Abonnés

Coupe du monde de rugby 2023 - Sam Cane (Nouvelle-Zélande) : "Je sens une aura, une sérénité dans ce groupe"

Par Jérémy Fadat
  • Sama Cane a effectué 21 plaquages face à l'Irlande.
    Sama Cane a effectué 21 plaquages face à l'Irlande. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le
Partager :

Sam Cane(capitaine de la Nouvelle-Zélande) Extrêmement fier de ses troupes, le troisième ligne et capitaine de la Nouvelle-Zélande - absolument héroïque lors du quart de finale remporté ce samedi face à l’Irlande - a insisté sur la confiance et la détermination qui règnent actuellement dans l’effectif des all blacks.

Mesurez-vous la fierté que vous avez apportée au peuple néo-zélandais ?

On s’en rend compte quand on finit le match et qu’on regarde la foule. Je cherchais certaines personnes et je voyais la joie dans les yeux des fans, de ma famille et de tous ces gens qui fait l’effort de venir nous soutenir. Puis, c’est beau aussi d’aller sur les réseaux sociaux, de voir tous les messages de soutien. Je tiens juste à remercier tout le monde. On ressent à quel point les Néo-Zélandais sont heureux au pays et c’est un bonheur de leur donner le sourire.

Les All Blacks sont réputés pour leur attaque, leur capacité à marquer des essais. Comment jugez-vous votre défense, héroïque sur cette dernière séquence de cinq minutes, avec 37 phases de jeu ?

Quel final incroyable pour aller chercher cette demi-finale ! Trente-sept phases ! C’était presque aussi long que… (Il coupe) Je n’étais plus sur le terrain mais je crois n’avoir jamais vu une période de défense aussi longue dans ma carrière. Tous les gars étaient là les uns pour les autres. Très clairement, notre défense nous a fait gagner ce match. L’histoire montre que les équipes championnes du monde étaient les plus fortes en défense. Mais notre performance dans ce secteur, on la construit depuis un certain temps. Ce doit être notre marque de fabrique, afin de nous étalonner pour l’avenir.

Pouvez-vous parler de la force mentale de votre groupe ?

La clé était dans la semaine de préparation, qui a été fantastique et nous a donné beaucoup de confiance. Je sens une aura, une sérénité dans ce groupe. Même dans le bus, avant d’arriver aux vestiaires, c’était pareil. Quand on a un rôle de leader, on observe et on se dit que c’est une bonne chose. On sait comment on voulait jouer, qui on est. Tout cela a été créé et développé pour ce genre de rendez-vous. On s’est interdit d’être débordés par nos émotions sur le terrain. Même quand les Irlandais ont marqué, on savait comment arranger les choses. On n’a jamais perdu confiance, notre seule idée était de garder le ballon, d’aller de l’avant.

L’an passé, Peter O’Mahony vous avait violemment critiqué. Était-ce un levier de motivation à l’heure de le recroiser ?

Pas du tout, je n’en tirais aucune motivation. On sait très bien que l’Irlande possède certains joueurs qui aiment essayer de vous provoquer. On a abordé ce match en étant conscients de ça, nous n’étions concentrés que sur notre travail. Personnellement, je ne me suis occupé que de ce que j’avais à exécuter. Nous ne sommes pas tombés dans leur piège.

Côté irlandais, Jonathan Sexton a donc disputé le dernier match de sa carrière lors de ce quart de finale…

Il a connu tant de réussite et de succès. C’est difficile de parler des autres joueurs. Chez nous, il y a aussi des mecs iconiques auxquels on pourrait dire adieu en cas de défaite… Je sais que leur objectif, avant de se retirer, est de gagner cette compétition. Le plus important, avant de penser à eux, c’est donc le résultat. Je mesure combien cela doit faire mal à Sexton de ne pas avoir remporté ce match. Mais il peut être très fier de sa carrière, de la trace qu’il va laisser. Avec l’Irlande, cela fait longtemps que je l’affronte et il a toujours été incroyable. Il est si fort ballon en mains, dans sa prise de décision. C’est un chef d’orchestre. C’est formidable d’être resté à un niveau aussi élevé pendant autant d’années. Sans le connaître personnellement, je sais que cela témoigne de son caractère. Ça dit tout de lui. Félicitations Jonny pour ta carrière exceptionnelle.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
baro_un Il y a 4 mois Le 17/10/2023 à 11:03

Ce fût un immense plaisir de voir les AB éliminer les Irlandais, et avec la manière ! Je suis très content pour ce joueur qui a été maltraité par beaucoup et qui sort un match d'anthologie en 1/4 de finale.
Après les Irlandais, d'autres pénibles sur la route des Blacks, d'abord les Argentins et puis les Sud'AFs : j'espère qu'ils sauront rééditer cette performance pour remporter le trophée !