Abonnés

Faits divers à Crépol - De Philippe Saint-André à Florian Grill, le monde du rugby sous le choc après le décès de Thomas

Par Maxime REYMOND
  • Un vibrant hommage a été rendu à Thomas, ce jeune talonneur du RC Romanais Péageois, tué dans la nuit de dimanche dernier à Crépol. Ses coéquipiers étaient présents à la marche blanche organisée en sa mémoire. Photos MaxPPP et MR
    Un vibrant hommage a été rendu à Thomas, ce jeune talonneur du RC Romanais Péageois, tué dans la nuit de dimanche dernier à Crépol. Ses coéquipiers étaient présents à la marche blanche organisée en sa mémoire. Photos MaxPPP et MR
Publié le
Partager :

Une fête de village a fini en bain de sang dans la nuit du 18 au 19 novembre à Crépol, dans la Drôme. Thomas, un jeune homme de 16 ans, fervent pratiquant de rugby au RC Romanais Péageois, a été tué lors d’une attaque au couteau. Un drame marquant dans le milieu du rugby.

Dimanche 19 novembre, entre 1 h 30 et 2 heures, le petit village de 500 habitants de Crépol (Drôme) vient de basculer dans l’horreur. Alors qu’environ 400 personnes participent à un bal à la salle des fêtes, une dizaine d’individus débarque. D’après le parquet de Valence, un incident violent avec arme blanche éclate entre un individu et le vigile posté à l’entrée. Ce dernier est grièvement blessé. Les assaillants ont sorti "des couteaux et des pavés" selon des témoins, et une bagarre très violente a éclaté avec des participants à la soirée venus soutenir les vigiles. En tout, dix-sept personnes sont blessées. Parmi elles, un adolescent de 16 ans, Thomas, touché par des coups de couteau, ne survivra pas à ses blessures et mourra pendant son transfert à l’hôpital de Lyon. Un véritable drame qui a fortement touché et marqué énormément de personnes dans la société et notamment dans le milieu du rugby. Car le jeune et innocent Thomas était un grand passionné et pratiquant de ce sport. Il était le capitaine des moins de 17 ans dans l’équipe du Rugby Club Romanais Péageois (RCRP), après être passé par les équipes de jeunes des Damiers de Valence-Romans et anciennement USRP.

L’émotion, la tristesse et la colère sont à leur paroxysme dans les rangs du RCRP depuis la révélation de l’identité de la victime de cette attaque au couteau. C’est une énorme chape de plomb qui s’est abattue sur l’ensemble des joueurs et dirigeants. Devant disputer un match de Fédérale 3 à Saint-Marcel-les-Valence l’après-midi même du 19 novembre, le RCRP a réuni les joueurs pour leur demander ce qu’ils voulaient faire. Tous ont alors pris la décision de jouer malgré tout, afin d’honorer la mémoire de Thomas. Une minute de silence a été observée avant les rencontres des équipes réserve et fanion, ainsi qu’un hommage à la fin du match. "C’était un jeune homme plein de vie, très aimé de ses amis, quelqu’un sans problème, très sage. Il disait à ses copains qu’on ne se bagarre jamais sur le terrain. Ils m’ont enlevé mon Thomas. Tout ça, c’est la folie furieuse, c’est un meurtre qu’ils ont fait" a confié Isabelle, la mère de Thomas, chez nos confrères de Paris Match.

De nombreux hommages des acteurs du rugby

Mercredi 22 novembre, à l’initiative du club de rugby et de la famille, une marche blanche s’est déroulée dans les rues de Romans-sur-Isère pour rendre hommage à Thomas. Elle s’est élancée depuis le lycée du Dauphiné où était scolarisé le jeune homme, et s’est terminée dans le stade de rugby où s’entraînent les équipes du RCRP. En tête de la marche, les dirigeants, encadrants et jeunes du club étaient au côté de la famille vêtus du maillot bleu et blanc. Sur la pelouse du stade où Thomas jouait avec ses coéquipiers, les proches et participants ont formé un cercle avant de procéder à un émouvant lâcher de ballons aux couleurs du RC Romanais Péageois. S’en sont suivies une poignante minute de recueillement et plusieurs minutes d’applaudissement des milliers de personnes venues à la marche, entre 6 000 et 10 000. Outre le RCRP, on y retrouvait beaucoup de joueurs, dirigeants et éducateurs des clubs voisins, comme Valence-Romans, le RC Eymeux, Châtillon-Saint-Jean, ou encore Saint-Jean-en-Royans. Une foule importante était également présente lors des obsèques, vendredi 24 novembre à Saint-Donat-sur-l’Herbasse, avec les jeunes du RCRP en première ligne.

Une marche blanche a été organisée pour rendre hommage à Thomas.
Une marche blanche a été organisée pour rendre hommage à Thomas.

Cet événement dramatique a profondément marqué le monde du rugby, également à l’échelle nationale. On peut notamment citer les internationaux français Antoine Dupont et Grégory Alldritt qui ont fait part de leur tristesse en partageant sur Instagram la photo de Thomas et la publication du RCRP lui rendant hommage. Le président de la Fédération française de rugby, Florian Grill, a également témoigné de son soutien sur sa page Facebook. "C’est tout le rugby qui est en deuil et qui salue Thomas en même temps que toute la nation. Plus que jamais, les valeurs de respect et fraternité que le rugby porte en lui sont essentielles à la société. Thomas les incarne plus que jamais." L’institution a également pris la décision de respecter une minute de silence sur toutes les rencontres du week-end et du week-end prochain (selon les calendriers). "La FFR tient à exprimer sa sincère compassion à la famille de Thomas, à ses coéquipiers, au club ainsi qu’à l’ensemble de la communauté de Crépol, éprouvée par cet événement tragique. Nos pensées accompagnent chacun d’entre eux en cette période de deuil profond qui appelle au recueillement." La Ligue nationale de rugby a aussi réagi sur son compte X (ex-Twitter) : "La LNR adresse ses plus sincères condoléances à la famille, au club et aux proches de Thomas, joueur de rugby et passionné de notre sport tué cette semaine à Crépol."

