Abonnés

XV de France - L'édito du lundi : c’est l’heure de retrouver le sourire et de croire en l’avenir

Par Emmanuel Massicard
  • Fabien Galthié et Antoine Dupont après l'élimination face à l'Afrique du Sud.
    Fabien Galthié et Antoine Dupont après l'élimination face à l'Afrique du Sud. - Icon Sport
Publié le
Partager :

Soyons clairs, six semaines après l’élimination des Bleus en quart de finale de la Coupe du monde, la déception est toujours présente. Et même vive si l’on en croit les témoignages des acteurs eux-mêmes croisés ici et là, les réflexions des dirigeants ou les mots des passionnés qui nous écrivent toujours en nombre afin de partager leur amertume.

Ces images comme des flashs et ces souvenirs bigarrés peignant un tableau inachevé nous rappellent combien le XV de France avait su emporter tout le monde dans sa quête folle de sacre mondial. Et combien l’ensemble du rugby français y avait cru pour de bon, tout acquis à la cause tricolore. Certain du triomphe à venir.

La chute n’en fut que plus dure. Et violente. D’où l’amertume, on y revient encore. D’où cette difficulté à tourner la page quand le sélectionneur, Fabien Galthié, fut discret après l’échec alors qu’il avait si facilement trouvé les mots et les arguments de la séduction au début de son mandat pour installer les Bleus sur ce matelas de confiance populaire.

Six semaines ont passé et le patron des Bleus remonte désormais sur le front médiatique après son premier entraînement à entraîner en compagnie de son nouveau staff (composé par Laurent Sempéré, Patrick Arlettaz et William Servat).

À la relance, vous le lirez ici, un mea culpa pour tourner la page : « C’est mon échec ». Sans oublier, surtout, les premières promesses pour le Tournoi à venir et les éléments fondateurs du futur projet qu’il devra mener jusqu’en Australie. Le reste sera à construire, pour ce qui est du contenu et de la forme.

Avec une certitude, qui se dégage déjà : ce défi au long cours empruntera forcément des codes différents. Notre « petit » univers va ainsi retrouver ses frontières habituelles et son auditoire, loin des paillettes, de la liesse et de l’engouement tous horizons qui portaient la promesse d’un monde nouveau pour l’ensemble du rugby français.

À part les têtes de gondole et véritables phénomènes médiatiques que sont devenus le sélectionneur et son demi de mêlée, Antoine Dupont, il est à craindre que le reste de la vitrine ne soit vite rattrapé par les lois implacables de la concurrence. À ce titre, les Jeux Olympiques ne nous feront pas de cadeau. Au vrai, seul un Tournoi des 6 Nations réussi et plus encore un onzième Grand Chelem pour les Bleus permettrait de conserver ces parts de marché si précieuses car si durement acquises.

Comme en 2007, le XV de France va donc devoir se remobiliser pour rebondir très vite. Et puiser dans l’échec sud-africain, aussi douloureux soit-il, les raisons d’une motivation nouvelle qui lui permettra de gagner rapidement un titre et de rester ainsi dans la course du grand show médiatique.

En attendant, c’est autour de son monde, qui lui a accordé un blanc-seing sans concession, que le sélectionneur doit désormais construire les bases de son prochain défi. En nourrissant généreusement le nouveau matelas de confiance des Bleus, leur légitimité commune et la raison d’être de cette équipe. C’est l’heure de retrouver le sourire et de croire en l’avenir.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Masotrillo Il y a 3 mois Le 27/11/2023 à 14:06

hé ho, il faut se secouer, les All blacks, les irlandais eux aussi sont déçus, on remet les gazes, vous avez une sacrée belle vie, payés pour jouer au rugby et plutôt pas mal il me semble, les voyages, les réceptions où on se tape sur le ventre.
A l'assaut du prochain tournoi, le vrai challenge, s'améliorer encore et toujours.
Il y a des jeunes qui tapent à la porte, qui piaffent d'impatience de jouer la prochaine et de démonter leur talent en attendant.

Lucifer34 Il y a 3 mois Le 27/11/2023 à 08:04

Il faut tourner la page. Ce n'est qu'un sport, professionnel de plus. La défaite de hier ne doit pour autant pas faire oublier de travailler aux victoires de demain ! Un Doliprane et ça doit rouler.....