, 57 sélections au compteur, a été un des hommes clés des titres de champion de France décrochés par Toulouse en 2008 et 2011. Sa saison 2007-2008 avait notamment été exceptionnelle en tous points : surpuissant, tranchant mais aussi gestionnaire avisé, il avait mené les Rouge et Noir au sommet. Son passage au Stade français, en suivant, n’a pas marqué les esprits mais il restera une des têtes d’affiche des années 2000 du côté d’Ernest-Wallon où le demi de mêlée a évolué de 2007 à 2011.

6. Joe Rokocoko

Arrivé en 2011 à l’Aviron Bayonnais, l’ancien phénomène des All Blacks (25 essais lors de ses 20 premières sélections, Joe Rokocoko a mis du temps à s’adapter à sa nouvelle vie en France et à sa nouvelle équipe. Attendu comme le facteur X de la formation basque, il reste muet pendant sa première saison en Top 14. Il doit attendre la 18e journée de sa deuxième saison en France pour inscrire son premier essai dans le championnat. C’est le déclic pour l’ancien All Black qui devient un cadre de l’Aviron en étant replacé au poste de centre. Il connaît une seconde jeunesse avec le Racing 92 où il retrouve son poste d’ailier marquant un essai entré dans la légende lors de la finale du Top 14 disputée et remportée à Barcelone.

Joe Rokocoko sous les couleurs de Bayonne.
Joe Rokocoko sous les couleurs de Bayonne. Aurelien Meunier / Icon Sport

7. Victor Vito

Le troisième ligne, double champion du monde, a été un des joueurs clés dans l’ascension du Stade rochelais. Malheureusement blessé lors de la finale de Marseille lors du premier sacre européen du club maritime, il n’est reste pas moins que le talent et l’expérience de Victor Vito auront considérablement changé la trajectoire d’un club promu en Top 14 seulement deux ans avant son arrivée. Il s’est vite très vite adapté à sa nouvelle équipe qui termine à la première place de la phase régulière, année où il est aussi élu meilleur joueur du championnat. Il s’impose rapidement comme un cadre et devient même capitaine du Stade rochelais par son exemplarité sur et en dehors du terrain.

8. Ma'a Nonu

Le puissant trois-quarts centre débarque à Toulon riche d’un deuxième titre de champion du monde. L’équipe varoise vient d’enchaîner trois sacres européens et doit entamer un nouveau cycle. Les performances de Ma’a Nonu sont intéressantes dans un jeu direct et il est phénoménal lors de chaque phase finale. Malheureusement, il ne parvient pas à faire gagner le RCT qui échoue notamment deux fois en finale du Top 14, mais sa prestation lors de la finale 2017 perdue face à Clermont est encore dans toutes les mémoires.

9. Sonny Bill Williams

Il n’est resté que deux ans en France, mais ce passage a été très remarqué et a permis à Sonny Bill Williams de devenir une légende du rugby à XV. En effet, il n’avait jamais joué à ce jeu avant d’arriver à Toulon avec le statut d’homme le plus détesté d’Australie car le treiziste, reconnu pour ses qualités de joueur, est alors accusé d’avoir des caprices de starlette. Il marque un essai en Top 14 dès son premier match avec le RCT et devient en quelques semaines un des joueurs les plus spectaculaires du championnat.

Sonny Bill Williams a parfaitement réussi son passage au XV du côté de Toulon.
Sonny Bill Williams a parfaitement réussi son passage au XV du côté de Toulon. Jean Paul Thomas / Icon Sport

10. Ali Williams

Pendant deux ans à Toulon, le deuxième ligne champion du monde en 2011 fait régner la terreur sur les pelouses du Top 14 et d’Europe en compagnie du Sud-Africain Bakkies Botha. Avec l’équipe varoise, il remporte deux titres de champion d’Europe et un Bouclier de Brennus. Alors qu’il n’avait signé que pour une saison lors de son arrivée à Toulon, il a vite prolongé son contrat pour une saison supplémentaire. Sa dernière année au Racing 92 est en revanche une déception.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Whitelock Il y a 2 mois Le 06/12/2023 à 17:57

Il me semble que Conrad Smith et Colin Slade auraient dû être dans ce top 10. Surtout Slade qui a été un des meilleurs numéro 10 du championnat