Saint-André : "Moi aussi, je l’ai fait ce bal de Crépol"

Parmi les multiples témoignages et hommages du monde du rugby, celui de Philippe Saint-André à nos confrères de BFM TV est particulièrement marquant. Car l’ancien sélectionneur et capitaine du XV de France est originaire de Romans-sur-Isère et connaît très bien ce genre de soirée pour y avoir participé dans sa jeunesse. "Je ressens énormément de douleur car j’ai beaucoup d’amis proches qui étaient dans la marche blanche. Il faut savoir que Thomas était un enfant bien, un enfant éduqué, qui était heureux de vivre, respectueux et fou de rugby. Thomas a été tué dans une barbarie. Moi aussi, je l’ai fait ce bal de Crépol. Vous partez pour vous amuser, pour danser, pour rire et vous ne rentrez plus à la maison. C’est terrible. La marche blanche a été digne, avec de l’incompréhension, de la tristesse, du recueillement. Mais il y avait beaucoup de colère intérieure. J’espère que la justice va faire son travail et que les auteurs de ces faits vont être punis sévèrement. On ne va pas dans un bal avec des couteaux. Quand on va dans une fête de village, on y va pour communier et pour partager. J’ai eu plein de témoignages de personnes qui font partie de cette France silencieuse qui ont participé à la marche blanche alors qu’ils n’ont pas l’habitude de participer à ce genre de manifestation. On est dans un monde de fous où on ne peut même plus aller dans une fête de village et être tranquille. C’est avec beaucoup de tristesse que je témoigne au nom des Romanais. "

Les rugbymen du RC Romanais Péageois ont rendu hommage à Thomas.
Les rugbymen du RC Romanais Péageois ont rendu hommage à Thomas. AFP - OLIVIER CHASSIGNOLE

Cette tristesse incommensurable s’illustre par le nombre de personnes présentes à la marche blanche et aussi aux obsèques. 2 000 personnes s’étaient réunies dans et autour de la collégiale de Saint-Donat-sur-l’Herbasse, le 24 novembre dernier. "Ta mort est déjà un gros vide dans nos vies. Tu aurais voulu nous voir heureux mais comment passer au-dessus de cette épreuve alors que tu n’es plus parmi nous ? Nous te promettons de profiter de la vie comme tu aurais tant aimé le faire. Nous nous rappellerons toujours de nos sorties à motos, des constructions de cabanes, de nos vacances à la mer, des journées piscines chez toi, et de toutes les soirées avec toi. Tu as toujours été présent pour nous dans les hauts comme dans les bas, nous ne te remercierons jamais assez. Nous resterons toujours soudés et tu resteras gravé dans nos cœurs à jamais. Thomas est un ange qui a apporté durant sa vie magie et bonheur, on t’aime notre Thomas", a exprimé un ami de l’adolescent. La prise de parole du grand-père de Thomas fut un moment marquant de la cérémonie.

"Mon épouse et moi-même avons eu la chance d’avoir cinq petits-fils adorables. Les quatre aînés sont désormais dans la vie active. Et puis il y a eu le petit dernier, Thomas, qui allait avoir 17 ans le 6 décembre. Thomas était un brave garçon, réservé, bien élevé et serviable. Il croquait la vie à pleines dents et utilisait souvent papy et mamie pour le récupérer à l’école, aller au sport, l’emmener à la pêche ou aller voir les copains. […] Dans la nuit de samedi à dimanche a eu lieu à Crépol le drame que vous connaissez. Une bande de loubards qui avaient un couteau à la place du cœur lui ont enlevé la vie, sa joie festive avec ses copains et mis la famille dans une tristesse indescriptible. Je vais en terminer car pour mon Thomas, j’aurais encore beaucoup de choses à vous raconter. Mais aujourd’hui, je voudrais féliciter l’efficacité de notre police qui a retrouvé très rapidement les auteurs de cette barbarie. Et j’attends avec impatience le verdict de la justice, qui a dit par l’intermédiaire de son ministre que les auteurs seraient châtiés. Ces gens-là, des sauvages, doivent être mis très rapidement à l’écart de notre société. Néanmoins, et en tout état de cause, cela ne nous rendra jamais mon Thomas… Pardon Mamie, notre Thomas" concluait-il dans un sanglot. Très marqués et choqués, les jeunes du RCRP peuvent bénéficier, si besoin, d’un accompagnement à travers une cellule psychologique qui sera installée mercredi 29 novembre au stade du RCRP en collaboration avec la Fédération française de rugby et l’association d’aide aux victimes Remaid France.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Salanque66 Il y a 3 mois Le 27/11/2023 à 16:49

Dommage cette réaction bien tardive du Midol ! Rien dans l'édition de vendredi alors que l'assassinat de ce jeune rugbyman date du dimanche précédent... Seul Ph Saint-André a su réagir rapidement et dignement et c'est heureux pour l'image du rugby.

envoituresimone Il y a 3 mois Le 26/11/2023 à 17:38

A l'avenir, mettre en place des vidéos surveillance dans tout ce genre d'évènement , afin de prévenir d'une part que tout sera enregistré , son et image. Mais aussi que ces données serviront ultérieurement à restreindre les accès de tous les individus qui ont été identifiés pour des actes de malveillance. Avec l'IA on peut le faire sans peine. Cela évitera de revivre un tel drame.